* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Je suis ton soleil de Marie Pavlenko

 

 

 


A partir de 13 ans

Contemporain

466 pages

Parution : le 8 mars 2017

Editions FLAMMARION JEUNESSE

 

 

 

 

Lu dans le cadre d'un partenariat avec :

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Déborah entame son année de terminale sans une paire de chaussures, rapport à Isidore le chien-clochard qui dévore toutes les siennes et seulement les siennes. Mais ce n'est pas le pire, non. Le pire, c'est sa mère qui se fane, et la découverte de son père, au café, en train d'embrasser une inconnue aux longs cheveux bouclés. Le bac est en ligne de mire, et il va falloir de l'aide, des amis, du courage et beaucoup d'humour à Déborah pour percer les nuages, comme un soleil.

 

 

 

L'avis de *Sissi* 21 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Déborah est sur le point d'attaquer son année de terminale. Le BAC approche mais elle n'est pas super enchantée. La faute au théorème de la scoumoune, comme elle dit. Il ne lui arrive que des trucs moches et ça ne va pas en s'arrangeant. Sa mère est en train de sombrer dans la déprime, son père est absent, le chien qu'ils ont recueilli est un vieux clochard angoissé, sa meilleure amie s'éloigne... Oui, son année se présente mal et il lui est bien difficile de rester concentrée.

 

J'ai pris beaucoup de plaisir à suivre le quotidien mouvementé de Déborah. Déborah est une adolescente tout à fait ordinaire, malgré son penchant pour les remarques bien senties et les blagues en tous genres. Elle aimerait commencer l'année sur de bonnes bases, mais finalement c'est une année particulièrement éprouvante qui l'attend. Et elle n'y échappera pas. J'ai aimé  sa personnalité et je l'ai trouvé très attachante. J'ai aimé la voir garder la tête haute, malgré ses angoisses et ses doutes. Entre autres grâce à ses nouveaux amis. Elle a trouvé du soutien là où elle ne l'imaginait pas. Jamal et Victor sont deux amis qui assurent. Des amis sur qui elle peut compter. 

 

Côté émotions, et bien c'est la montagne russe. J'ai ri et j'ai pleuré. Le récit de la dernière année de lycée de Déborah nous met une belle claque. Les bouleversements dans sa vie s'enchaînent. Des bouleversements qui pourraient chambouler la vie de n'importe qui, et c'est ce qui nous rend aussi proches des personnages et de leur histoire. On savoure les moments de joie, les moments de pur bonheur. Puis ému, on frissonne lors des passages plus sombres, plus tristes. L'air de rien, l'auteure ballotte notre petit cœur en nous confrontant à des évènements qui nous parlent. Parfois même, ils sont on ne peut plus ordinaires, et c'est ce qui fait le charme de la lecture. Mais surtout... bon dieu, que c'est poilant ! ^^. 

 

Petite mention spéciale pour les titres de chapitres super originaux et accrocheurs. Écrit en gros sur toute une page, ils nous empêchent de faire une pause dans la lecture. Systématiquement, je tournais la page en me demandant ce qui allait encore arriver à notre Déborah, déjà bien secouée. C'est qu'elle est courageuse et qu'elle encaisse sans broncher la petite. Mais c'est encore plus sympa de découvrir en fin de roman que ces gros titres font tous référence à des œuvres littéraires ou musicales. 

 

Verdict : Je suis ton soleil est un roman pour ados bouleversant. Un roman vivant, lumineux et drôle. Un roman plein d'optimisme. J'aurais tellement aimé avoir une lecture comme celle-ci lorsque j'étais encore au lycée. C'est une lecture qui fait du bien, qui donne le sourire, qui dédramatise. Marie Pavlenko nous parle de la fin de l'adolescence mais aussi des petits chamboulements que nous offre la vie, bons ou mauvais. Quoi qu'il en soit, elle le fait avec humour. Elle nous rappelle alors qu'on a tous un petit soleil qui nous aide à avancer. Et qu'on est tous le petit soleil de quelqu'un. Et que finalement, ça va aller.

 

 

 


 

 

 

"... Déborah n'a sous les pieds que de la fuite et de l'écroulement..."

 

 

"... Déborah garde sa liberté comme une perle rare, mais bon, ça commence à peser..."

 

 

"... Déborah a compris que le temps d'avant, c'était le temps d'avant..."

 

 

"... L'angoisse atroce, despotique, sur le crâne incliné de Déborah plante son drapeau noir..."

 

 

"... Déborah demande de l'espoir..."

 

 

"... Déborah veut des baisers chauds comme des soleils, frais comme des pastèques..."

 

 

 

 

 

Pour acheter votre exemplaire (17,50€)

AMAZON - FNAC



16/03/2017
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres