* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Romans


La Communauté de Candase de Hannah Eidyn (tome 1)

 

 

 

 

 

Fantasy - Young Adult

324 pages

Parution : le 7 février 2019

Autoédition

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

La Communauté de la Reine Candase est une société rigoureusement organisée : les femmes, soldates et magiciennes, en assurent la protection depuis des siècles. Mais on ne naît pas guerrière, on le devient. C'est ce qu'Evanine et ses consœurs vont découvrir avec plus ou moins d'enthousiasme et de succès au cours de leur entraînement obligatoire aux Colonnes. Les hommes, eux, ne s'occupent que de l'artisanat et n'ont aucun pouvoir de décision. Or, Liam, un jeune garçon en âge d'être apprenti, rêverait de suivre la même formation que les filles et d'apprendre à se battre, à survivre en milieu hostile, à chasser ou encore à utiliser l’Énergie des Éléments. Un droit qu'on lui refuse, évidemment. Mais quand sa bonne étoile lui tend la main, Liam décide de la saisir…

 

 

L'avis de *S* 28 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

A treize ans, Evanine est sur le point de rejoindre les Colonnes pour devenir apprentie guerrière. Comme à toutes les femmes de la Communauté, on lui donne l'opportunité de devenir une soldate redoutable et d'apprendre à se lier aux Quatre Eléments. Liam, est un garçon du même âge, lui aussi sur le point de faire son entrée aux Colonnes mais pour y apprendre un métier manuel. Car dans ce monde, les hommes ne sont pas ceux qui défendent la Communauté...

 

L'auteure nous présente une communauté tout à fait remarquable. Les femmes dirigent et défendent la communauté de la Reine Candase avec pour principal objectif de la faire perdurer.  A travers la formation intense que suit Evanine et les jeunes filles de son âge, on découvre peu à peu comment tout cela fonctionne mais aussi quelle est la place des hommes dans ce monde.

 

Comme vous l'aurez compris, l'auteure a réussi à inverser la tendance de notre société actuelle. Si aujourd'hui, nous avons fait de très nets progrès en terme d'égalité, ce n'est absolument pas le cas dans le monde d'Evanine et Liam. Cette organisation nous pousse alors à quelques réflexions et j'ai trouvé la construction de ce monde tout à fait brillante.  

 

C'est notamment à travers le personnage du jeune Liam que nous notons que la majorité des membres de cette communauté a l'esprit fermé, ou tait ses opinions. Liam est un garçon qui ne veut pas se cacher et fuir face au danger. Il est convaincu que ce n’est pas parce qu’il est un garçon qu’il ne peut pas se battre. Pour lui, c’est tout à fait injuste que cela soit réservée aux filles et sa nature le pousserait plutôt à agir que subir. C'est un héros qui ne se sent pas à sa place, qui semble vouloir changer les choses et c'est l'un des personnages qui m'a le plus convaincu.

 

La magie est aussi au cœur du récit, par touches, et j'ai beaucoup aimé découvrir cet aspect de l'univers mis soigneusement en place par l'auteur. Elle trouve naturellement sa place dans ce monde et se révèle même plus importante que je ne le soupçonnais au début du roman. (J'ai hâte d'en savoir plus sur les Dons Personnels)

 

La fin du roman quant à elle, m'a agréablement surprise. Un problème de taille se pose pour la Communauté et on se demande quelles mesures vont être prises. L'auteure nous donne alors un peu d'espoir, pour finalement venir nous le retirer soudainement. J'avoue n'avoir rien vu venir et c'est le genre de final que j'aime, qui continue de nous faire réfléchir après coup, et qui donne encore plus envie de découvrir la suite. Bien qu'introductif, ce premier tome a été passionnant et j'ai beaucoup aimé partir à la rencontre de cette communauté imparfaite et de son mode de vie. A suivre...

 

 

 

 

Ma note : 17/20

 

 

 

 

 

 

 

« Evanine, quant à elle, aimait le tourbillon de vie incessant qui agitait les rues de la Communauté tout autant que de se ressourcer dans le calme qu'offrait leur maison du bout du monde. Mais s'il était propice au repos, cet environnement n'en était pas rassurant pour autant. Et les histoires dramatiques sur les redoutables prédateurs et tribus étrangères qui vivaient alentour – et dont Lillia l'abreuvait depuis l'enfance – n'arrangeaient rien à l'affaire. »

 

 

 

 

 

 

« Combien de fois Evanine avait-elle rêvé de pouvoir manipuler à sa guise les quatre Éléments, comme Edora ou Lillia savaient le faire ! Mais jusqu’à présent, elle n’avait reçu qu’une formation généraliste négociée par sa famille auprès de l’une de ces conteuses, que l’on appelait baïmra, en échange de quelques meubles et d'un élixir – prétendument « de longue vie » –. Pour l'heure, donc, elle ne se cantonnait qu'à essayer de se relier à l’Énergie de la Terre pour tenter d'accélérer la pousse des framboisiers que Lillia avait plantés devant la maison. »

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 


17/08/2019
0 Poster un commentaire

Zoomancie de Adrien Tomas

 

 

Anticipation - Ecologie

330 pages

Parution : le 22 août 2019

Editions LYNKS

 

 

 

Et si les animaux étaient le seul espoir de l'humanité ?

 

 

 

Synopsis :

 

 

Une baleine.
Une baleine s'est engouffrée dans les Eaux, profitant de la dernière crue. Mais le niveau a baissé, entretemps, et le chemin du retour a disparu.
Elle est piégée à Paris.
Son gros œil d'encre noire se fixe soudain sur moi. Je vacille, brusquement happée. La baleine m'a harponnée, a pris ma conscience en otage. Je ne peux plus bouger. Elle se remet à chanter, son regard dans le mien.

 

Fin du XXIe siècle. Le monde est dévasté. Trois jeunes. Faustine, dont l'âme chante avec celle d'une baleine, Kamili, lié à un okapi et Spider, hacker arachnophile traqué par une organisation mortelle. Trois couples pour donner de l'espoir à l'humanité. À moins que les forces lancées sur la piste de Spider les en empêchent...

 

 

L'avis de *S* 28 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Nous plongeons dans un monde qui a connu bien des drames, un monde qui pourrait très bien être le nôtre dans quelques années. On y rencontre tour à tour Faustine qui travaille à la ménagerie sur l'Ile de Vincennes, Kamili, jeune ranger dans une réserve au Congo et Spider, hacker qui se cache en Malaisie. L'alternance entre leurs points de vue nous permet d'avoir rapidement une vue d'ensemble sur l'état de la planète. Ce n'est pas joli-joli à voir...

 

Ce n'est plus du tout le monde tel qu'on le connaît aujourd'hui et ce début de lecture marque les esprits. On prend connaissance des conflits qui ont eu lieu, de l'organisation politique, de la façon dont les gens survivent, notamment à Paris qui est désormais un ville inondée dans laquelle se déroule la majeure partie de l'histoire.

 

C'est avec la présence d'une baleine à Paris que l'auteur nous donne un premier espoir. Chaque héros semblent avoir développé un lien avec un animal et cette connexion toute spéciale m'a agréablement surprise. Le titre du roman prend alors peu à peu son sens, l'intrigue se met en place et le rythme de lecture s'accélère.

 

J'ai beaucoup aimé les différents personnages. Principaux ou secondaires, ils apportent tous quelque chose à la lecture et on se laisse emporter par leurs aventures respectives jusqu'à ce qu'elles se rejoignent pour de bon. Spider est peut-être le personnage avec lequel j'ai le moins accroché. Je n'ai pas immédiatement compris le rôle de ce garçon solitaire, traqueur d'informations, jusqu'à ce  que l'auteur lâche une véritable bombe à travers ce héros. A partir de ce moment, je l'ai vraiment senti impliqué et à sa place.

 

Tout au long du roman, l'auteur aborde des thèmes auxquels j'ai été sensible. Dans ce monde, les hommes se laissent facilement emporter par la colère, la haine, la violence et comme on peut l'imaginer,  cette combinaison fait des dégâts. On tente alors d'y confronter la bienveillance et l'empathie, deux capacités puissantes, mêlés à la rage de vivre de nos héros. Le message de ce roman d'anticipation est fort. L'auteur souligne que la sauvegarde de la nature, des animaux, ne peut qu'avoir un impact positif sur l'humanité.

 

Les cent dernières pages nous offrent un récit beaucoup plus intense puisque nos héros sont face à un ennemi coriace, dont le plan et les motivations sont complètement dingues et cruelles. Je n'ai plus lâché ma lecture. Sans aucune hésitation, on sait de quel côté se ranger et on croise les doigts pour qu'ils remportent le combat.  Toutefois, le final n'a pas été assez développé à mon goût et laisse une légère impression d'inachevé. J'aurais beaucoup aimé rester encore un petit peu avec nos héros. Parce qu'on sait que tout n'est pas arrangé, que la route est encore longue ...

 

 

PS : Une chanson est associée à chaque chapitre et c'est le genre de tout petit détail qui apporte beaucoup à l'ambiance de la lecture, en plus de nous faire découvrir de superbes titres ! <3

 

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_3906442_201407085355361.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

'... Avant, on les appelait les Eaux "la Seine". C'était une rivière d'eau douce qui traversait sagement Paris dans un lit de béton et de pierre. C'était avant ma naissance, il y a plus de cinquante ans. Avant le givre en mai et les tempêtes en juillet, avant l'insurrection sanglante de la Bretagne et la Provence réduite en cendres, avant les Masques rouges et les Gants blancs. Je suis heureuse de ne pas avoir connu ce qu'il y avait avant, quand je vois la douleur de tous ceux qui se souviennent de leur ancienne vie. Je comprends leur colère... "

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Il y a toujours quelque chose à craindre, et on ne peut jamais prévoir si le coup dur suivant sera du fait de Mère Nature, ou de l'humanité à bout de nerfs... "

 

 

 

 

 

 

 

"... Les baleines ont failli s'éteindre, jadis. La légende veut que ce soit à cause de son goût pervers pour la chasse aux cétacés que le Japon a sombré dans la mer en une seule nuit. La vengeance de Mère Nature qui n'aurait pas supporter qu'on massacre ses enfants favoris... "

 

 

 

 

 

 

 

 

" ... j'ai sous les yeux une nouvelle preuve que ce monde n'est pas fait pour la paix. Des trous noirs et rouges dans la chair pâle, la chair d'une simple vétérinaire en charge de la sauvegarde d'animaux en voie de disparition... "

 

 

 

 

 

 

 

 

"... On ne s'aime plus, à Paris ou ailleurs. On n'est plus capables d'aimer. La colère prend toute la place... "

 

 

 

 

 

 

 

 

"... A l'époque, les gens s'imaginaient que tout allait bien, ou finirait par aller mieux. Ils s'enfermaient dans des certitudes absurdes et n'œuvraient que pour que leur environnement immédiat s'améliore. Sans trop penser au reste du monde. Sans trop faire d'effort...

 

 

 

 

 

 


14/08/2019
1 Poster un commentaire

Ciao Bianca de Vincent Villeminot

 

 

 

 

 

A partir de 12 ans

Voyage - Deuil - Pardon

330 pages

Parution : le 23 août 2019

Editions FLEURUS

 

 

 

 

Synopsis :

 

Cela fait trois ans que Matthieu n’a pas vu sa famille, depuis qu’il a claqué la porte de la maison, le jour de ses 18 ans. Il n’a pas répondu aux appels de sa mère, a évité de donner des nouvelles.  Mais le jour où il apprend qu’elle vient de mourir, un cancer foudroyant, il ne peut faire autrement que d’aller à l’enterrement…


Enfin, l’enterrement… Ce n’est pas vraiment ça… juste une cérémonie…
Parce que Bianca Fois a prévu d’être inhumée en Sardaigne, dans le caveau familial. D’ailleurs, elle a déjà tout organisé : c’est Matthieu qui doit aller là-bas, pour l’accompagner jusqu’à sa dernière demeure. Seul avec son frère et sa sœur, des jumeaux de 11 ans, Gavi et Lena, qu’il ne connaît plus trop. Matthieu suppose d’ailleurs qu’il a beaucoup à se faire pardonner d’eux.


Ce dont il ne se doute pas, c’est que la descente de l’Italie, et le voyage sur l’île, vont être l’occasion de pas mal de galères, et aussi d’éblouissements, de bains de mer, de nuits à la belle étoile, de chasse aux chauve-souris et au fromage – ce « fromage pourri », spécialité sarde, plein de larves et des asticots qui mangent le corps de ceux qu’on aime…

 

 

 

 

L'avis de *Sissi* 23 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

 

A l'âge de 18 ans, Matthieu a brusquement quitté sa famille. Trois ans plus tard, sa tante Grazia lui annonce  la mort de sa mère, suite à un cancer. Le jeune homme savait qu'elle était malade mais il ne s'est jamais déplacé, il ne lui a pas dit au revoir, ne mesurant pas vraiment à quel point cela pouvait être grave. Désormais, Mathieu redoute les retrouvailles avec le reste de la famille, surtout dans ces circonstances...

 

Quand sa tante lui fait part du dernier souhait de sa mère, qui était d'être enterrée en Italie avec la seule présence de ses trois enfants, Matthieu n'a pas d'autre choix que d'emmener Gavi et Lena, les jumeaux de onze ans qu'il n'a pas vu depuis trois ans. Commence alors un voyage qu'il n'attendait pas et pendant lequel il va devoir assurer son rôle de grand-frère. On réalise bien vite que c'est exactement ce dont ils avaient tous les trois besoin. Pour réfléchir, pour reconstruire...

 

L'auteur nous offre un récit plein de mélancolie et on se laisse porter. On découvre les raisons du départ de Mathieu, on découvre comment était sa mère pendant son adolescence. Si certains choix de notre héros peuvent d'abord paraître égoïstes, on n'a aucun mal à se mettre à sa place et à comprendre.

 

Puis sa relation avec les jumeaux vient nous toucher en plein coeur. Il y a ces choses qu'ils n'osent pas se dire. Tous les trois ne sont pas encore prêts et ils gardent leur regrets et leur rancune pour eux. Finalement, ce sont les quelques petits pépins sur la route qui changent la donne. Le voyage en Italie ne se passe pas comme prévu et l'ambiance s'allège peu à peu entre eux. Pour leur offrir des moments inoubliables...

 

Ciao Bianca est un roman qui m'a mis les larmes aux yeux à plusieurs reprises. Ce n'est pas seulement un roman qui parle de deuil et de pardon. Il est aussi question de ce lien tout particulier entre frères et soeurs. Matthieu, Lena et Gavi forment un trio très attachant et tout au long de la lecture on les encourage à se confier les uns aux autres. Leur lien a été fragilisé avec les années, mais il est toujours là et on ne peut qu'être touché par la façon dont ils se redécouvrent tous les trois. C'est une belle histoire et j'aurais beaucoup aimé faire encore un petit bout de route à leur côtés...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Il ne faut pas toujours être gentil, si les choses comptent ; il faut parfois devenir chiant et méchant comme la pluie. C'est important, parfois... "

 

 

 

 

 

 

 

"... C'étaient des minutes étranges. En discutant de sites touristiques, ils savaient parfaitement tous les trois qu'ils faisaient diversion. On allait enterrer une mère. Fallait pas croire.... " 

 

 

 

 

 

 

"... La fraternité, c'est comme le vélo. Ca ne s'oublie pas. Il suffit de pédaler... "

 

 

 

 

 

 

 

"... Gavi resta allongé dans le sable humide, à la lisière des vagues, à plat ventre, clapotant dans cinq centimètres d'eau, immergé par l'écume chaque fois qu'un rouleau plus fort venait jusqu'à lui. Il divaguait, disait des sottises. Il avait l'air heureux, Lena aussi. Et Matthieu se sentait bien, incroyablement à sa place, à l'endroit précis où l'assignait sa vie... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Découvrez les << premières pages >>


11/08/2019
3 Poster un commentaire

Lady Helen de Alison Goodman (tome 3)

 

 

 

 

Tome 3/3

Fantasy

656 pages

Parution : le 20 juin 2019

Editions GALLIMARD

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Bath, décembre 1812... Lady Helen prépare son mariage avec le duc de Selburn, mais son esprit est ailleurs : sa mission de Vigilante Suprême n'est pas encore accomplie. Cette double vie met Helen au supplice : non seulement elle doit résister à ses sentiments pour le charismatique Lord Carlston, mais elle doit aussi maîtriser ses pouvoirs. La confrontation finale avec leur grand ennemi, l'Abuseur Suprême, est imminente...

 

 

 

 

L'avis de *S* 28 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Lady Helen et Lord Carlston sont désormais liés et forment le Vigilant Suprême. C'est un avantage considérable pour espérer vaincre leur mystérieux et puissant ennemi qu'est l'Abuseur Suprême. Malheureusement, ce n'est pas si simple pour Lady Helen de continuer de s'entraîner et de se battre contre les Abuseurs, à l'approche de son mariage avec le Duc de Selburn...

 

J'étais impatiente de retrouver Lady Helen et Lord Carlston pour une toute dernière aventure. Ces deux héros m'ont fait forte impression dans les tomes précédents, notamment dans leur façon d'exprimer leurs sentiments. Ils restent depuis le début dans la retenue malgré un attachement qui crève les yeux. Beaucoup de paramètres entrent en compte : leur rang, leur réputation, leurs obligations. Mais tout est encore un peu plus compliqué depuis que Lady Helen doit allier ses devoirs de Vigilante et ceux d'une future épouse. J'étais très curieuse de découvrir comment l'auteure allait nous sortir de tout ça !

