* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Fake, Fake, Fake de Zoe Beck

 

Roman Adolescent

220 pages

Parution : le 6 janvier 2016

Editions MILAN

 

Lu dans le cadre d'un partenariat avec les Editions MILAN.

Un grand merci pour cette lecture!


Synopsis :

Un prénom pourri, des chaussures taille 49, pas un poil sur le torse et des parents bobos artistes : Edvard, 14 ans, est mal parti pour séduire Constance. D'autant qu'au collège, Henk et sa bande de gros bras ne le lâchent pas. Alors, sur Facebook, Edvard devient Jason, un américain en voyage scolaire. Jason, le double rêvé et parfait... Constance mord à  l'hameçon. De mensonge en mensonge, les demandes d'amis explosent, et la machine s'emballe...

 

L'avis de *Sissi, 19 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

Fake, Fake, Fake! c'est le journal intime d'Edvard, un adolescent de 14 ans. Edvard est un ado mal dans sa peau, un ado moqué par des imbéciles de son école. Il est trop grand, trop maigre, n'a pas assez de muscles, aucun poil sur le torse... c'est la cata! Pour se rapprocher de Constance dont il est amoureux (précisons que c'est une petite peste qui se moque complètement de lui), Edvard s'est créé une identité.  Sur Facebook, il est Jason, un américain en voyage scolaire. Jason a un profil plus cool, plus populaire, plus à même de plaire à Constance. Et ça marche! De cette manière, Edvard peut faire virtuellement partie de sa vie. Mais les mensonges se multiplient et il est pris au piège...

Ce qui m'a tout de suite plu, ce sont les chapitres courts bourrés d'humour. Parfois, on a même seulement quelques lignes sur une page, histoire de connaître rapidement l'état d'esprit d'Edvard, à un moment précis.  Edvard partage ses petits soucis du quotidien, les petites catastrophes du jour. Par exemple, il apprécie moyennement sa voix de fillette, son torse définitivement imberbe, ses drôles de parents végétariens, ou le fait de marcher régulièrement dans la crotte du caniche du voisin...

 

En quelques pages, on cerne vite le personnage. Edvard se pose pas mal de questions. C'est l'adolescence et ça le travaille. Edvard est quelqu'un de profondément bon, un garçon drôle auquel je me suis vite attachée. Mais ça ne l'empêche pas de prendre les mauvaises décisions. Parce qu'il est différent des garçons de son âge, il a du mal à s'accepter et pense qu'en se faisant passer pour quelqu'un d'autre il arrivera enfin à plaire. Ce n'est évidemment pas la meilleure idée qu'il ait eu, mais ça a le mérite de nous faire rire! Aveuglé comme il est par l'amour qu'il porte à Constance, j'ai eu plus d'une fois envie de le secouer, parce qu'on sait pertinemment qu'il donne de l'importance à la mauvaise fille!

 

J'ai été agréablement surprise par l'évolution de son personnage dans la seconde partie. On découvre au fil des pages un jeune personnage intelligent et passionné (il rêve de devenir astrophysicien). Engagé aussi. Surtout à partir de sa rencontre avec son voisin, M.Tannenbaum.  C'est une rencontre qui nous montre qu'il est capable de voir au delà de Constance, de mener à bien un projet qui lui tient à coeur. Il y a tellement de choses intéressantes autour de lui et pendant une partie du roman, on a peur qu'il passe justement à côté. Parce qu'il est trop focalisé sur les statuts qui racontent les faits et gestes de Constance par exemple. Mais il va heureusement vivre des expériences et lier des amitiés, qui comme pour tous les adolescents, vont le transformer.

 

Au début, j'imaginais qu'on parlerait davantage des dangers des réseaux sociaux, avec cette histoire de faux profil. Mais on met surtout l'accent sur l'engrenage des mensonges ou plus globalement sur l'acceptation de soi. En fait, la situation est plus drôle qu'elle ne fait réfléchir. C'est donc une lecture plus légère que ce à quoi je m'attendais, mais j'ai passé un moment très très divertissant. J'ai aimé le ton d'Edvard qui nous donne en permanence le sourire, même quand il a vraiment perdu le contrôle dans ses mensonges et qu'on doute qu'il s'en sorte. Mention spéciale pour ses parents qui m'ont fait rire à plusieurs reprises eux aussi, surtout la maman. Par leur comportement, leurs convictions ou même leur façon d'aborder la puberté de leur fils.  Encore une fois, l'auteure y met beaucoup d'humour et ça apporte un peu de fraîcheur à l'histoire.  Je suis très contente d'avoir découvert cette auteure allemande qui parle de l'adolescence et des problèmes qui vont avec, avec tant d'humour. Je ne peux que le recommander aux jeunes!

 

 

Ma note : 4/5

 

"...
J'ai envie de faire s'écraser l'avion de Jason quelque part au dessus de l'Atlantique. Constance vient de lui envoyer un message avec plein de petits coeurs.
..."

 

 

 

"...
Je viens de tuer Jason.

Hier, j'ai annoncé sur Facebook (en tant que Jason) que j'avais une grave intoxication alimentaire suite à un repas dans un restaurant de poissons. Constance a aussitôt posté 74 messages de bon rétablissement. Aujourd'hui, j'ai écrit sous le nom de James, le frère aîné de Jason, que ce dernier ne souffrait pas d'intoxication alimentaire mais d'une grave allergie. J'ai ajouté que les médecins avaient lutté en vain toute la nuit pour le garder en vie.

Constance veut maintenant savoir quand et où aura lieu l'enterrement...
..."

 

 

Pour acheter votre exemplaire (12,50€)

AMAZON - FNAC

 



20/01/2016
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres