* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Vives et vaillantes de Praline Gay-Para

 

 

 

 

 

Contes

128 pages

Parution : le 4 avril 2018

Editions DIDIER JEUNESSE

 

 

 

 

Description :
 
Les femmes se déguisent en hommes, mettent au défi des princes, portent conseil aux monarques, se battent pour leur liberté…
Ces sept contes féministes venus d’Iran, d’Italie ou d’Albanie mettent en scène des femmes qui étonnent et bousculent avec volonté, amour, détermination et humour. Comme le rappelle l’auteure: «Contrairement à ce qui est souvent avancé par le grand public, les jeunes filles dans les contes n’attendent pas qu’un prince vienne les sauver en les épousant, elles prennent leur destin en main pour devenir femmes.»
 
 
 
L'avis de *Sandra* 25 ans, rêveuse et mangeuse de papier
 
 
 
Praline Gay-Para nous offre sa version de sept contes populaires originaires de différents pays méditerranéens. Il s'agit de contes peu connus, et il est vrai que je n'en connaissais aucun. J'ai d'autant plus apprécié ce coup de projecteur puisqu'ils sont différents des contes classiques que nous connaissons tous bien, tels que Blanche Neige, La Belle au bois Dormant...
 
Ici, pas de princesses en détresse, ni d'héroïnes vulnérables qui attendent patiemment d'être sauver par le prince charmant. Non, il est plutôt question de jeunes femmes fortes et indépendantes, déterminées, braves, malicieuses et pleines de ressources. Des femmes qui n'ont peur de rien, qui savent ce qu'elles veulent et qui défendent leurs idées. Des femmes qui ont bien des leçons à donner aux hommes...
 
Oui, les femmes sont tout à fait capables de surmonter des épreuves, au même titre que les hommes. C'est rafraîchissant de lire ces différents contes, pourtant anciens, qui véhiculent d'aussi belles valeurs. Les femmes s'y marient parce qu'elles le souhaitent et non pas parce qu'elles y sont contraintes. Elles vivent de grandes aventures et n'ont aucune limite. Elles tiennent leurs positions si elles leur semblent justes. Elles sont vives. Elles sont vaillantes. 
 
L'auteure nous présente un recueil qui se veut antisexiste et c'est une belle découverte. C'est d'abord la lecture de petites histoires traditionnelles méconnues. Mais ce recueil permet surtout de proposer aux enfants un nouveau modèle d'héroïnes et des contes qui s'éloignent du schéma classique, en attendant de découvrir des contes plus modernes, qui reflèteront davantage notre société actuelle et ses évolutions. 
 
 
 
 
 
 

Sous la peau d'un homme

La fille du savetier et la touffe de basilic
L'amoureux de sucre, de miel et de farine
Sorfarina
Drita, la jeune fille soldat
La jeune fille plus avisée que le juge
La fille qui détestait les hommes
 
 

 
 
 
Disponible en librairie, sur AMAZON et FNAC.

19/05/2018
0 Poster un commentaire

Le Wonderling de Mira Bartok

 

 

 

Roman Jeunesse - Fantastique

512 pages

Parution : le 12 avril 2018

Editions ROBERT LAFFONT

COLLECTION R

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

 

Vous êtes-vous déjà retrouvé avec une créature fraîchement orpheline sur les bras ou dont personne ne veut ? Nous avons la solution !

Bienvenue au Foyer pour Créatures Ingérables et Bâtardes, une institution dirigée par la redoutable Mlle Furonkle !


Cette femme méchante et acariâtre considère que ses jeunes pensionnaires qui vivent dans la peur n'existent que pour souffrir et la servir. Hybrides mi-animaux, mi-humains, ces pupilles travaillent comme des forçats à l'école autant qu'à l'usine et ont l'interdiction de se livrer à des activités d'enfants de leur âge, et surtout de chanter ou de faire de la musique. Le Wonderling, sorte de renard à une oreille et au cœur pur et qu'on appelle Numéro 13 (d'après le médaillon avec lequel on l'a trouvé) à défaut de véritable prénom, n'a jamais connu d'autre maison. D'une timidité maladive, il prend pourtant la défense d'une jeune camarade oiseau, Babiole, qui va lui faire deux dons en retour : un vrai prénom – Arthur – ... et une amitié indéfectible ! Tous deux vont parvenir à s'échapper du Foyer et vivre d'incroyables aventures au cours desquelles la formidable destinée d'Arthur va se révéler.