 

Pour ce troisième et dernier tome, vous pouvez compter sur des descriptions toujours aussi soignées. L'auteure réussit à nous plonger dans une autre époque avec beaucoup de réalisme et d'élégance. Le comportement de ses personnages est également en accord avec les convenances et les codes de la société en ce début du XIXème siècle. Même si certaines remarques nous agacent parfois, elles collent parfaitement au contexte. (A cette époque, on attend surtout des femmes qu'elles soient dociles, pour assurer leur rôle d'épouses puis de mères. Heureusement, les choses ont bien changé.)

 

 

Moins d'action, plus de doutes? Si le rythme de lecture est relativement lent dans la première moitié du roman, j'ai eu du mal à décrocher des trois cent dernières pages. Nos deux Vigilants ont longtemps préparer la bataille, mais on sent qu'ils ne maîtrisent pas tout. Il y a ces évènements sur lesquels ils n'ont absolument aucun contrôle et qui les font douter de leurs capacités. Ils ont beau avoir confiance l'un en l'autre, on sait que ça ne suffira pas et qu'ils devront se montrer plus forts que jamais. Lady Helen doit donc apprivoiser  au plus vite le pouvoir qui grandit en elle et qui est en soit assez déstabilisant.

 

Puis il y a toujours cette question qui persiste : qui se cache derrière l'Abuseur Suprême? Il y a ce personnage qui m’hérissait le poil et que je ne sentais pas depuis le tout premier tome et cette intuition a été la bonne. Toutefois, on n'a pas tous les éléments en main pour en avoir la certitude et j'ai aimé ces petits retournements de situation qui nous font douter et angoisser. L'auteure nous laisse dans le flou et on adore ça !

 

 

J'ai trouvé le final de cette trilogie assez intense et la toute dernière confrontation a été à la hauteur de mes attentes. Je craignais un peu d'avoir le cœur brisé en terminant ce tome mais finalement tout va bien. On quitte les membres du Club des Mauvais Jours de façon explosive, mais je n'en attendais pas moins.

 

 

 

 

 

 

 

« La jeune femme ferma la porte derrière elle puis resta un instant immobile dans le couloir glacé. Le lien entre Carlston et elle était-il physique ? Ou alchimique ? Elle l’ignorait. Elle n’était sûre que d’une chose : ni elle ni lui ne pouvait lui échapper. »

 

 

 

 

 

 

 

 

« ... ce que j’ai appris, c’est que l’amour est un acte de foi. Un acte qui vous mène non seulement à la personne que vous aimez, mais à la vérité de ce que vous êtes. Les gens que vous aimez et la façon dont vous les aimez vous en apprendront davantage sur vous-même que n’importe quoi d’autre au monde. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 


09/08/2019
1 Poster un commentaire

Les MacCoy de Alexiane Thill (tome 2)

 

Les MacCoy - tome 2 L'ours et le taureau par [Thill, Alexiane]

 

 

 

 

 

Tome 2

Romance Contemporaine - Ecosse

729 pages

Parution : le 4 juillet 2019

Editions HUGO NEW ROMANCE

Collection POCHE

 

 

 

 

Riamh, m'eudail
À jamais, mon amour...

 

 



Synopsis :

 

Après avoir découvert le terrible secret de Caleb MacCoy, Phèdre a rejoint le château de Dunvegan pour enfin prendre possession de l'héritage de son père. Désormais à la tête des MacLeod, elle découvre la vie de chef de clan... Mais sa position est fragile : depuis son fief d'Inveraray, le bourreau de son enfance, Henry Campbell, est à l'affût de la moindre opportunité pour la faire chuter...

Et pour cela, il est prêt à se servir de Caleb. Car aux yeux des clans, Phèdre est toujours la Pupille de ce dernier, et elle est donc censée respecter ses ordres...

 

 

 

L'avis de *Sandra* 26 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Nous sommes de retour en terres écossaises et c'est toujours aussi dépaysant. Phèdre tente de s'approprier son héritage et j'ai beaucoup aimé la retrouver sur ses terres, dans son château. Elle est désormais à la tête de l'une des plus grandes familles écossaises, les MacLeod, mais ce n'est pas si simple de se montrer à la hauteur de ce rôle. Il lui est difficile de s'investir. Au début de ce deuxième tome, Phèdre ne sent pas capable de diriger Dunvegan et on a cette impression qu'elle ne prend pas son rôle au sérieux. Elle s'isole et l'envie de se venger des Campbell et de l'Ogre est quant à elle bien présente...

 

On ne peut toutefois que croire en Phèdre car elle est une héroïne emplie d'autant de peur que de rage. La route est encore longue pour se faire respecter et espérer redorer le blason des Macleod mais ce n'est pas impossible. C'est donc un vrai plaisir de découvrir son quotidien et de la voir petit à petit s'affirmer en tant que chef.

 

En ce qui concerne Caleb, c'est tout aussi complexe. La fin du premier tome m'avait brisé le cœur et je ne savais pas quoi penser de ce héros. Ce deuxième tome nous offre son point de vue et plusieurs retours en arrière qui nous permettent d'éclaircir les zones d'ombre et de mieux cerner l'Ogre. Le récit est alors rythmé par quelques révélations et l'émotion est plus que présente. 

 

Si on suit séparément Caleb et Phèdre pendant une bonne partie du récit, on redoute un peu leurs retrouvailles. Les secrets et les conflits entre les clans sont un véritable poison et on ne sait pas ce qui nous attend et comment toute cette histoire se terminera. Nos héros doivent sans cesse choisir entre l'amour et le devoir, et c'est terrible. Ce deuxième tome est donc aussi intense que le précédent et on tourne les pages pour découvrir quelle alliance pourrait sauver ces deux clans auquel on s'est tant attachés, quelle décision pourrait faire pencher la balance en leur faveur. J'ai vraiment hâte de poursuivre l'aventure, même si cela se fera sans doute auprès d'autres personnages.

 

 

 

 

 

 

 

« Seule contre tous, je dois me battre contre un Sanglier qui se rêve en roi d’Écosse.

Et un Ogre. »

 

 

 

 

 

 

« La faiblesse n’est pas de mise dans notre monde. Si vous titubez, nombreux sont ceux qui en profiteront pour vous égorger. »

 

 

 

 

 

 

 

« Les Highlands méritent de connaître la paix. Les fils et les filles d’Écosse n’ont plus à subir la rivalité des Clans.

Je ne désire pas que les Familles s’éteignent ; ce que je souhaite, c’est qu’elles aspirent désormais à la prospérité, qu’elles cessent de trancher des gorges pour conquérir des morceaux de terrain.

Je rêve d’une Écosse unifiée et paisible. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 


07/08/2019
0 Poster un commentaire

Le monde de Nedarra de Katherine Applegate

 

 

 

 

 

Aventure - Fantastique

A partir de 9 ans

416 pages

Parution : le 23 mai 2019

Editions SEUIL JEUNESSE

 

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Autrefois, plusieurs espèces civilisées se partageaient le royaume de Nedarra aux côtés des humains.

Aujourd’hui, les dairnes, dotés du pouvoir incroyable de déceler les mensonges, ont presque entièrement disparu…

Ultime survivante de sa meute, Byx ne peut pas croire qu’elle soit la dernière dairne et part à la recherche de la Première Colonie, un clan mythique qui vivrait au nord du royaume.

Avec Tobble, un wobbyk, Gambler, un felivet, et Khara, une jeune humaine, Byx arrivera-t-elle à sauver les créatures de Nedarra de l’avidité des humains ? Et retrouvera-t-elle les siens ?

 

 

 

 

L'avis de *Andy* 16 ans, rêveur et mangeur de papier

 

Les dairnes sont une espèce en voie de disparition. Il n'y a plus que trente neuf membres dans la meute de Byx et ils sont contraints de se cacher. Alors que ces tous derniers dairnes se préparent à un grand voyage pour rejoindre la première colonie, la petite Byx choisit d'aller voir la mer une dernière fois avant le départ. Sa petite escapade ne se passe pas comme prévu puisqu'elle sauve un petit wobbyk. Mais surtout, à son retour, elle assiste à une véritable scène d'horreur. Tous les dairnes ont été massacrés...

 

L'auteure nous plonge dans un monde tout à fait remarquable et c'est la première belle surprise de la lecture. Catherine Applegate a créé toute une faune et des espèces fascinantes avec lesquelles on se familiarise peu à peu. Les descriptions sont complètes et nous permettent d'imaginer sans aucun mal à quoi ressemblent un dairne, un wobbyk, un raptidon, un félivet... etc. Une petite dizaine d'espèces nous sont  alors présentées au cours du roman et elles font partie des espèces dirigeantes de ce monde, toutes soumises au maître Murdano (même l'espèce humaine, oui oui). On prend plaisir à découvrir leurs particularités et même les coutumes de leur espèce, pour certaines d'entre elles. C'est fascinant !

 

Deuxième belle surprise, les héros de l'histoire, à commencer par Byx.  Considérée comme la plus petite et la plus maladroite de sa meute, elle est désormais l'Ultimon, la dernière de son espèce. Si elle doute beaucoup de sa valeur et d'elle-même, on ne tarde pas à s'attacher à cette héroïne qui a tout perdu. L'auteure en a fait un personnage touchant et précieux. Elle qui rêvait d'aventures, elle va être servie même si cela se déroule dans de bien tristes circonstances. Puis au fil de la lecture, une équipe quelque peu inattendue se forme. Ce sont des espèces qui n'ont pas pour habitude d'interagir ensemble, et pourtant. J'ai eu un petit coup de cœur pour Tobble, qui est probablement la petite créature la plus courageuse de la troupe.

 

Les aventures de Byx et de sa nouvelle famille nous emmènent très loin dans le Royaume de Nedarra. Les embûches sont nombreuses et c'est sans compter l'hypocrisie humaine ou encore à la soif de pouvoir qui guident l'ennemi. On est bien loin de la préservation des espèces menacées !  L'auteure nous offre un véritable voyage qui se transforme en long combat, ou plutôt en quête de vérité dans laquelle on s'implique autant que nos héros. Ce premier tome fait aussi partie de ces romans jeunesse qui mettent en avant de très belles valeurs comme la loyauté et le courage. Je lirai la suite avec plaisir !

 

 

 

 

 

 https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_3906442_201407085355361.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 Découvrez les << premières pages >>

 

 

 

 

 

« Plus nous approchions de l’île, plus il survint des choses étranges, dérangeantes… mais aussi palpitantes. Jusqu’alors, ma vie s’était résumée à la meute et à l’environnement naturel que nous habitions. Ce monde-ci était différent : rempli d’humains, de chevaux, de carrioles chargées d’objets étranges et de drôles d’aliments, de cris et de bruits.

Et d’odeurs. Toujours plus d’odeurs. »

 

 

 

 

 

« Je n’avais de place nulle part d’autre que sur ce bateau. Je n’avais plus de famille à rallier.

J’étais seule.

Je n’avais aucune idée d’où je me rendais, et n’avais aucun plan. Aucun but. Je n’étais qu’un bagage transporté par Khara. Promise à un destin que je n’imaginais pas. »

 

 

 

 

 

 

 

« De la vérité naît la force. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.


06/08/2019
1 Poster un commentaire

Le Passageur de Andoryss (tome 1)

 

 

 

Fantastique

283 pages

Parution : le 16 mai 2018

Editions LYNKS

 

 

 

Synopsis :

 

Matéo Soler sait que les fantômes existent. Il le sait parce que sa mère en a aidé des dizaines à trouver le repos, jusqu’à ce qu’elle-même meure, des années auparavant. Ce que le jeune garçon ne pouvait pas deviner, par contre, c’est qu’il hériterait de son pouvoir. Devenu Passageur à son tour, le voilà contraint de lutter contre un trushal odji, une âme affamée. Pour s’en libérer, Matéo n’a d’autre choix que de rejoindre l’âme dans son époque d’origine afin d’y apaiser sa mort. Mais alors qu’il est propulsé au temps de la Commune et au milieu des horreurs de la semaine sanglante, il comprend que sa tâche ne sera pas si facile…

 

 

 

L'avis de *S* 28 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

Matéo sentait qu'un verrou était sur le point de céder au fond de lui. Ses migraines de plus en plus fréquentes et ses rêves auraient dû l'alerter. Le jour où le fantôme d'une petite fille se montre à lui, le jeune homme sait ce qui l'attend. Matéo a hérité du même don que sa maman. Il devient alors  un Passageur, bien que ce soit un pouvoir traditionnellement réservé aux femmes...

 

J'ai d'abord été touchée par l'histoire personnelle et familiale assez délicate de notre héros. Matéo fait partie de la communauté Roms sédentarisée et il n'est pas rare qu'il soit traité comme un paria. Puis il y a le comportement de son père qui nous secoue, cette haine toujours tournée vers son fils qu'il tient responsable de la mort de sa femme. Matéo se révèle être un  jeune homme qui étouffe, qui est seul malgré le soutien de son frère Diego et de sa petite sœur Luisa.

 

Le début du roman est assez flou quand au rôle exact de Matéo et on évolue dans une ambiance toute mystérieuse. On découvre à ses côtés chaque aspect de son pouvoir, et on se familiarise petit à petit avec les différentes rencontres du garçon, les différentes entités. L'auteure en profite aussi pour nous faire ressentir toutes sortes d'émotions et de sensations liées au voyage entre les mondes et à ce don si particulier. Elles sont superbement décrites et j'ai découvert une plume très sensible.

  

Lui qui vit déjà avec ses propres démons, on lui demande d'accepter et d'apprivoiser un don complexe. Est-il prêt à servir les morts pour qu'ils trouvent la paix? Matéo n'est pas très rassuré, et seul qui plus est, mais on le sent résolu à aller jusqu'au bout de sa mission. Il y va à tâtons, il s'y prend parfois un peu mal, toutefois j'ai aimé sa façon d'appréhender ces évènements inhabituels.

 

Ce premier tome est moins sombre que je l'imaginais et aborde des thématiques variées que je n'attendais pas. Ce récit nous offre d'ailleurs un véritable voyage dans le temps et c'est franchement passionnant. Pour sa mission, l'auteure plonge son héros à la fin du XIXème siècle lors d'un mouvement révolutionnaire à Paris. C'est une agréable surprise et je me suis laissée guider avec plaisir tout au long de la lecture. Et après cette fin apaisante et émouvante, j'ai hâte de me plonger dans le second tome. Je pense qu'on a encore pas mal de choses à découvrir sur Matéo et son pouvoir. A suivre dans le Journal et le Serpent...

 

 

 

 

 

Ma note : 17/20

 

 

 

 

 

 

 

Vous aimez les histoires de fantômes ? � Je vous en ai rapidement parlé en story, cette semaine je me suis plongée dans le premier tome du Passageur de @andoryss et cela a été une agréable surprise � Matéo sentait qu'un verrou était sur le point de céder au fond de lui. Ses migraines de plus en plus fréquentes et ses rêves auraient dû l'alerter. Le jour où le fantôme d'une petite fille se montre à lui, le jeune homme sait ce qui l'attend. Matéo a hérité du même don que sa maman. Il devient alors un Passageur, bien que ce soit un pouvoir traditionnellement réservé aux femmes... Matéo est un héros touchant, qui a une histoire, un passé, et qui vit déjà avec ses propres démons. Alors est-il prêt à servir les morts pour qu’ils trouvent la paix? Peu à peu, on découvre chaque aspect de son pouvoir et on se familiarise avec les différentes rencontres, les différentes entités. L'auteure en profite aussi pour nous faire ressentir toutes sortes d'émotions et de sensations liées au voyage entre les mondes et à ce don si particulier. Elles sont superbement décrites et j'ai découvert une plume très sensible.  Ce premier tome est moins sombre que je l'imaginais et aborde des thématiques variées que je n'attendais pas. Ce récit nous offre d'ailleurs un véritable voyage dans le temps et c'est franchement passionnant... (Un article plus détaillé vous attend sur le blog si vous souhaitez en savoir plus �) #bookaholic #bookaddict #instabook #instalecture #bookishpost #andoryss #lepassageur #editionslynks #fantome #youngadult #lecoqetlenfant #pauselecture #bookblogger #booklover #bookobsessed #bookreview

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... J'ai l'impression d'être dans un tableau, l'un de ceux qui illustrent les titres classiques de mon livre de français et que je regarde pendant que mes camarades chassent encore les figures de style. Toutes les couleurs sont passées, diluées, froides et emmêlées par le vent. Le flou est maître dans les limbes. .. "

 

 

 

 

 

 

 

" ... Je n'ai jamais eu autant envie de fuir de toute ma vie. C'est pas que je ne sais pas où je suis, c'est que je ne sais pas quand... "

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Quelque chose monte depuis les profondeurs de mon diaphragme, un monstre assoupi que j'ai réveillé. Il fallait s'y attendre... "

 

 

 

 

 

 

 

"... Je retiens mon souffle en suivant les êtres éthérés qui glissent, comme des voiles flottant sur les vagues de fumée. Ils irisent l'air de reflets mats, brillant sans essence, nimbant l'atmosphère d'une aura lourde que je sens dans toutes les fibres de mon être... "

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.


