* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Maresi de Maria Turtschaninoff

 

 

 

A partir de 14 ans

Aventure - Fantasy

272 pages

Parution : le 1er mars 2017

Editions RAGEOT

 

 

 

Synopsis :

 

Parmi ces femmes, elle avait trouvé un refuge.
Aujourd’hui, elles sont toutes menacées. 

 
Une île invisible depuis la mer, balayée par les vents. Une communauté de femmes, de fillettes, d’anciennes. Une communauté de sœurs. Toutes ont fui la fureur du monde et, parfois, la brutalité des hommes. Et toutes sont venues se placer sous la protection de la magie ancestrale de ce lieu.
Sur cette terre de femmes, Maresi, adolescente libre, avide de connaissance et soucieuse des autres, peut s’épanouir, sans crainte de l’avenir. D’autant que, sur ces rivages, nul homme n’a le droit de poser le pied.
Mais un jour, une nouvelle fille vient demander l’asile.
Qui est-elle ? Et qui la poursuit ?

 

 

L'avis de *S*, 26 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

  

Yaï a fui et a échoué sur l'Ile de Menos.

Un lieu reposant qui abrite exclusivement des femmes...

 

 

C'est Maresi qui nous conte sa venue et qui prend Yaï sous sous aile. Elle lui enseigne alors tout ce qu'elle doit savoir sur l'Ile et c'est de cette manière que nous découvrons cet univers bien mystérieux plus en détails. A travers les explications de Maresi, j'ai pris plaisir à découvrir le fonctionnement de l'Ile, sa configuration et sa particularité.  On découvre rapidement qu'il n'y a aucun homme sur l'Ile et qu'il leur est même interdit d'y mettre les pieds. Lors de son arrivée, Yaï en est d'ailleurs très surprise et s'interroge immédiatement. Comment est-ce possible de vivre sans homme pour les protéger, pour cultiver...?

 

Pour les Sœurs, la réponse est simple. Elles sont protégées par la Mère Originelle et cela leur suffit. L'auteure nous décrit alors un lieu étonnant, un lieu paisible et quasi autonome dans lequel chaque sœur a un rôle à jouer. De mon coté, j'imaginais d'abord l'Ile comme un refuge pour les femmes mais ce n'était pas vraiment le cas. L'Ile de Menos offre aux femmes la chance de s'instruire. Le savoir est la force de l'Ile et l'objectif est de faire de ses jeunes filles des femmes intelligentes et accomplies. Une bien belle idée de la part de l'auteure. J'aurais juste aimé qu'elle nous parle davantage de la place de la femme en dehors de l'Ile (parce que cela n'a pas l'air très très drôle à l'extérieur) ou encore des différents peuples qui ont été nommés, mais j'imagine que ce sera pour la suite des aventures de Maresi.

 

La première partie du roman est assez calme et descriptive. On suit les cours des novices, les rituels des sœurs et les tâches de chacune. Dans un même temps, on nous raconte l'histoire de l'Ile et des toutes premières Sœurs. C'est fascinant. Le récit dégage une certaine magie et on se laisse facilement transporter. C'est un roman qui m'a fait penser à la Cité des Méduses de Emmi Itaranta, que j'ai lu récemment. Principalement pour l'ambiance du roman mais aussi pour la façon dont les auteures font entrer la magie dans leur univers respectif. Ici, c'est la Déesse aux Trois Visages qui vient nous envoûter.

 

Maresi, quant à elle, est une jeune narratrice attachante et agréable à suivre. Elle est toujours heureuse d'apprendre de nouvelles choses, toujours heureuse d'aider son entourage et cela en fait une belle personne. Elle a également conscience de la chance qu'elle a d'apprendre sur l'Ile alors que d'autres vivent dans la pauvreté, la famine ou encore la violence. Yaï, elle, est beaucoup plus difficile à cerner. Depuis son arrivée sur l'Ile, elle est discrète et secrète mais elle nous apparaît aussi de plus en plus effrayée et en colère. Elle ne se confie pas immédiatement sur son histoire, sur son passé et on commence à douter. Car justement son passé la rattrape et toutes les sœurs sont alors en danger... 

 

Malgré la menace, on se dit que rien ne pourra défaire la sérénité des lieux. C'est impossible. La deuxième partie du roman vient alors nous surprendre, plus sombre et plus violente que le reste du récit. Il en ressort pourtant quelque chose de très positif pour notre héroïne. Cette mésaventure ne pouvait que la faire grandir. Elle voit le monde qui l'entoure différemment et les dernières pages ne peuvent que donner envie de poursuivre l'aventure à ses côtés. A suivre...

 

 

 

 

Ma note :  7/10

 

 

 

 

"... Je m'appelle Maresi, fille d'Enre, et je consigne ceci en l'An 19 de la 32ème Mère. Depuis que j'ai rejoins l'Abbaye Ecarlate, il y a quatre ans, j'ai lu presque tous les textes anciens relatant l'histoire de ce lieu. Sœur O dit que mon récit sera joint à ces écrits. Je trouve ça un peu étrange. Je ne suis pas Mère, ni même une sœur expérimentée. Je suis une simple novice. Pourtant, d'après Sœur O, il est important que je témoigne de ce qui s'est passé ici. Parce que j'ai tout vu de mes propres yeux ... "

 

 

 

 

 

Pour acheter votre exemplaire (14,90€)

AMAZON - FNAC



06/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 115 autres membres