 

 

 

 

L'avis de *S* 27 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Numéro 13 est un Rempant, une créature mi-humaine, mi-animale. Il ressemble à un renardeau et il n'a qu'une seule oreille. Mais c'est surtout un petit orphelin, abandonné dans l'Orphelinat de la terrifiante Mlle Furonkle. Numéro 13 ne connaît alors que le Foyer, ce lieu peu chaleureux, rempli de petits Rempants dont personne ne veut. Jusqu'au jour où il prend la défense d'une petite créature qui se fait malmener par les brutes de l'orphelinat. Ce jour là, Numéro 13 se fait une précieuse amie, qui a des tas d'histoires à lui raconter sur le monde extérieur. Ce jour-là, sa nouvelle amie lui donne un prénom, un vrai. Numéro 13 s'appelle désormais Arthur...

 
Ce premier tome est divisée en trois parties, qui marquent chacune une étape importante dans cette grande aventure. L'auteure met doucement en place un univers fantastique fascinant et nous nous laissons peu à peu entraîner par les aventures d'un jeune héros au destin encore incertain. Les descriptions soignées, la plume immersive et les petites illustrations disséminées ici et là permettent au lecteur de visualiser sans aucun mal ce monde unique et ses créatures hybrides. 
 
Arthur est un petit héros terriblement attachant. C'est une petite créature innocente qui n'a pas eu une enfance facile. La vie à l'orphelinat n'est pas particulièrement agréable et on découvre son pénible quotidien le coeur serré. Les journées sont longues et éreintantes, l'ambiance sinistre et oppressante. La faute à une terrible directrice qui exploite les Rempants pour de sombres et mystérieux projets. Le seul réconfort du renardeau se trouve dans un lointain souvenir, et dans les sons qui l'entourent, qu'il semble être le seul à entendre aussi distinctement ... 
 
Si j'ai aimé notre petit Arthur, j'ai eu un coup de cœur pour son amie Babiole. Babiole, c'est un peu de lumière, un peu de joie, un peu d'espoir bienvenus dans le monde gris et silencieux du Foyer. Babiole, c'est une petite créature pétillante, entraînante et brave qui va pousser notre héros à voir au-delà de l'orphelinat, et à suivre son destin.
 
Persuadé d'avoir un rôle à jouer dans ce monde, notre petit héros part en quête de ses origines, de sa destinée, et on l'accompagne volontiers. C'est une aventure riche en rencontres qui commence, une aventure parfois dangereuse et un voyage riche en émotions pour une créature si vulnérable. 
 
Dangers, désillusions, petites joies, grandes amitiés. Le petit Arthur découvre que le monde n'est pas tout rose, et que les Rempants n'y sont pas les bienvenus. J'ai vraiment été touchée par les mésaventures de notre petit héros, qui n'est absolument pas épargné, et j'ai pris plaisir à découvrir de quoi était fait le Monde Extérieur, aussi sombre soit-il pour des petits Rempants comme Arthur.
 
Verdict : J'ai passé un merveilleux moment de lecture. Mira Bartok nous conte une magnifique histoire, qui marque je l'espère, le début d'une grande série fantastique pour la jeunesse. À la manière d'un conte, ce roman d'aventures porte un beau message d'espoir. Face à l'obscurité, il y aura toujours de la lumière et de la magie pour réchauffer les cœurs.
 
 
 
 

 

"... Tout le monde vient de quelque part, et pourtant ses propres origines lui étaient inconnues. Il ne se souvenait pas d'avoir jamais été bordé dans son lit ni véritablement aimé. La seule chose qu'il se rappelait, c'était des notes de musique : une chanson magnifique et mélodieuse, flottant dans un ciel étoilé avant de se poser dans son cœur inexpérimenté... "

 

 

 

 

 

 

 

"... Il posa son front sur la table et, pendant les quelques minutes qui lui restaient au réfectoire, il laissa son esprit vagabonder vers ses bruits préférés : la neige qui tombe, les oiseaux, le doux martèlement de la pluie sur le toit. Le monde disparut - sa grisaille, sa cruauté, sa mesquinerie et ses peurs. Et la vieillle chanson toujours nichée au fond de son cœur se déploya une fois encore... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie, sur AMAZON et FNAC.