31/07/2019
0 Poster un commentaire

L'éblouissante lumière des deux étoiles rouges de Davide Morosinotto

 

 

 

 

A partir de 11 ans

Fiction Historique

522 pages

Parution : le 10 avril 2019

Editions ECOLE DES LOISIRS

Collection MEDIUM

 

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

1941. Hitler décide d’envahir l’Union soviétique. Les chars allemands progressent sur l’immense territoire russe vers le Nord en direction de Leningrad. Dans la précipitation, avant que la ville ne soit encerclée, on organise l’évacuation en train de milliers d’enfants. Viktor et Nadia sont parmi eux. Mais, pour la première fois de leur vie, les voilà séparés. Viktor est envoyé dans un kolkhoze à Kazan, pendant que Nadia se retrouve bloquée à proximité du front des combats. Désormais, Viktor n’a plus qu’une idée en tête : traverser le pays dévasté par la guerre, les bombardements et la faim, pour retrouver sa sœur. Et pour cela il doit être prêt à tout. Car dans un pays en guerre, nécessité fait loi.

 

 

 

L'avis de *S* 28 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Juin 1941. Nadia et Viktor étaient à l'Ermitage, le musée où travaillent leurs parents, lorsque cela a été annoncé à la radio. Les troupes allemandes ont attaqué l'Union Soviétique. Leur pays est en guerre. Comme tous les enfants, les jumeaux sont évacués de Leningrad pour être mis à l'abri dans les montagnes. Mais Nadia et Viktor sont séparés...

 

Ce roman réunit six cahiers rédigés par les jumeaux pendant cette terrible période qu'est la guerre. C'est donc sous forme de journal que les deux enfants, répartis dans deux trains différents, racontent leurs aventures. L'unique but de ses cahiers étant de pouvoir les faire lire à leur famille qu'ils comptent bien retrouver, Viktor et Nadia y partage leurs pensées respectives, leurs doutes et leurs peurs. Nadia écrit en bleu, Viktor en rouge, et plusieurs photos et cartes alimentent leur récit. C'est sans compter les notes du Colonel Smirnov dans les marges, qui relève tous les délits des enfants cinq années plus tard.

 

Si tous ces détails en font visuellement un superbe roman, la lecture devient vite  très immersive. Les jumeaux vivent des aventures bien différentes, éprouvantes, pendant lesquelles ils s'inquiètent l'un pour l'autre et pour leur famille. Ils n'ont que douze ans, et j'ai aimé découvrir le regard de ces deux adolescents sur la guerre, redécouvrir cette période de cette façon. On parle des premières conséquences comme la pénurie dans les magasins ou la séparation des familles, puis on nous raconte la faim, l'hiver russe, l'avancée de l'ennemi, les bombes, les kolkhozes, le goulag. La lecture ne se fait pas sans émotions.

 

 

Plongés au coeur de la guerre, nos deux héros mènent finalement deux expéditions dangereuses et on se laisse surprendre par tant de courage. Ils tiennent bon. Si il s'agit d'une fiction historique, l'auteur reste proche de la réalité des évènements et la lecture n'en est que plus intense et passionnante. A découvrir !

 

 

 

 

 

 

 

 

Découvrez les << premières pages >>

 

 

 

 

 

 

 

 

"... C'est difficile de raconter ce qui s'est passé après, mais comme l'a dit papa, il s'agit d'un moment terrible de l'histoire, et nos souvenirs serviront aux générations futures... "

 

 

 

 

 

 

 

"... Mon frère Viktor n'écrit vraiment que des bêtises. Il n'y a rien de beau dans ce qui se passe et (c'est vrai qu'au moment où j'ai entendu le discours à la radio j'ai pleuré, mais c'est parce que ) j'ai vraiment peur... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" ... des temps difficiles nous attendent, mon garçon. Des temps très difficiles, pour tout le monde... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Je voulais juste être un bon frère.

Un bon Pionnier.

Un bon fils, un bon écolier. Un bon camarade.

L'ennui, c'est que je fais n'importe quoi.

Ou peut-être pas.

C'est peut-être le monde qui fait n'importe quoi. Mais je ne m'en étais jamais aperçu avant... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... L'hiver arrive, et avec l'hiver, l'ennemi.

Il balaie tout.

Les gens, les pensées, ce qui était mon univers

et ce qu'il ne sera jamais plus.

Tout est détruit, tout.

Mais je suis encore en vie.

J'attendrai sous la première neige,

 comme la braise cachée

sous un voile de cendres.

Je suis Nadia.

Et je suis là... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Nadia, écoute... Je ne sais vraiment pas si je dois te raconter cette partie du voyage. Du coup, si tu penses que tu auras peur, ne lis pas les pages qui arrivent. C'est mieux comme ça, crois moi. Passe au chapitre suivant et ça ira. Fais-moi confiance... "

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 


30/07/2019
0 Poster un commentaire

Ashes falling for the sky de Nine Gorman et Mathieu Guibé (tome 2)

 

 

 

Tome 2/ 2

A partir de 16 ans

400 pages

Parution : 12 juin 2019

Editions ALBIN MICHEL

Collection #AM

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Suite et fin d'Ashes falling for the sky. Après un cliffhanger insoutenable, on retrouve Sky et Ash aux prises avec leurs démons. La réunion de ces deux destins brisés ne se fera pas sans de nouvelles blessures, et révélations sur leurs passés. Nine Gorman et Mathieu Guibé livrent une suite touchante, riche en thématiques fortes, et dont le final ne laissera personne indifférent.

 

 

 

L'avis de *Sandra* 26 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Ash a quitté Bloomington pour New York. Il vit désormais auprès de Sybille et Elias et tente d’oublier Sky. Malheureusement, il lui est impossible d'être heureux et d'apprécier cette nouvelle vie, tant il reste hanté par son passé. De son côté, Sky avance comme elle peut, plus courageuse que jamais ...

 

Ash semble toujours aussi torturé et perdu. On ressent sa douleur comme jamais et cela nous touche en plein coeur. C'est comme si il n'arrivait pas à aimer comme il fallait et il ne prend pas toujours les bonnes décisions. Toutefois, on sent un énorme changement parce que finalement Ash a compris qu'il n'était pas seul dans l'équation. 

