* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Les Pluies de Vincent Villeminot

 

 

Post-Apocalypse

340 pages

Parution : le 9 septembre 2016

Editions FLEURUS

 

Synopsis :

Kosh sortit sous le déluge, courut le long de la rue nationale. Les rares voitures en stationnement avaient déjà de l’eau au ras de leurs caisses. Le courant était fort. Quand il arriva au nord du village, il comprit que c’était foutu. Il n’y avait plus de pont, ici non plus. Le tablier, le parapet apparaissaient encore parfois dans la boue écumante. Rien de plus. L’eau rugissait et roulait à hauteur du haut des digues. De l’autre côté, sur l’autre rive : plus de prairie, plus d’herbe – juste un fleuve immense large comme un bras de mer.

On est coupés du monde… 

Il revint en courant vers la maison. Que faire ? L’eau pouvait-elle monter jusqu’aux étages ?

– On va à l’église. Suivez-moi !

– À l’église ? demanda Lou.

– Ouais, dans le clocher. C’est l’endroit le plus haut du village. Pressez-vous, l’eau arrive…

 

 

 

L'avis de *S* 26 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Fuir les eaux et survivre...

 

 

Depuis huit mois, il pleut en continu. L'eau ne fait que monter. Les barrages commencent à céder. Lorsque son village est évacué puis emporté par la Nooga, Kosh n'a plus qu'une idée en tête, sauver Malcolm, Noah, Ombre et Lou, celle qu'il aime. Puis ne jamais, jamais se séparer...

 

Lorsque l'ordre d'évacuation est donné, les enfants des familles Kamiesh et Magliostro, dont les parents n'arriveront pas à temps, se sont réunis pour quitter le village ensemble. Kosh attend à la ferme familiale avec son petit frère Malcolm. Lou arrive ensuite avec son jeune frère Noah, et sa petite soeur Ombre, âgée de quelques mois seulement. J'ai vraiment aimé commencer la lecture au moment le plus critique. Il leur faut réagir vite pour ne pas finir noyés, comme une grande partie de la population. La lecture s'emballe aussitôt.

 

Je me suis très vite attachée à cette bande, cette petite famille, qui souhaite seulement rester ensemble. De quoi me sentir très impliquée pendant toute ma lecture. Ce ne sont que des enfants et ils ne peuvent plus agir comme tels. Il leur faut désormais être responsables et prudents. Il leur faut éviter de céder à la panique et au désespoir. J'ai aimé les voir si liés, si soudés. Kosh prend son rôle de grand frère très au sérieux. Celui de chef s'impose ensuite naturellement. C'est quelqu'un de mature, rassurant, protecteur. J'ai également bien apprécié le petit frère de Lou. Un jeune garçon casse-cou, mais malin et débrouillard qui m'aura fait sourire. Puis aussi, je n'ai pu m'empêcher d'avoir un petit coup de coeur pour la romance toute mignonne et délicate qui lie les deux adolescents Kosh et Lou. 

 

Le voyage, qui ne se fait pas dans les meilleures conditions, est très pénible. Ils avancent dans l'incertitude et leur inquiétude est communicatrice. Ils ne peuvent que prendre des risques pour survivre et éviter la séparation. Le danger est bien plus présent à la fin du roman et j'ai vraiment eu du mal à le lâcher. On prend conscience du monde qui les entoure, du manque de sécurité. Certains passages sont d'ailleurs assez sombres, à l'image de ce monde sens dessus dessous. Malgré tout, l'espoir est toujours là !

 

Je ne m'attendais pas à ce qu'une partie du roman soit faite de lettres. Une belle surprise et une manière plus touchante de suivre l'aventure de Kosh et ses compagnons. Même si à ce moment là, j'étais assez triste de ne plus pouvoir suivre celle de deux personnages en particulier (j'imagine que les détails seront présents dans le prochain tome). En bref, on peut dire que le courage et la loyauté sont à l'honneur dans ce roman et j'ai passé un très agréable moment de lecture !

 

 

 

"... Ce matin là, en se levant, Kosk Kamiesh regarda par sa fenêtre et songea comme chaque jour aux yeux de Lou. Ils avaient, selon son humeur, le vert d'eau du jade ou le vert-de-gris des feuilles d'acacia. Mais Kosh n'avait jamais vu leur couleur dans le soleil. Ce ne serait pas pour aujourd'hui ; pas d'avantage qu'hier, avant-hier... Les pluies battaient la rue nationale détrempée. Le ciel était nuageux, la prairie boueuse et grise... "

 

 

 

 Lire un <<  EXTRAIT >>

 

 

 

Pour acheter votre exemplaire (16,90€)

AMAZON -  FNAC

 



05/10/2016
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres