* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Coda de Emma Trevayne

coda-tome-1-466193-250-400.jpg
Auteur: Emma Trevayne

Editeur : Panini Books France

Collection : Scarlett

Sortie: 18 juin 2014 

400 pages

 

Synopsis :

Dans un monde futuriste et totalitaire contrôlé par la Corporation, la musique agit comme une drogue servant à manipuler la population.
Anthem, 18 ans, possède une double vie. Le jour, il est ouvrier mais la nuit, lui et ses amis se réunissent pour jouer dans leur groupe clandestin de la « vraie » musique, sans le codage addictif de la Corporation.
À la suite du meurtre de l’un de ses amis par la Corporation, Anthem décide de s’attaquer à la multinationale. À l’aide de hackers, il veut pirater le code source de la musique officielle pour délivrer son peuple en diffusant sa musique « libre ».

 

Critique de *S, rêveuse et mangeuse de papier *

Premier coup d'oeil : une couverture et un synopsis qui donnent un avant goût très futuriste, comme j'aime. Les dystopies, j'adore ça, je l'ai surement déjà dit, hein ^^ et celle là c'est une dure à cuire, elle ne se laisse pas dévorer facilement. Ca ne plaira pas forcément à tous les adeptes de la dystopie, d'ailleurs. Personnellement, j'ai aimé, moins que je ne l'aurais voulu, mais cet univers m'a particulièrement attiré et j'en garderai un bon souvenir même si ça n'a pas été parfait.

 

Les points positifs :

  • J'adore le sujet choisi par l'auteure pour sa dystopie. L'encodage de la musique, c'est juste une idée de génie! Beaucoup d'entre nous écoutons de la musique, énormément pour certaines personnes. On en écoute pour se détendre, pour s'amuser, ou même par besoin. Dans ce livre, la musique est utilisée comme une drogue. Mettre un casque sur ses oreilles, c'est planer et les citoyens sont comme "tenus en laisse" par la Corp. Tout le monde veut sa mélodose et ça fait tourner le système.
  • Anthem est un personnage plutot réussi. C'est un jeune accro aux mélodoses, peut être même plus que la plupart des gens. Sa mère est morte trop tôt, son père est condamné au même destin, la musique les tuant à petit feu. Anthem est aussi accro aux mélodoses, qu'à la vraie musique. Celle qui n'est pas encodée. Celle qu'on joue en cachette dans une cave, quand les gardes ne sont pas dans le coin. Du coup, ce n'est pas qu'un simple jeune dépendant, il aime ce qu'il crée avec son groupe et il est doué. 
  • Il y a un petit coté tragique très touchant. Anthem a conscience qu'il mourra bien assez tôt également. Par conséquent, il ne veut pas s'autoriser à aimer Havre. Et il fait tout pour protéger ses petits frères et soeurs, Alpha et Omega, même si ça signifie avoir un boulot qui le bouffe. Alpha et Omega sont super chous, et nous non plus, on ne veut pas que le jour de leur première mélodose arrive. 
  • On retrouve dans ce livre un superbe cocktail avec des sujets abordés qui font avancés l'histoire : la dépendance, le contrôle et la manipulation, la trahison, la rébellion, le courage.
  • On sent que l'auteure aime la musique, elle nous dévoile au fil des "concerts" d'Anthem, ce qu'elle ressent en écoutant de la musique. A la fin de ce premier tome, elle nous parle d'ailleurs de ses influences (que j'aurais adoré retrouver dans son histoire)

 

Les points négatifs :

  • J'ai trouvé qu'il y avait de la longueur comparé au contenu et ça se transforme donc en manque d'action et le rythme en devient lent (j'ai mis pas mal de temps à le lire malgré l'envie de savoir la fin)
  • Bien que j'ai aimé cette lecture, principalement pour l'idée de base qui est géniale, je n'ai pas accroché à l'écriture de l'auteure. Je l'ai trouvé un peu hachée, entrecoupée. Ca laissait un certain flou derrière ses lignes, et aaargh quel gachis. Peut-être que c'est l'utilisation du présent qui m'a un peu perturbée ... Mais j'imagine que c'est une question de goût et il est clair que l'auteure a le mérite d'avoir son propre style.
  • J'ai eu l'impression de ne pas "ressentir" ma lecture pendant une bonne partie du livre. C'est ce qui m'a le plus déçue en réalité : les sentiments, émotions n'étaient pas assez travaillés. A part pour la fin, qui m'a touché comme il fallait. Et vu que je ne m'y attendais pas, agréable surprise (bon d'accord, la dernière phrase va logiquement dans les points forts :p)

  

Petite anecdote de lecture : en tapant CODA sur Google, je suis tombée sur l'album de Led Zeppelin, du même nom. Ca donne une toute nouvelle ambiance au livre. Et j'aurais justement adoré avoir quelques titres références dans cette histoire.

 

*S*

 

Pour acheter votre exemplaire (broché, 16€) :

http://livre.fnac.com/a6967859/Emma-Trevayne-Coda



21/07/2014
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 111 autres membres