* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Journal d'un marchand de rêves de Anthelme Hauchecorne

Oubliez ce que vous pensez savoir des rêves...

 

 

 
 
 
 
 

Aventure - Exploration Onirique

560 pages

Parution : 13 octobre 2016

Editions L'ATELIER MOSESU

Collection PEPPER - dirigée par Sophie Jomain

 

 

Lu dans le cadre d'un partenariat avec l'auteur.

Merci à Anthelme Hauchecorne pour cette proposition de lecture.

 

 

 

Quatrième de couverture : 

 

« J’ai séjourné en hôpital psychiatrique. Pas de quoi fouetter un chat sauf lorsque, comme moi, vous êtes fils de stars. Par crainte du scandale, mes parents m’ont expédié loin d’Hollywood, dans la vieille Europe.
Les meilleurs spécialistes m’ont déclaré guéri. En vérité, la thérapie a échoué. Les songes ont repris, plus dangereux que jamais.

Malgré moi, je me trouve mêlé aux intrigues de puissants Rêveurs. Des gens charmants et bien décidés à m’éliminer, mais avec élégance.

M’entêter serait totalement déraisonnable. Pourtant, deux plaies à vif m’empêchent de tourner la page…

La première est une fille.

La seconde, une soif de vengeance.

Je m’appelle Walter Krowley. Vous tenez mon journal intime. Prenez-en soin. Ce livre pourrait devenir mon testament… »

 

 

L'avis de *Jim* 18 ans, rêveur et mangeur de papier :
 
Walter Krowley a fait des erreurs et a touché le fond. Il est perdu et ne sait pas quoi faire de sa vie. Dans ce journal, Walter nous partage ces idées noires, mais aussi et surtout sa drôle d'expérience. Tout a commencé avec des rêves étranges d'une réalité saisissante et inattendue ...
 
J'ai particulièrement aimé retrouver la plume de l'auteur que j'avais découvert dans le Carnaval aux Corbeaux, un roman ensorcelant que ma sœur m'avait conseillé pour l'Halloween. Anthelme Hauchecorne a réussi à me surprendre une nouvelle fois ici, avec une plume à la fois tourmentée et mélancolique. Cette plume qui devient au fil des pages fascinée et plus aventureuse. En fait, c'est une plume qui s'adapte au narrateur Walter Krowley, ce narrateur imparfait qui évolue tout au long du roman. J'ai vraiment pris le temps d'apprécier Walter, ce personnage vulnérable et peu audacieux, jusqu'à me laisser convaincre définitivement. 
 
Dans l'Ever, dans ses songes, Walter n'a pas beaucoup de chance et n'est franchement pas en sécurité. Lorsqu'on pense que son adaptation ne se passe pas si mal, des événements qu'il ne peut contrôler, ou des rencontres, viennent le mettre en danger, ralentir puis enrichir son voyage. J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir comment ce monde fonctionnait, à travers l'étonnant territoire sous contrôle qu'est Doowylloh, ou encore la découverte de Brumaire. Puis voir l'influence qu'ont ces rêves sur sa vie réelle, qui jusque là était sans saveur.
 
Les rencontres remplissent elles aussi leur part du marché. On ne sait absolument pas si il est bon pour Walter de se lier à Spleen, Banshee ou encore Poppy ou les Outlaws. Ces personnages imprévisibles qui lui permettent tout de même de vivre une grande aventure. Mais il y a quelque chose qui m'a séduit encore plus. Le "ça" des Rêveurs qui s'ajoute aux bizarreries de l'univers des rêves.
 
J'ai vraiment aimé mettre un pied dans l'univers des songes de cette manière et découvrir peu à peu le potentiel de rêveur de Walter. Que ce soit dans l'Ever ou dans l'Eveil, ces étonnants rêves laissent des traces et on ne sait pas bien où tout cela va nous mener. Je vais d'ailleurs vous faire part de mes soupçons. Il se pourrait que notre cher Anthelme Hauchecorne ... mette du sable dans son café!
 
 
En bref : Une exploration onirique remarquable !
 
 
 
"... Perdu au milieu de piles de dossiers érigés en tour branlante, mon conseiller d'orientation fouillait ses tiroirs tout en hachant ses mots entre ses grandes dents. 
- Nous allons déterminer ensemble votre profil psycho-onirique, au moyen d'un bref questionnaire qui... Ah, le voilà!
En guise de bref questionnaire, M.McCarthy a brandi un amas de feuillets plus épais qu'un annuaire.
- Premiere question : Quand vous étiez enfant, le croquemitaine caché dans votre placard était-il plutôt du genre bourru, dentu, velu ou ventru? Attention, une seule réponse admise..."
 
 
 
"...L'éveil n'est pas le monde de la lumière, Walt, c'est celui des déceptions. La nuit offre plus de raisons d'espérer que le jour. Quand le sable glisse sur nos paupières, nous devenons des etoiles, dont le royaume s'étend du crépuscule à l'aube. L'aurore est une sentence et le soleil, le geôlier de nos prisons..."
 
 
 
"...Derrière chaque individu, il existe un univers. Une graine de rêve qui demande à éclore..."
 
 
 
 
 
 
 Pour acheter votre exemplaire (19€)


22/10/2016
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 115 autres membres