* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Romans


La dame des murs de Silène Edgar

 

 

 

 

Fiction historique

359 pages

Parution : le 17 mars 2021

Editions CASTELMORE

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Mara Galanta est La Dame des murs, chanteuse d’opéra célèbre pour avoir chanté au pied du mur de Berlin en 1972. Depuis, des anonymes du monde entier lui écrivent pour lui parler de «  leur mur ».

Rebelle, riche et talentueuse, Mara est aussi une grand-mère peu attentionnée, irritable et solitaire.

Emma est sa petite-fille. Impétueuse et ne manquant pas d’humour, elle aussi à la sensibilité artistique, elle ressemble plus à sa grand-mère qu’elle ne voudrait le reconnaître. 

À 14 ans, elle cherche encore à dessiner les contours de son identité, à se définir comme amie, comme jeune fille. Il lui manque un morceau du puzzle, un morceau tenu secret par Mara  : à 18 ans, sa grand-mère s’est  enfuie  de Lettonie, un pays soumis à la dictature soviétique.  Depuis, elle n’y est pas retournée, bien que le rideau de fer soit tombé.  Et elle n’en parle jamais.

 

Quand Emma demande à Mara de l’emmener en Lettonie pour découvrir ses secrets, elle s’est assuré que la vieille dame ne pourrait pas le lui refuser.  Ce dont elle ne se doutait pas, par contre, c’est qu’une vieille dame mystérieuse et un souffle de magie allaient s’en mêler.  C’est le début d'un voyage dans le temps qui va réveiller bien des souvenirs.

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

Emma ne connaît pas bien sa grand-mère Mara, cette femme de soixante-douze ans, un peu froide, qui vient passer quelques jours à la maison.  Mara est en fait une célèbre cantatrice d'opéra, qui est aussi appelée la Dame des Murs depuis qu'elle a chanté devant le Mur de Berlin, en 1972. Encore aujourd'hui, elle reçoit des lettres d'inconnus du monde entier qui ont un jour été face à un mur. La cantatrice est quant à elle très discrète sur sa propre histoire. Quand elle propose à sa petite fille un séjour où bon lui semble pour son anniversaire, Emma n'hésite pas bien longtemps. Direction la Lettonie, le pays que Mara a fui lorsqu'elle avait dix-huit ans...

 

Emma et Mara ne sont pas très proches et on sent que ce voyage pourrait beaucoup leur apporter. J'ai alors beaucoup aimé découvrir ces deux personnages, qui ont un caractère assez similaire, mais qui semblent si éloignées, quand bien même elles font partie de la même famille. On découvre une adolescente curieuse, qui a envie de creuser dans l'histoire de sa grand-mère. Et une mamie un peu distante, vite agacée, qui n'a aucune envie d'évoquer le passé. C'est une touche de fantastique dans le récit qui va finalement accélérer tout ça.

 

On bascule alors dans les souvenirs. On profite du voyage. On découvre des petits morceaux de vie dans des lettres particulièrement touchantes. Il n'en faut pas plus pour passer un bon moment. C'est tout à fait le genre de roman à lire si vous appréciez les fictions historiques ainsi que les histoires de famille.

 

Ce petit récit a été passionnant par les sujets qu'il aborde, et touchant par ce début de relation qui se crée entre une grand-mère et sa petite fille. C'est aussi un petit roman qui cible un public adolescent avec un ton moderne, et une jeune héroïne qui partage sa vie d'ado, ses inquiétudes d'ado. Il y a un bon équilibre et cela permet de découvrir un petit bout d'Histoire de façon très accessible.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"...  elle voit ce passé lui revenir, brusquement, une bourrasque. C'est violent et elle n'aime pas ça. "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Emma sourit pour rassurer Mara, mais à l'intérieur, elle bouillonne. Tout ça commence à faire trop pour elle... "

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 


14/04/2021
0 Poster un commentaire

Ceux qu'on oublie de Chloé Lume

 

 


Science Fiction

416 pages

Parution : le 26 mars 2021

Editions LEHA

Collection Jeunesse / Young Adult

 

 

 

 

Synopsis :

 

Esther et Louis vivent une ville morne, que personne ne peut quitter.

Seule exception : les jeunes qui s’en vont combattre lorsqu’ils atteignent dix-sept ans, pour une guerre lointaine et invisible. Et ceux-là ne reviennent pas.

Esther approche de l’âge fatidique. Elle est prête à tout risquer pour échapper à ce destin imposé.

Non-voyant, Louis sera exempté. Cela ne l’empêche pas de rêver à d’autres horizons.

Le jour où Esther vient rompre sa solitude, il décide de la suivre dans une quête qui remet en question tout ce qu’ils croyaient savoir : pourquoi la rocade demeure-t-elle déserte malgré les bruits de voiture qui y roulent ? Qui sont ces gens dont ils surprennent la conversation répétitive dans des maisons pourtant vides ? Pourquoi ceux partis à la guerre semblent s’effacer des mémoires ?

Il ne suffit pas de vouloir s’enfuir pour que la ville les laisse partir… Et l’unique porte de sortie risque de les mener bien plus loin que prévu.

Dans un monde inconnu.

 

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

La première fois qu'ils se sont adressés la parole, Louis et Esther ont partagé leur solitude et ont écouté la pluie. C'est bien ce moment précis qui m'a donné envie d'en savoir plus sur ces deux jeunes héros. Esther est sur le point d'avoir dix-sept ans et bientôt, elle sera appelée à rejoindre la guerre. Si tout le monde évoque cette guerre, personne ne répond vraiment à ses questions. Bien sur, Esther aimerait partir de cette ville, mais pas pour se battre. Louis, quant à lui, est cet adolescent aveugle, surprotégé par sa mère...

 

C'est en fait Esther qui est à l'origine des premières interrogations. Elle nous fait découvrir les aspects les plus étranges de la ville dans laquelle ils vivent et soulève aussitôt une série de questions chez le lecteur. Louis et Esther semblent prisonniers de cette ville bien singulière et ils en prennent peu à peu conscience.

 

Ce début de lecture était tout à fait étrange et à la fois excitant. Je n'avais aucune idée de ce qui pouvait bien se cacher derrière cette ville et la découverte était intéressante. Malgré tout, tout reste flou, incertain, même quand les premières révélations tombent. C'est assez perturbant au cours de la lecture (cet aspect du récit ne plaira pas à tout le monde), mais j'ai aimé découvrir comment tout cela impactait les deux personnages, séparément, et ce qu'on attendait d'eux exactement. 

 

Leur aventure met en lumière leurs forces et faiblesses, et plus d'une fois je me suis demandée ce que j'aurais fait à leur place, dans telle ou telle situation. On s'accroche à leur incompréhension, à leur méfiance. Avec ce premier roman, l'auteure nous offre une quête de vérité, un bon livre à suspense pour ados, rayon science-fiction.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 " Elle et les autres sont libres de passer dans sa vie tels des fantômes qui le frôlent. Tant que personne ne prend la peine de lui adresser la parole, c'est comme s'il restait seul dans ses ténèbres, derrière un mur de silence... "

 

 

 

 

 

 

" Rien de cette vie ne lui suffit. Il aspire à tellement plus... "

 

 

 

 

 

 

 

"Elle n'arrivera jamais à s'enfuir. Jamais. Et cette certitude la laisse sans courage, sans volonté, sans armes... "

 

 

 

 

 

 

 

 

"Il va se confronter à la vraie vie, celle où il peut se perdre, celle où il peut tomber..."

 

 

 

 

 

 

 

 

- J'ai l'impression que tout est faux.

- Pas nous. On est vrais, nous.

- Oui. On est vrais nous. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.


12/04/2021
0 Poster un commentaire

Starfell de Dominique Valente (tome 2)

 

 

 

 

Tome 2

A partir de 9 ans

Fantastique

Parution : le 7 avril 2021

Editions CASTERMAN

 

 

 

 

Synopsis :

 

Grâce à son don, Nolin Tantôt sait qu'il va être enlevé. Il a juste le temps de prévenir Violette. Sauf que la magie de la jeune sorcière est détraquée : elle n'a plus le pouvoir de retrouver ce qui est perdu. Mais on n'abandonne jamais un ami ! Accompagnée de son sarcastique kobold et d'Holloway, un vieux marin magicien, Violette met le cap sur Outrefell, le royaume des damnés où est retenu Nolin. Même s'il faut pour cela pénétrer dans un monde d'où personne ne revient jamais...

 

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

C'est un arbre qui est venu déposer un courrier à Violette. Si c'est un peu insolite, le contenu de la lettre est tout à fait inquiétant. Nolin Tantôt, le diseur de vieilles aventures a été kidnappé ! Violette n'hésite pas une seconde, elle est prête à utiliser ses pouvoirs pour l'aider. Malheureusement, en ce moment, Violette ne comprend plus rien à sa magie et a totalement perdu le contrôle. Comment peut-elle venir au secours de son ami ?

 

 

 

 


 

 

 

 

 

J'avais hâte de retourner dans le village de Grinfog, retrouver Violette et Harold, son drôle de compagnon qui me fait tant rire. Dans ce deuxième tome, on part sur une autre quête, pendant laquelle on fait la rencontre de nouveaux personnages. Violette voit en eux des alliés et elle en a bien besoin. On découvre dans un même temps de courts passages qui nous dévoilent où se trouve Nolin et c'est peu rassurant. A partir de là, on ne peut plus lâcher la lecture.

