* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Apocalypse Blues de Chloé Jo Bertrand (tome 3)

 

 

 

Post Apocalypse

Tome 3/3

640 pages

Parution : 13 novembre 2019

COLLECTION BIG BANG

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Après le drame terrible qu'ils ont vécu, Matthew, Charly, Kiran et Camille peinent à se remettre et à garder le groupe uni. Leur errance se poursuit à travers les terres de ce monde dévasté, en quête d'un nouveau sens à donner à leur survie.

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

 

La fin du deuxième tome m'avait brisé le cœur et je n'avais pas franchement hâte de continuer cette trilogie. Tout simplement parce que nos héros ont bien assez souffert et je ne savais pas bien à quoi m'attendre pour la suite de leurs aventures. Puis ils ont commencé à me manquer et il fallait absolument que je découvre si ils avaient droit à une fin d'errance un peu plus douce.

 

On retrouve Matthew, Camille, Charly et Kiran deux ans plus tard et cette découverte m'a fait l'effet d'une petite bombe. Nos héros n'avancent plus ensemble et c'est franchement triste de les voir si loin les uns des autres. Dans un même temps, c'est comme si nous ne les avions jamais quittés et la lecture est fluide dès les premiers instants.

 

Ce troisième tome est à l'image des deux autres, éprouvant. Nos héros vivent bien d'autres mésaventures, et les voir avancer presque en solo ne nous rassure pas le moins du monde. On réalise combien ils sont vulnérables et fort à la fois. Les uns puisent dans l'amour qu'ils se portent, ou dans le peu d'espoir qu'il leur reste, les autres puisent leur force d'avancer dans un fantôme.  Tout ça est terrible à suivre.

 

On les sent aussi toujours inquiets pour l'avenir. Sont-ils destinés à errer sur les routes, encore et encore, vers une destination incertaine? Vont-ils finalement perdre leur soif de liberté ?

 

Dans ce tome, je pense que c'est Matthew qui m'a le plus touché. Je l'ai senti presque résigné et sur le point d'abandonner la partie. Et puis il y a aussi Camille, absolument déroutante dans son envie de réunir tout le monde.  La fin du monde n'a épargné aucun d'entre eux et j'ai aimé que l'auteure s'attarde sur la psychologie de chaque personnage, sur leurs blessures. Le récit reste alors très humain et réaliste et c'est définitivement l'un des points forts de cette trilogie.

 

Si ce dernier tome a été quand même un poil trop long à mon goût, j'ai aimé découvrir la fin des aventures chaotiques de Matthew, Camille, Kiran et Charly. J'ai suivi leur voyage et les nombreuses péripéties avec beaucoup d'émotions. Cette trilogie rejoint sans grande surprise mes lectures favorites dans la catégorie post-apocalypse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Tout est cassé dans et autour d’elle. Ses yeux brûlent trois fois plus fort que le feu de camp, son regard est déchiré, l’univers se dilate, comme repoussé par la poche de vide autour d’elle. Elle a plus rien. Kiran et Charly ne peuvent pas comprendre, on a plus rien, elle et moi, plus rien. Sauf les cartouches dans mes poches. »

 

 

 

 

 

 

« Quand il va trop vite pour moi je le retrouve en flairant ses odeurs. Il sent la peine, la peur, la colère aussi. Et une autre odeur. Bizarre. Pas supposée être là. L’odeur d’émotions qui se mélangent, coulent dans tes yeux, t’aveuglent, t’inondent d’ombres qui n’existent pas »

 

 

 

 

 

 

 

« Je voudrais arrêter de faire des trucs, arrêter de penser, arrêter de transporter des fusils et des guitares, arrêter de chercher des enfants, arrêter de respirer, arrêter d’être moi, arrêter, juste arrêter. »

 

 

 

 

 

 

 

« T’aimer m’a rendu plus fort, et ça me tue parce que je voudrais pouvoir être plus fort par moi-même, sans avoir besoin d’aimer quelqu’un pour ça. Je sais pas si ça me plaît, que tu sois ma force, parce que je sais pas si j’ai envie d’avoir ma force qui marche à côté de moi, je sais pas si c’est vraiment une force si tu peux la faire disparaître avec une balle dans la tête ou une explosion ou un raz-de-marée. Je sais pas si je veux d’une force aussi vulnérable.

C’est pour ça que j’ai peur, je crois »

 

 

 

 

 

 

« — Toi et ta petite bande vous êtes des putain de cafards increvables, lui souffle-t-elle à l’oreille. »

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 



27/01/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 138 autres membres