* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Demain il sera trop tard de Jean Christophe Tixier

  Sortie du jour : Demain il sera trop tard de Jean Christophe Tixier. Dans une société où règnent en maîtres prévisionnistes et laboratoires scientifiques, chacun connaît sa durée de vie précise. Depuis leur naissance, Virgil et Enna ont des destins opposés. Long Terme, Virgil a toujours eu droit au meilleur. Enna, elle, vit dans un bidonville car elle est Court Terme. Mais un jour une Brigade tente d’arrêter Virgil. Il s’enfuit. Il apprend que son Terme est erroné... #sortiedujour #sortielivresque #rageot #jeanchristophetixier #bookaddict #booklover #bookstagram #revolte #injustice #romanado #thriller #dystopie #instabook #instalivre #bibliotheque #librairie #bookworm #booknerd #bookaholic #book #lecture

 

 

 

A partir de 12 ans

Science Fiction - Dystopie

427 pages

Parution : le 13 septembre 2017

Editions RAGEOT

 

 

 

Synopsis :

 

Dans une société où règnent en maîtres prévisionnistes et laboratoires scientifiques, chacun connaît sa durée de vie précise. Depuis leur naissance, Virgil et Enna ont des destins opposés. Long Terme, Virgil a toujours eu droit au meilleur. Enna, elle, vit dans un bidonville car elle est Court Terme. Mais un jour une Brigade tente d’arrêter Virgil. Il s’enfuit. Il apprend que son Terme est erroné ...

 

 

 

 

L'avis de *Jim* 19 ans, rêveur et mangeur de papier

 

 

Demain il sera trop tard nous présente une société marquée par une grande avancée scientifique : le Term Test. Ce test permet de déterminer la durée de vie de chaque individu, et ce dès la naissance. La population est alors divisée en trois districts : les Long-Termes, Moyen-Termes et Court-Termes, leur date de mort définissant à quel genre de vie ils auront droit et plus précisément dans quelles conditions ils vont grandir, travailler. Virgil est un Long Terme qui se rend à un concert. Il croyait avoir toute la vie devant lui. Mais ce soir là, il reçoit un appel de sa mère, qui lui dit de ne surtout pas rentrer à la maison. La brigade du Terme est chez eux. Ils viennent pour lui. Virgil doit fuir...

 

Dès les premières pages, nous plongeons dans un contexte prometteur. Une vingtaine de Long Termes sont arrêtés, dans la plus grande discrétion et cela soulève de nombreuses questions. Virgil est le seul encore en liberté et il se cache sans réellement savoir pourquoi. Jusqu'à ce qu'il intègre le Réseau. En parallèle, nous suivons d'autres personnages, de Districts opposés. Lou, Enna, Jolson... tous sont dans des situations différentes.  On prend alors connaissance des privilèges des Long-Termes, de la pression que doivent subir les Court-Termes au quotidien et c'est de cette manière que nous mettons peu à peu le doigt sur les injustices. J'avais hâte d'en savoir plus !

 

Malgré tout, le premier tiers de ce roman ne m'a pas totalement embarqué. J'ai d'ailleurs eu beaucoup de mal à m'attacher aux personnages. Même Virgil, qui est pourtant au centre de l'intrigue, ne m'a pas immédiatement convaincu. Un peu trop naïf et borné à mon goût, et ce jusqu'à ce qu'il ouvre enfin les yeux. Pendant ce premier tiers, c'est le personnage d'Enna qui m'a le plus intéressé. Enna est une Court Terme, pour qui la vie a été rude. Avec ses graffitis, elle tente de faire entendre la voix de son District, qui est méprisé. C'est une jeune fille engagée qui se bat malgré l'approche de son terme. Sa colère et sa rage, plus que légitimes, ont rendu son personnage extrêmement touchant.

 

Lorsque le Réseau nous présente son "Demain", tout devient plus clair, plus concret et je me suis vraiment senti impliqué dans ma lecture.  Les personnages mis en avant jusqu'ici, très différents les uns des autres, sont réunis autour d'une même cause. Ils nous font part de leurs convictions, de leurs revendications et la suite de l'aventure a été largement à la hauteur de mes attentes. On s'inquiète vraiment pour l'avenir du groupe. La lutte s'organise petit à petit et j'ai aimé être entraîné au cœur de cette rébellion. C'est un vrai point fort pour le roman. Nos personnages ont tout simplement besoin de liberté. Ils ont envie de vivre, peu importe le temps qu'il leur reste. Ils ne veulent plus être manipulés par la technologie et par leur terme.  On remet  alors tout un système en cause sans savoir ce qui les attend en retour. L'heure du changement a sonné et on ne peut plus lâcher la lecture.

 

 

 

Ma note : 7,5/10

 

 

 

 

"... Ils ont eu Internet, les moteurs de recherche puis les métamoteurs, les contenus, l'information, les satellites, les téléphones. Avec une putain de technologie déposée, protégée, fermée, hégémonique, obligatoire, captive, et surtout intrusive et cafteuse. Ils ont endormi la population qui a plongé dans l'individualisme et la soumission. Partout. Et tout le monde s'est laissé faire.

Mika pousse un nouveau cri, plus aigu encore.

- Ici tout est libre ! On chie sur leur Term-Test, leurs Districts, leurs Check-points, leurs Info-Caps et tout ce qui va avec. Nous on vit !  ... "

 

 

 

 

"... Il ne sait pas qui elle est. Il ne sait pas si son terme lui laissera le temps de la revoir. Cette pensée le lamine. Ici, chez les Courts, la proximité du Terme régit tout... "

 

 

 

 

"... - Tu n'as jamais visité l'usine de fabrication?

- Si, bien sûr. Mais je regardais plus les machines que les opérateurs.

- Vous... enfin... ils, se reprend-elle, sont convaincus que nos vies, parce qu'elles sont courtes, valent moins que les leurs. Mais chaque matin, le soleil est le même pour tout le monde. Et puis c'est pas parce que t'en as moins dans l'assiette que le repas est moins bon... " 

 

 

 

 

Disponible en librairie, sur AMAZON et FNAC !



14/09/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 115 autres membres