* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Les Variations Lucy de Sara Zarr

 

 

Young Adult - Contemporain - Musique

A partir de 13 ans

440 pages

Parution : le 25 mai 2016

Editions BAYARD

 


Synopsis :

Le piano, les répétitions, les récitals... C'était toute la vie de Lucy jusqu'à ses 15 ans. Jusqu'au jour où, lors d'un festival de musique à Prague, elle a décidé de quitter la scène sans avoir joué une note. Petit prodige du piano, adulée pendant toute son enfance, elle est désormais une lycéenne comme les autres. Avec l'aide de Will, le jeune prof de piano de son petit frère, Lucy va essayer de trouver sa voie, loin des projecteurs, mais ou plus près de ce qu'elle désire vraiment...

 

L'avis de *Sissi* 20 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

Alors qu'elle s'apprête à monter sur scène pour une énième représentation, Lucy apprend la mort de sa grand-mère. Ce jour là, elle prend la décision de ne pas jouer. Malgré l'incompréhension et les reproches de certains membres de sa famille, c'est de cette façon qu'elle met un terme à sa carrière de jeune et talentueuse pianiste et qu'elle laisse toute cette pression derrière elle. Personne ne prendra plus jamais de décision à sa place. Il est temps pour elle de savoir ce dont elle a vraiment besoin.

 

L'histoire se déroule huit mois plus tard, alors que Lucy n'a toujours pas rejoué et qu'elle se cherche. Mais quelques chapitres, ici et là, nous racontent comment elle vivait cette carrière de prodige. On découvre une jeune fille qui n'était pas apaisée. Qui n'était pas si heureuse. Et surtout une jeune fille qui jouait par automatisme et qui ne ressentait plus de passion pour sa musique. Le problème se trouve là et sa famille ne semble pas comprendre, reproduisant les mêmes erreurs avec son petit frère Gus.

 

C'est dans une famille aisée que Lucy et Gus ont grandi. Dans une famille impeccable. Dans une famille qui planifie tout. Dans une famille exigeante et obsédée par la compétition. Tous les deux ont ce don pour la musique et jouent depuis tout petits. Concerts, auditions... leur carrière est déjà lancée et leur famille veut les emmener le plus loin possible. Mais désormais loin de la pression du milieu, Lucy se sent coupable et l'impression d'avoir déçue sa famille persiste.

 

Je me suis facilement attachée à ce personnage sensible. Elle a eu le courage de dire "stop" et c'est ce qui fait la force du personnage. Pour un roman plus personnel, je pense que je me serai sentie encore plus proche d'elle si l'auteure avait écrit à la première personne et non à la troisième. Lucy a préféré reprendre un chemin plus classique en retournant au lycée. Elle cherche un peu de liberté et nous fait part de son impression d'avoir perdu son enfance et d'être passée à coté des choses de la vie. Des petites choses toutes simples mais essentielles. La beauté de la vie, comme elle dit. C'est toute une réflexion sur ses envies d'adolescente et avec le soutien et les encouragements de Will, le nouveau professeur de Gus, elle cherche les réponses. Qu'est ce qui lui fait vraiment envie? Que souhaite t-elle pour son avenir? La musique compte t-elle toujours?

 

 

Verdict : Une histoire de famille. Un morceau de vie. De l'émotion. J'ai passé un agréable moment de lecture avec cette jeune fille que l'on voit grandir au fil des pages et qui a le courage d'avancer pour elle même. J'ai beaucoup apprécié découvrir les relations plus ou moins complexes qu'elle entretient avec chaque membre de sa famille et surtout ... les émotions décrites autour de la musique, c'était beau et doux.

 

 

 

    Ma note : 8/10   

 

 

 

 

 

"... Elle aurait bien aimé qu'il se laisse aller de temps à autre. Qu'il se gave de bonbons. Qu'il fasse un caprice ou des blagues lourdes. mais chez eux, l'enfance, comme le chagrin, constituait une parenthèse à peine tolérée. un désagrement et un obstacle au grand objectif d'une vie : prouver au monde et à soi même qu'on ne se contentait pas d'encombrer l'espace ..."

 

 

 

"... Commença alors l'allegro de l'Hiver des Quatre Saisons. Lucy aimait ce passage. A la folie. Elle augmenta le volume et abaissa intégralement sa vitre, laissant pénétrer le vent d'un froid presque douloureux. Les violons effectuaient leur progression régulière vers le moment où, à environ une minute et demie, ils reprenaient le thème principal dans une véritable explosion. C'était le moment préféré de Lucy : cette microseconde entre anticipation et joie pure. La joie. La joie puissance mille ..."

 

 

 

 

"... Pour jouer du piano, il faut de l'intelligence, du coeur et de la technique.

Sans coeur, on n'est qu'une machine ... "

 

 

 

 

"... Il faut veiller à ne pas laisser la laideur et la douleur masquer la beauté de la vie... "

 

 

 

 

Pour acheter votre exemplaire (15,90€)

AMAZON - FNAC



17/06/2016
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 111 autres membres