18/05/2018
2 Poster un commentaire

Les Ombres de Julia de Catherine Egan

 

 

 

 

Fantastique

384 pages

Parution : le 7 mars 2018

Editions MILAN

 

 

 

Synopsis :

 

Julia a la capacité inhabituelle de se rendre invisible. Elle ne disparaît pas exactement. Elle recule simplement en un point de l'espace où la plupart des gens ne peuvent plus la percevoir. C'est une capacité dangereuse dans une société qui a interdit toutes les formes de magie et noie les sorcières dans des cérémonies publiques. Mais c'est utile pour un voleur et un espion. Et Julia l'a compris : le crime paye.

Elle est d'ailleurs très bien payée pour infiltrer la grande maison de Mme Och, espionner ses locataires étranges et s'informer sur les transactions suspectes qui s'y déroulent. Julia découvre qu'une sourde menace plane sur toute la maisonnée.

Mais cette découverte va aussi faire basculer son existence. Car elle n'avait pas imaginé que le traître dans la maison puisse être... elle-même.

 

 

 

 

 

L'avis de *S* 27 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Nous plongeons dans un monde où la magie, considérée comme malveillante, est interdite. Dans la ville de Spira, qui est en pleine purification, toutes les sorcières sont arrêtées puis noyées. Julia, membre d'un gang d'escrocs, vient d'être engagée par une mystérieuse employeuse pour enquêter dans la demeure de Mme Och. Habituée aux missions d'espionnage, de vol et de chantage, Julia se fait passer pour une domestique et fait un compte rendu de tout ce qui s'y passe. Dans ces conditions, son don lui est bien utile...
 
Julia est un personnage que j'ai adoré découvrir. Elle n'est pas irréprochable. Elle n'est pas non plus mauvaise. C'est une héroïne rusée et audacieuse, qui sait saisir les opportunités et dont j'ai aimé le caractère. Julia est jeune et il lui arrive de faire des erreurs de jugement mais elle tente toujours de se rattraper. Alors qu'elle est décrite comme une manipulatrice insensible, guidée par l'appât du gain, on découvre qu'elle est loin d'être sans coeur. Elle est très impliquée et c'est véritablement ce qui complique sa mission. Cette fois-ci, elle ne peut pas juste faire le boulot qu'on lui demande et passer à autre chose...
 
Les personnages secondaires sont eux aussi fort intéressants et on prend plaisir à découvrir ce que l'auteure nous a concocté. Il y a d'abord les autres membres du gang dont Julia fait partie. Leurs histoires respectives sont suffisamment exploitées pour que ces personnages ne soient plus des inconnus à la fin de la lecture. Mais il y a aussi et surtout les sorcières et d'autres créatures obscures qui attirent notre attention. Nous en connaissons déjà certaines mais d'autres viennent enrichir cet univers de fantasy. 
 
De nombreux mystères s'entremêlent tout au long de la lecture et c'est ce qui la rend si entraînante. Tout comme Julia, on reste intrigué par les secrets de l'étrange demeure de Mme Och et on s'interroge sur ses activités, celles du professeur, de Mr Darius. On suit donc ses découvertes avec plaisir. En parallèle, une série de meurtres, des scènes sombres et sanglantes entre deux chapitres, continuent de nous interpeller...
 
Verdict : Les Ombres de Julia est un roman envoûtant, au même titre que les séries Six Of Crows et Soeurs Carmines, tous les deux très chères à mon coeur. Cela ne pouvait que me plaire. Nous plongeons dans un univers riche et sombre et partons à la rencontre de personnages énigmatiques. L'intrigue est bien menée et se révèle plus complexe qu'on pourrait l'imaginer au début du roman. Je lirai les prochaines aventures de Julia avec plaisir et si vous aimez la fantasy urbaine, je ne peux que vous inviter à découvrir ce premier tome. 
 
 
 
 
 
 
 https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527625_201502094824946.pnghttps://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527625_201502094824946.pnghttps://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527625_201502094824946.pnghttps://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527625_201502094824946.pnghttps://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527626_201502094824725.png

 
 
 
 
 
 
 
« J’ai parfois l’impression que nous obéissons à des cycles, ou à des schémas. Nous pensons que nous sommes libres de choisir la voie qui nous plaît, mais un certain schéma nous enferme, nous maintient dans notre voie définie, et nous n’en sortons pas. Il nous ramène aux mêmes endroits, encore et toujours, aux mêmes sentiments, de façon répétée. »
 
 
 
 
 
 
 