 

Qui dit nouvelle quête, dit nouveaux dangers, nouveaux rebondissements et nouveaux lieux à découvrir. On ne s'ennuie pas et la lecture est agréable. Violette m'a particulièrement touchée dans cette suite. Elle a perdu un peu confiance en elle, notamment parce qu'elle ne se sent pas soutenue par sa famille. Elle a toujours l'impression d'être la petite dernière sans grand pouvoir. Si elle a fait ses preuves dans le premier tome, personne ne croit un mot de ses aventures, et cela lui fait de la peine. Violette ne veut pas de cette place de paria, encore moins au sein de sa propre famille. Et puis que lui arrive t-il ? Que se passe t-il avec ses pouvoirs ?

 

J'ai beaucoup aimé replonger dans cet univers magique assez génial, pour une seconde aventure. C'est tout aussi sympathique à découvrir que le premier tome et je suis ravie de savoir que la suite arrive en 2022 !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.


09/04/2021
0 Poster un commentaire

Positive de Camryn Garrett

 

 

 

 

Young Adult - Contemporain

414 pages

Parution : le 4 mars 2021

Editions ROBERT LAFFONT

COLLECTION R

 

 

 

Synopsis :

 

Nouveau lycée et nouveau départ pour Simone Garcia-Hampton : elle se fait de vraies amies, se voit confier la mise en scène de la comédie musicale de l'année et se rapproche de Miles, celui qui la fait fondre dès qu'il entre dans la pièce. Mais voilà, Simone est séropositive, et elle n'a qu'une peur : qu'on découvre sa maladie.
Lorsqu'elle commence à sortir avec Miles, elle sait bien qu'elle devra lui en parler, même si cette idée la terrifie. Mais bientôt, un message trouvé dans son casier la menace de tout révéler à l'ensemble du lycée si elle ne le plaque pas...
Simone renoncera-t-elle à l'amour pour protéger son secret ?

 

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

Simone a fait sa rentrée dans une nouvelle école il y a deux mois. Depuis, elle s'est fait deux nouvelles amies, elle est chargée de la mise en scène de la comédie musicale du lycée, et elle craque totalement pour Miles de l'équipe de lacrosse. Tout roule et sa vie semble tout à fait ordinaire. Pourtant, Simone est née avec le VIH et elle n'a pas très envie que ça se sache. Elle a grandi avec le virus et aujourd'hui tout ce qu'elle souhaite c'est tomber amoureuse comme tous les adolescents de son âge ...

 

Parce qu'elle est séropositive, Simone se sent bien différente. On découvre alors à ses côtés comment on vit aujourd'hui avec le VIH, combien il peut être compliqué de parler de sa séropositivité, comment le virus est encore perçu. Son personnage m'a beaucoup appris sur ce sujet et rien que pour ça c'est une fantastique découverte.

 

Puis j'ai aimé son tempérament, son ton, et cette envie légitime de se découvrir, de vivre son adolescence comme tout le monde. J'ai aimé que l'auteure nous mette face aux questions d'une jeune fille séropositive mais également face à celles d'une ado de dix sept ans. Sur sa sexualité, sur son identité. Elle pense notamment à ses premières relations sexuelles et se renseigne. Elle en parle avec ses amies, qui font leurs propres expériences. J'ai aimé que le VIH ne la définisse pas. 

 

C'est une lecture très intéressante, en plus d'être importante. Une lecture qui informe et qui nous touche. C'est un roman sur le VIH mais pas que. Positive est un roman sans tabou, qui aborde bien d'autres points comme la sexualité, la diversité, le racisme. Simone n'est pas si différente des jeunes de son âge, elle aussi s'interroge. J'ai aimé suivre ses réflexions, ses réactions. Puis sa passion pour les comédies musicales et la petite romance au cœur du récit, c'était que du bonus !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« On doit continuer à vivre comme on en a envie et à mener le combat. Tu ne peux pas laisser les gens te contrôler à cause de leur haine. Continue à vivre, Simone. »

 

 

 

 

 

 

 

« Mon VIH n’est pas une menace pour vous ; en revanche, votre ignorance est une menace pour moi. »

 

 

 

 

 

 

 

 

« Vous savez pourquoi les personnes séropositives ne révèlent pas qu’elles ont le VIH ? Parce que c’est dangereux. Des personnes ont été blessées et même assassinées après avoir simplement révélé leur état. Ça devrait être mon choix de le dire ou non »

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 

 


02/04/2021
0 Poster un commentaire

Nevernight de Jay Kristoff (tome 1)

 

 

 

 

 

 

Fantasy

768 pages

Parution : le 29 octobre 2020

Disponible en version brochée ou reliée

Editions DESAXUS

 

 

 

 

 

Ne jamais reculer, ne jamais avoir peur. Et ne jamais, jamais oublier.

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Dans un pays où trois soleils ne se couchent presque jamais, une tueuse débutante rejoint une école d'assassins, cherchant à se venger des forces qui ont détruit sa famille.

Fille d'un traître dont la rébellion a échoué, Mia Corvere parvient de justesse à échapper à l'anéantissement des siens. Livrée à elle-même et sans amis, elle erre dans une ville construite sur les ossements d'un dieu mort, recherchée par le Sénat et les anciens camarades de son père.
Elle possède un don pour parler avec les ténèbres et celui-ci va la mener tout droit vers un tueur à la retraite et un futur qu'elle n'a jamais imaginé.


À 16 ans, elle va devenir l'une des apprentis du groupe d'assassins le plus dangereux de toute la République : L'Église rouge. La trahison et des épreuves l'attendent dans les murs de cet établissement où l'échec est puni par la mort. Mais si elle survit à cette initiation, Elle fera partie des élus de Notre-Dame du Saint-Meurtre, et elle se rapprochera un peu plus de la seule chose qu'elle désire : la vengeance.

 

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

C'est maintenant une certitude, Jay Kristoff aime en faire voir de toutes les couleurs à ses lecteurs. Chacun de ses romans a su me surprendre d'une manière ou d'une autre. Le premier tome de Nevernight  ne fait pas exception. On y rencontre Mia, une jeune fille qui aspire à devenir apprentie assassin pour se venger et punir ceux qui ont détruit sa famille. Je ne vous dirai rien de plus sur son histoire personnelle, mais sachez que Mia semble déterminée et que rien ne pourrait la détourner de cet objectif.

 

Ce premier tome est divisé en trois parties, en trois livres, et chacun d'entre eux apportent quelque chose de différent à la lecture. L'un permet de saisir toute la complexité de notre héroïne, l'autre nous immerge dans un monde sans pitié, l'autre encore nous plonge dans le chaos le plus total. Oui, je pense que c'est assez bien résumé, ou en tout cas, c'est ce que j'ai ressenti tout au long de ma lecture. Et j'ai finalement réalisé que l'auteur  pouvait être aussi bien une brute dans le choix de ses mots, que subtil. Mais le résultat est le même, le récit est tout  simplement addictif.

 

Ce roman nous plonge dans l'obscurité, dans les ténèbres. Notre héroïne est confrontée à des épreuves terribles, des tests cruels et ça nous coupe le souffle. Elle repousse toujours plus loin ses limites, puis on en vient à se demander si elle en a seulement. Mia est le genre de personnage qui me fait un peu peur, qui semble imperturbable, imprévisible. Ou alors c'est son duo avec Gentilhomme, compagnon peu ordinaire, qui m'a donné cette impression. Quoi qu'il en soit, on a droit à de l'action, du mystère, du carnage, du chaos et j'ai passé un bon et sombre moment. A suivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Tu seras une rumeur. Un murmure. La pensée qui réveille en sueur tous les salauds de ce monde au beau milieu de la non-nuit. La dernière chose que tu seras dans ce monde, gamine, c’est le héros de quelqu’un. »

 

 

 

 

 

« Appelez ça comme vous voulez, chers amis. De la thaumaturgie. De l’arkémie. De la mancie. De la magik. Comme tout pouvoir, son emploi n’avait rien de gratuit »

 

 

 

 

 

« — Fais-tu le serment de servir la Mère de la Nuit ? Apprendras-tu la mort sous toutes ses couleurs, l’infligeras-tu en son Nom aux méritants comme aux peu méritants ? Deviendras-tu une Disciple de Niah, et un instrument terrestre de l’obscurité qui sépare les étoiles ? »

Mia se surprit à lutter pour inspirer.

La prise de souffle avant le grand plongeon.

« J’en fais le serment.  »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 


21/03/2021
0 Poster un commentaire

Plus drôle que toi de Rebecca Elliott

 

 

 

 

A partir de 12 ans

400 pages

Parution : le 11 février 2021

Editions GALLIMARD JEUNESSE

 

 

 

Une comédie irrésistible qui a de l’humour à revendre !

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Mon truc, c'est de faire rire les gens. Je ne connais rien de plus satisfaisant -à part peut-être manger du chocolat. Ce que je vais vous raconter ici, c'est comment ma vie, cette accumulation de petits désastres et de grosses bourdes, a pris un tour inattendu le jour du spectacle du lycée, quand j'ai découvert que cette bombe atomique de Leo Jackson partage ma passion pour le stand-up. Enfin, on la partagerait si on était amis.

 

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Haylah, 14 ans, rêve de faire du stand up et de faire rire les gens. Mais pour le moment, elle se sent bien incapable de monter sur scène. Quand Léo Jackson fait un show devant toute l'école, l'adolescente est totalement surprise de découvrir qu'il partage sa grande passion pour l'humour et qu'en plus, il est doué. Ce jour-là, Haylah tombe amoureuse. Elle a envie que Léo la remarque et en même temps, se dit qu'elle n'a aucune chance de lui plaire notamment parce qu'elle est grosse...

 

Hay est un personnage fantastique, qui a de la répartie, qui s'affirme. Elle ne semble pas mal dans sa peau, elle est comme elle est et n'a pas franchement envie de changer pour coller aux stéréotypes ou pour plaire à quelqu'un. J'ai aimé ce personnage pétillant et optimiste qui fait passer un message formidable aux lecteurs. C'est vraiment un roman qui invite les lecteurs à garder la tête haute, à être soi-même.

 

Vous l'aurez compris, l'humour est aussi au rendez-vous. En fait, c'est même le thème central. La passion de Hay prend de la place dans sa vie. Elle aime faire rire sa famille, ses amis. Elle sait écrire et il semble que l'autodérision soit sa botte secrète. Malgré tout, ses propos m'ont parfois fait un petit peu de peine. Je trouvais certains commentaires trop forts et je n'ai pas toujours aimé la façon dont elle se perçoit par exemple. Je ne sais pas si c'est maladroit de la part de l'auteure ou si justement elle appuie là où ça fait mal pour nous faire réagir. Il y avait ces moments où je ne rigolais pas du tout, quand d'autres étaient franchement drôles.

 

Finalement, on suit cette adolescente alors qu'elle fait face à ses tout premiers sentiments amoureux. C'est un peu déstabilisant pour elle, d'autant plus que cela s'ajoute à d'autres petits tracas d'ados. J'ai aimé ce mélange d'émotions, j'ai aimé que l'auteure ne nous présente pas une adolescente qui a tout bon, et j'en ai encore plus apprécié la façon dont elle se relève, rebondit. Les derniers chapitres sont d'ailleurs fantastiques. En bref, c'est tout léger à lire, rafraichissant, et dans un même temps, l'auteure aborde plusieurs problématiques qui parlent aux lecteurs comme l'amour, l'amitié, l'apparence physique, le féminisme ...

 

 

 

 

 

 

 

 

" ... cette histoire ne concerne pas mon poids. Donc si vous vous imaginez que ça va se terminer par une happy end où j'aurai une révélation et deviendrai une bombasse mince fan de yoga et de graines germées (c'est vraiment comestible, ça? ), laissez tomber tout de suite, mes chéris. Je suis comme ça. Avec mes gros seins. A prendre ou à laisser... "

 

 

 

 

 

 

" ... Si vous vous demandez pourquoi je ne me suis pas inscrite, sachez que, quoi que je fasse dans mes rêves, dans la vraie vie, je ne suis pas davantage capable de monter sur scène devant une salle pleine de monde que de faire manger une assiette de brocolis à Noah. Dans les deux cas, ça finirait avec moi effondrée sur le sol, humiliée, en pleurs, et bombarder de légumes... "

 

 

 

 

 

 

" ... Pour faire du stand up, on doit affronter la possibilité d'une humiliation publique totale. Voilà pourquoi je suis certaine que je n'aurai jamais le cran de passer à l'acte. Mais Léo, si. Et quand je le vois attraper courageusement le micro, j'ai l'impression que quelqu'un vient de me vider de tous mes organes internes et de les remplacer par une portée de chatons turbulents et bouillants, ce qui est carrément bizarre mais étrangement agréable...

 

 

 

 

 

" ... Ne laisse jamais un homme se mettre entre toi et le bonheur. Former un couple avec quelqu'un ne doit avoir qu'une seule conséquence : embellir ta vie. C'est la cerise sur le gâteau. Le plus important, c'est de réussir le gâteau. Si la cerise est mauvaise, tu peux toujours l'enlever et en trouver une autre, ou t'en passer... "

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 


21/03/2021
0 Poster un commentaire

Dear Evan Hansen

 

 

 

 

A partir de 14 ans

350 pages

Parution : le 3 mars 2021

Editions BAYARD

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Evan Hansen a toujours eu du mal à s'intégrer. Il n'a pas d'ami, ne parle à personne à part sa mère et son psy. Ce dernier lui confie un exercice quotidien : s'écrire des lettres. Seulement, Connor, un de ses camarades de classe lui en dérobe une. Quelques heures plus tard, il est retrouvé mort. Le jeune homme s'est suicidé.
Découvrant la lettre dans sa poche, les parents de Connor pensent qu'elle a été écrite par Connor, pour Evan, et vont être ravis de découvrir que, malgré tout, Connor avait un ami, qui a tenté de le sauver.
Cela fait du bien à Evan de se sentir utile et aimé, alors, bientôt, il s'enfonce dans une spirale de mensonges dans laquelle il ne peut plus sortir...
Et en un instant, la vie solitaire d'Evan change. Il n'est plus invisible.

 

 

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

La rentrée scolaire, c'est chaque année très compliqué pour Evan, qui souffre d'anxiété sociale. Mais cette année, il va essayer de s'ouvrir un peu aux autres, de faire des efforts. A commencer par cet exercice que lui a donné son psychothérapeute. Evan doit s'écrire une lettre. Le problème, c'est que Connor, la brute du lycée, met la main sur sa lettre. Et c'est à cet instant que tout dérape...

 

Vous imaginez peut-être que Connor va utiliser cette lettre pour lancer des rumeurs, se moquer d'Evan. Il n'en est rien. En fait, peu après, Connor se suicide et la lettre dans sa poche est prise pour sa lettre d'adieu, adressée à Evan. Et là, c'est la catastrophe. Evan fait la plus grosse des bêtises : il ne dément pas. Puis c'est la réaction en chaîne. 

 

On fait la rencontre d'un adolescent qui a des difficultés à trouver sa place, à se faire des amis. On ressent alors ses peurs, ses inquiétudes. On tente aussi de comprendre toutes ses maladresses et comment il se retrouve au milieu de tous ces mensonges et malentendus. J'étais tellement mal pour Evan, de voir toute cette histoire prendre des proportions. Bien sûr, il ne pense pas à mal. Il a même le sentiment de bien faire, d'aider, notamment la famille de Connor. Et puis d'un côté, c'est un peu malsain  d'être au cœur de l'attention de cette façon et il se sent coupable, à juste titre. 

 

En parallèle, on a la surprise de découvrir le point de vue de Connor, après sa mort et les deux garçons s'ouvrent peu à peu à nous, à leur manière. On réalise alors que ce roman parle du mal-être à l'adolescence, de la souffrance silencieuse qui les écrase à l'intérieur, de la difficulté à être soi-même. Il parle des adolescents incompris, peu écoutés, qui pensent parfois à prendre des décisions terribles. C'est un récit touchant, et même si j'aurais aimé voir quelques points davantage développés, il s'est révélé plus profond que je l'imaginais. Cette histoire a d'abord fait l'objet d'une grande comédie musicale, un film est en préparation, et je ne peux que vous inviter à découvrir tout ça. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 "... Je sais que j'ai un truc qui cloche. Croyez-moi, j'en suis parfaitement conscient."

 

 

 

 

 

 

"... Quand je suis nerveux, j'ai tendance à faire n'importe quoi. Autrement dit, je passe mon temps à faire n'importe quoi.

 

 

 

 

 

 

 

"... J'aimerais que tout soit différent. J'aimerais faire partie de quelque chose. J'aimerais que mes mots aient de l'importance pour celui ou celle qui m'écoute.

 

 

 

 

 

 

 

"... Personne n'est responsable.  Et tout le monde l'est... "

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 


20/03/2021
0 Poster un commentaire

Le château des papayes de Sara Pennypacker

 

 

 

 

 

A partir de 9 ans

352 pages

Parution : le 25 mars 2021

Editions GALLIMARD JEUNESSE

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

A onze ans, Ware possède une imagination débordante et fuit toute interaction sociale, au grand désespoir de ses parents. Lorsqu'il découvre une église à moitié démolie à côté du centre de loisirs où il doit passer l'été, Ware décide d'en faire son château : l'endroit idéal pour devenir un chevalier ! Sauf que les lieux sont déjà occupés par Jolène et les plants de papayes qu'elle tente d'y faire pousser. Commence alors une incroyable aventure entre rêve éveillé et dure réalité...

 

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

Ware, onze ans et demi, passe l'été dans une résidence pour séniors avec sa grand mère et cela lui convient bien. Il peut barboter dans la piscine et se laisser aller à rêver. Enfin, c'était juste avant que sa mamie ne se retrouve à l'hôpital pour une opération des hanches. Changement de programme. Que ça lui plaise ou non, Ware passera deux mois au centre de loisirs dont il garde un assez mauvais souvenir. Pourtant, c'est dans l'église avoisinante qu'il trouvera refuge chaque jour. Eglise en ruines dans laquelle il imagine déjà construire un château fort ...

