* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Filles de la Walïlü de Cécile Roumiguière

 

 

 

 

Voyage - Aventure - Mystère

272 pages

Parution : le 5 février 2020

Editions ECOLE DES LOISIRS

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

 

Entre un océan glacé et la forêt immense, sur la presqu'île de Iurföll, les hommes partent pêcher dès qu'ils en ont l'âge. A terre, les femmes gouvernent, elles exercent tous les métiers, et sont libres de vivre toutes les amours qu'elles désirent. C'est dans cette société sereine et joyeuse qu'Albaan Blosseüm grandit. Sereine, peut-être pas tant que cela. Les rêves qui assaillent Albaan sont porteurs de noirs présages. Une malédiction planerait-elle sur elle ? Qui est cette femme au visage brûlé qui lui veut du mal et semble prête à lever tout le village contre elle ? Au nom de quelle vengeance ? Pendant ce temps, dans la forêt, rôde la Walïlü, fascinante créature des contes horrifiques de son enfance...

 

 

 

 

L'avis de *Sissi* rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Albaan vit sur Iurföll, une presqu'île perdue dans les eaux gelées de la mer du Grand Nord. Sur ces terres, ce sont les femmes qui font tourner la communauté tandis que les hommes partent des semaines en mer. L'auteure nous présente une ville gérée par les femmes, une ville au bout du monde, qui a de quoi fasciner et j'ai beaucoup aimé découvrir ces lieux.

 

Albaan est toute petite lorsqu'on fait sa connaissance et on ne tarde par à s'attacher à cet enfant. Elle nous semble proche de la nature et son esprit est bercé par les légendes. Son papa lui manque beaucoup et elle attend chaque fois son retour avec une grande impatience. On découvre alors que sur cette île, la place de l'homme n'est pas au sein de cette communauté. Les femmes sont tout à fait indépendantes et également attachées à des traditions qu'on découvre au fil de la lecture.  

 

On suit Albaan dans une vie plutôt tranquille. Les années passent. L'enfant grandit et apprend. La communauté connaît quelques bouleversements et on se laisse entraîner. Malheureusement, j'ai parfois décroché du récit. Principalement parce que je n'ai pas trouvé le même intérêt pour les différents personnages. Si je n'ai eu aucun mal à m'attacher à Albaan, à sa famille et à son entourage proche, les autres personnages qui interagissent ou viennent à menacer notre jeune héroïne n'était pas aussi intéressants. Il y a donc toute une partie du récit qui m'a quelque peu laissé indifférente.

  

L'auteure nous offre tout de même une lecture dépaysante, au rythme tout doux, qui a tout d'un conte moderne. J'ai aimé découvrir l'enfance puis l'adolescence d'Albaan, découvrir ses inquiétudes, sur cette île loin de tout. On garde aussi en tête la légende de la chouette Walïlü tout au long de la lecture. C'est comme si cette sombre créature accompagnait le lecteur de bout en bout, comme si elle veillait à ce que notre voyage se passe bien.

 

 

 

 

 

 

 

"... On a beau être à l'aube du XXIème siècle, les traditions, ici, sont ancrées, comme les glaciers, elles ne bougent qu'avec une lenteur hypnotique... "

 

 

 

 

 

 

 

"... A cette époque là, une fois par mois, la nuit où la lune est la plus ronde, la Walïlü sillonnait les forêts et les champs et gobait tout sur son passage. C'était sa façon de se nourrir, tout le monde le savait. Alors, ces nuits-là, qu'il fasse chaud, qu'il fasse froid, personne ne sortait... "

 

 

 

 

 

 

 

" ... ces moments où ils sont tous les quatre ensemble sont si rares ! Albaan voudrait capturer celui-là dans une photo et pouvoir le faire resurgir les nuits où l'angoisse la tourmente... "

 

 

 

 

 

 

 

"... Elle a eu seize ans au printemps, et elle se sent vieille de plus d'un siècle, vieille de sentiments qui remontent à la nuit des temps... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 



21/03/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 138 autres membres