 

On a toujours droit aux points de vue respectifs de nos deux héros mais on plonge également dans quelques flash-back qui nous dévoilent cette relation unique qui lie le trio Zach/Sybille/Ash depuis qu'ils sont adolescents. Ces quelques pages nous permettent de comprendre pas mal de choses et de mieux cerner Ash, ce personnage travaillé en profondeur, plein de nuances.

 

Ce deuxième tome est aussi addictif que le premier tome. Il est peut-être un peu moins sombre et cela fait vraiment la différence. C'est vraiment agréable de voir nos héros se relever, aller de l'avant, malgré les blessures. Sky n'est pas un personnage qui se laisse abattre et Ash semble réussir à prendre du recul malgré ses démons, une étape à la fois. Un avenir plus doux se profile? C'est sans compter quelques révélations et rebondissements qui nous secouent. La lecture ne se fait pas sans émotions...

 

 

Verdict : J'ai trouvé ce deuxième tome parfait, même si il m'a été difficile de quitter les personnages dans ces circonstances. Les deux auteurs nous ont livré une histoire intense et bouleversante, le genre d'histoire qu'on ne peut lâcher tant on s'accroche aux héros et à leurs destins. Ce sont aussi des romans que j'ai lu accompagnés de la playlist des auteurs. J'ai été plongée dans une ambiance toute particulière pendant quelques heures et je ne peux que vous conseiller cette duologie.

 

 

 

 

 

 

 

« Chaque jour ici est un enfer qui me renvoie à son absence. À leur absence. Ce que je lui ai pris. Ce que je ne lui ai pas donné. Zach. Sky… »

 

 

 

 

 

 

 

« Ash, c’est une encre de tatouage sur ma peau, au sens propre comme au figuré, me dis-je en parcourant du doigt ces quelques lettres qui me semblent d’un autre temps. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« – La vie, c’est une sacrée salope, Ash, mais on va traverser ça ensemble, tu verras. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 


29/07/2019
1 Poster un commentaire

Too late de Colleen Hoover

Too late (New romance) par [Hoover, Colleen]

 

 

 

 

New romance

537 pages

Parution : 9 mai 2019

Editions HUGO ROMAN

Collection HUGO POCHE

 

 

 

 

Synopsis :

 

Pourra-t-elle échapper à cette relation toxique ?

Sloan n'a jamais eu une vie facile et elle a toujours dû se battre pour obtenir ce dont elle
avait besoin. C'est justement pour échapper à une situation sans issue qu'elle a accepté de partager la vie de son petit ami, Asa. Depuis, elle étouffe dans cette relation toxique ; de plus, c'est un homme à la morale douteuse qui se livre à de multiples trafics. Elle n'a pas le choix de partir et décide de supporter ce qu'il lui fait subir jusqu'à ce qu'elle puisse lui échapper. Seule.
Personne ne peut l'aider à sortir de cette situation.
Sauf peut-être Carter, cet étudiant aux multiples secrets qu'elle vient de rencontrer.

Asa est prêt à tout pour garder Sloan. Il a besoin d'elle et il fait tout pour la persuader qu'elle ne peut pas se passer de lui.

Personne ne s'interposera entre Sloan et lui. Sauf peut-être Carter.

 

 

 

 

L'avis de *Sandra* 26 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

Asa a recueilli Sloan quand elle n’avait nulle part où aller. Aujourd’hui, ils entretiennent une relation malsaine dont Sloan n’arrive pas à se défaire, parce qu’elle a peur des conséquences. Quand Carter débarque dans le groupe, il ne voit plus que Sloan et ses sentiments les mettent tous les deux en danger. Mais Carter est aussi ce flic en mission, qui s’est infiltré pour coincer Asa dans son trafic...

 

Entre Sloan et Asa, on ne peut pas dire que ce soit de l'amour, mais plutôt de la possession. C’est pour protéger son petit frère né avec des problèmes mentaux que Sloan vit encore dans cette maison. La jeune femme n’a pas les moyens de payer les frais de pension mais Asa, avec son argent sale, subvient à ses besoins. Elle peut bien supporter qu’il lui gâche sa vie, un peu plus chaque jour. Pour son frère, elle est prête à tout et elle nous bouleverse. 

 

Si l’auteure nous offre trois points de vue, le plus difficile aura été de lire celui d’Asa, écœurant et tordu en tous points. Asa est un jeune homme manipulateur, menteur et dangereux. Il sait jouer avec les apparences et retourne la moindre situation à son avantage. Il m’a dégoûté plus d’une fois avec ses répliques et son comportement.

 

Carter est notre seul espoir dans cet environnement dangereux. Sa gentillesse et sa compassion nous touche mais on se demande si cela suffira pour sauver Sloan. D'autant plus que l'auteure en remet une couche chaque fois qu’on pense que nos deux héros ont assez souffert. Elle nous fait douter de la fin de cette histoire jusqu’à la dernière page.

 

Verdict : J’adore tous les romans de Colleen Hoover. Celui-ci est à part. Plus sombre et clairement plus difficile à lire. On assiste à des scènes très dures, très crues. Nos personnages évoluent dans une ambiance toxique et malsaine. Ils ont d’ailleurs peu de répit. Colleen Hoover nous a habitués à des scènes plus tendres. Dans ce roman, elles sont rares et elles nous manquent. Too late est une lecture difficile et marquante. 

 

 

 

 

 

 

 

« Tu ne l’aimes pas. Tu restes pourtant ici, pas parce que tu es trop faible pour t’en aller, au contraire, parce que tu es trop forte. Tu supportes toute cette merde parce que tu sais qu’il ne s’agit pas de toi. Tu fais ça pour ton frère. Tout ce que tu fais, tu le fais pour les autres. Il n’y a pas beaucoup de gens qui possèdent un tel courage, une telle force, Sloan. C’est complètement fascinant. »

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.


26/07/2019
0 Poster un commentaire