 

En secret, Ware se crée son propre aire de jeu. Seule Jolène est dans les parages, et il se voit bien obligé de partager le terrain et de la laisser s'occuper de son jardin, de son verger. Après tout, elle était là avant. Ces deux jeunes héros n'ont pas tardé à me convaincre. Ils sont très touchants et mine de rien ils s'apportent beaucoup l'un à l'autre.

 

Ware est ce garçon qui aimerait être normal, plus sociable, pour que ses parents ne s'inquiètent pas pour lui. Peut être qu'il y a quelque chose qui cloche chez lui qui expliquerait pourquoi il apprécie la solitude ? Il aimerait tant être brave comme un chevalier, comme un héros. Et Jolène. Cette enfant a une vision du monde quelque peu différente de celle de Ware, d'autres inquiétudes. Elle dit ne pas vivre dans le monde des bisounours, qu'il faut se battre pour survivre. Ce sont ses mots et on sent que son monde manque de douceur.

 

C'est ce qu'on appelle un très beau roman jeunesse. J'ai aimé passer cet été aux côtés de Ware et Jolène, ces deux enfants qui mettent tout leur cœur dans leur projet. J'ai aimé ce qu'il y avait entre les lignes, aussi. On y parle de liberté, du fait de grandir, de la différence, de toutes ces choses aussi qu'il est possible de sauver quand on y croit, quand on y met de la bonne volonté. Ok la vie n'est pas toujours très juste, mais on peut en faire quelque chose de pas trop moche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"....Oh, on ne pourrait pas avoir un enfant normal?

Il se recula d'un bond. Son visage s'enflamma, mais le quelque chose dans sa poitrine qui devait être son âme se recroquevilla, glacé, comme un lézard privé de soleil....

 

 

 

 

 

 

"... En fait, c'est ton superpouvoir, avait-elle dit un jour. Tu ressens ce que les autres ressentent.

- C'est ça. Je suis Super Empathie ! avait plaisanté Ware.

Mais, en réalité, il ne trouvait pas ça drôle. Les superpouvoirs n'étaient pas censés faire aussi mal..."

 

 

 

 

"...Il eut envie de lui expliquer que, parfois, il était heureux d'être seul. Mais quel que soit le nombre de fois où il le lui répéterait, elle ne comprendrait jamais... "

 

 

 

 

 

 

 

"... De nos jours, les filles n'avaient pas besoin d'un traitement de faveur comme si elles étaient plus faibles que les garçons. A vrai dire, elle pouvaient désormais jouer le rôle de chevalier, elles aussi... "

 

 

 

 

 

 

 

"... Ware voulait effectivement que le monde soit juste. Et c'était injuste que tant de gens ne souhaitent pas le rendre plus juste..."

 

 

 

 

 

 

 

"... Cette papaye que tu as prise à l'épicerie grecque. Les autres n'y voyaient qu'un fruit pourri. Toi, tu y as vu un verger... "

 

 

 

 

 

 

 


16/03/2021
0 Poster un commentaire

Ash house de Angharad Walker

 

 

 

 

 

A partir de 12 ans

Thriller

328 pages

Parution : 3 mars 2021

Editions CASTERMAN

 

 

 

 

Synopsis :

 

C'est le lieu de la dernière chance pour Sol. Ici, on peut l'aider. Ici, on peut le sauver. D'ailleurs les enfants l'accueillent très gentiment. Même si tout semble étrange. Même s'il n'y a aucun adulte. Quand arrive enfin le Docteur qui doit le soigner, Sol découvre un être chaleureux, magnétique. Mais pourquoi les autres enfants sont-ils soudain terrifiés ?

 

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

Après avoir été hospitalisé pour des crises de douleurs inexpliquées, Sol est envoyé à Ash House, une grande bâtisse faite de cendres. C'est un lieu tout à fait singulier dans lequel tout pourrait s'arranger pour Sol. Pourtant, il se sent vite perdu face à l'étrangeté du domaine et des enfants qui y vivent, livrés à eux-mêmes...

 

C'est quoi cet endroit? C'est la question que je me suis posée tout au long de ma lecture, de la première à la dernière page. Et cela m'a laissé une impression si étrange. Cette lecture est tellement étrange. Je ne peux pas la qualifier autrement. Tout est si inattendu, dans le sens où tout peut arriver et on ne sait pas quelle direction va prendre le roman.

 

Qui sont ces adolescents qui vivent à Ash House? C'est aussi une des principales questions, qui revient encore et encore. Ils sont  là, persuadés que tout est normal, hormis l'arrivée de Sol. Pourquoi suivent-ils les règles sans se poser de questions. Ils sont si dociles, que c'en est déstabilisant. Et les adultes dans tout ça? Seul un directeur et un docteur sont mentionnés et on sent bien que c'est louche sans pouvoir mettre le doigt dessus. Puis, quand on se dit que le récit ne peut pas être plus curieux, l'auteur en rajoute une couche supplémentaire pour nous troubler davantage.

 

C'est finalement quand on prend conscience du danger probable que la lecture s'emballe. Sol semble être le seul à être un peu lucide mais on ne voit pas bien comment il pourrait se sortir de là. Même Dom, ce  drôle de garçon qui voit aussitôt Sol comme son ami et qui tente de le protéger à sa façon, n'arrive pas à nous rassurer sur ce qui se passe, sur ce qui pourrait se passer. Oui, je crois que c'est le roman le plus étrange que j'ai découvert cette année. Je ne sais vraiment pas quoi en penser...

 

 

 

 

 

 

 

 

"... En venant ici, il s'attendait à trouver une sorte de foyer de convalescence, pour les jeunes comme lui. Un endroit entre l'école et la colonie de vacances, peut-être. Mais Ash House ressemblait à une fin du monde, oubliée de tous, abandonnée à son propre pourrissement... "

 

 

 

 



 

 

 

Disponible en librairie.

 

 

 


12/03/2021
0 Poster un commentaire

L'enfant Pan de Arnaud Druelle

 

 

 

 

 

Fantastique

240 pages

Parution : le 11 mars 2021

Editions GULF STREAM

 

 

 

Synopsis :

 

 

Londres, 1881. Après son passage devant le juge, le jeune Peter Hawkson est placé à L'Oiseau Blanc, école privée pour garçons. Malgré toute la bonne volonté du directeur, Peter ne se sent pas à sa place. Injustement accusé d'avoir incendié l'infirmerie, il décide de fuir. Deux étranges petites fées surgissent et le convainquent de rejoindre un mystérieux Egon au Pays-de-Nulle-Part. Sur cette île, tout est possible : avec son nouvel ami, Peter apprend à voler grâce à de la poussière d'étoile, nage avec des néréides dans des lagunes turquoise et sillonne la montagne à dos de centaure. Pourtant, l'équilibre de ce monde merveilleux ne tient qu'à un fil... que le terrible capitaine du Jolly Roger n'hésitera pas à trancher de son sabre. Le pirate n'a qu'une obsession : faire couler le sang du Pan.

 

 

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

Peter Pan. Le personnage de J.M Barrie a été très largement adapté et m'a profondément marqué. J'ai relu récemment le texte classique et je pense que s'il ouvre les merveilleuses portes de l'imaginaire, c'est aussi et surtout une histoire d'une tristesse infinie. En fait, le texte classique m'a brisé le cœur, quand les adaptations ont su me faire rêver. 

 

Aujourd'hui, je vous présente le Peter de Arnaud Druelle et son roman L'enfant Pan qui sort tout bientôt et qui m'a gentiment été envoyé par les Editions Gulf Stream. Londres. Fin du XIXème siècle. Peter n'a pas eu droit à une enfance douce. Il est ce garçon a l'air renfrogné que la justice a décidé de placer à l'Oiseau Blanc, un institut qui prend en charge orphelins, gamins des rues. C'est un cadre bienveillant qui l'attend. Se laissera t-il alors convaincre par les deux petites créatures lumineuses venues du Pays-de-nulle-part, pour l'emmener sur l'Ile du Pan ?

 

L'auteur nous livre son interprétation et ce qui pourrait être les origines de Peter Pan. J'ai aimé qu'il conserve l'essence de l'histoire originale, et celle de ce héros qui ne souhaite pas grandir. Tout se met en place naturellement, le cadre réel comme le cadre imaginaire, fantastique. Et on y suit ce garçon qui a soif d'aventures, de liberté.

 

Le récit n'est pas très long, 230 pages environ, mais l'auteur a su mettre en place une intrigue et nous offrir son dénouement. On prend le temps de comprendre ce monde magique et ses rouages, comment il maintient son équilibre, et ce qui pourrait bien vite faire pencher la balance. On plonge alors dans un monde féerique, mais pas si paisible que ça et on embarque pour une aventure à la fois fascinante et terrible.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" ... nos secrets les plus sombres ne sont que des fleurs qui nous dévorent l'âme. Tu peux choisir de les garder enfouis au plus profond de toi mais, crois-toi, ils ne cesseront de te tourmenter qu'une fois que tu t'en seras délivré... "

 

 

 

 


09/03/2021
2 Poster un commentaire