« Si je vais à la rivière pour regarder la mort en face, je vais dans le lit de Wyn pour croquer la vie à belles dents. Je veux de l’amour, de bons repas et de l’aventure. Je veux que mes journées contiennent la possibilité de la surprise et de la joie. »
 
 
 
 
 
 
 
« Quand il dessine le Méandre, Wyn rend toute la laideur, la crasse et la pauvreté miraculeusement belles ; c’est le don qu’il possède, son pouvoir magique : transformer avec l’amour. Et il exerce cette magie sur moi aussi. Dès l’instant où il me touche, mon horrible robe et mes cheveux ébouriffés ne sont rien, plus rien face à la beauté qu’il suscite. Je ne suis plus la Julia orpheline de mère, voleuse, fauchée, mal habillée. Dans ses bras, pour un petit moment du moins, je suis parfaite. »
 
 
 
 
 
 
 
« Me détourner n’est pas dans mon caractère. Non ; je regarde mes cauchemars en face. Et si jamais eux me regardaient, ils ne verraient que l’obscurité. Je ne suis pas là. »
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Disponible en librairie, sur AMAZON et FNAC.


17/05/2018
3 Poster un commentaire

Les secrets de Temple College de Cathryn Constable

 

 

 

 

 

Roman Junior - A partir de 9 ans

Mystère - Fantastique - Deuil

272 pages

Parution : le 12 avril 2018

Editions GALLIMARD JEUNESSE

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Pourquoi Livy est-elle attirée par les toits de son nouveau collège ? La nuit, tandis qu'elle grimpe entre les tourelles jusqu'aux statues d'anges au sommet de la splendide Tour Blanche, une étrange sensation l'envahit. Elle jurerait qu'elle va s'envoler. Un mystère que Livy voudrait élucider, mais elle n'est pas la seule. Entre les cheminées, des ombres observent la jeune fille : certaines personnes seraient capables de tout pour avoir le pouvoir de voler.

 

 

 

 

L'avis d'Alex, 19 ans, rêveur et mangeur de papier

 

 

 

Tempus fugit.

 

 
Après la mort de sa meilleure amie Mahalia, Livy a vécu des choses étranges qu'elle ne peut expliquer. En retournant à l'école après des mois d'absence, l'adolescente de treize ans espère que tout redeviendra normal. Et voilà que ses parents lui proposent d'entrer au Temple College, le plus ancien collège de Londres, réputé pour former des scientifiques. Un collège prestigieux dont le fondateur n'est autre que son ancêtre Peter Burgess...
 
 
Livy Burgess est une adolescente de treize ans peu sûre d'elle depuis la mort de sa meilleure amie. Livy est un peu perdue. Elle a peur de ce qui l'attend dans cette nouvelle école, peur de ne pas s'intégrer. Mais Livy est aussi cette ado fascinée par les sept statues des Sentinelles qui gardent le Temple College et qui trouve une certaine paix lors de ses sorties nocturnes sur les toits. Je n'ai eu aucun mal à m'attacher à cette jeune héroïne touchante, que j'ai trouvé bien seule par moments.
 
 
Si j'ai aimé le personnage principal, j'ai encore plus apprécié le cadre mystérieux dans lequel se déroule son aventure. Une fois qu'on a mis les pieds dans le Temple College, on a envie de pousser les portes verrouillées pour connaître tous ses secrets. On a envie de déambuler dans les couloirs labyrinthiques de sa grande bibliothèque. On a envie de fouiner dans ses livres pour faire des recherches sur l'histoire de l'école.  
 
 
Tout comme Livy, le Temple College et son fondateur nous intriguent au plus haut point. Quels travaux menait Peter Burgess? Que représentent les sept Sentinelles? Les questions et les mystères se multiplient, et ils nous donnent envie de remonter plusieurs siècles en arrière pour trouver nos réponses. Dans un même temps, nous faisons d'étranges rencontres et ces apparitions ne font qu'alimenter l'aspect mystérieux du récit. Et c'est sans compter les sombres pensées qui traversent l'esprit de notre jeune héroïne, qui rappelons-le, est en plein deuil ...
 
 
Verdict :  Une touche de magie. Beaucoup de mystères. Une héroïne courageuse et sensible. On se laisse entraîner sur les toits du Temple College sans aucun mal, pour une mystérieuse aventure. Aventure qui pourrait bien aider la jeune Livy à faire son deuil. J'ai passé un agréable moment avec  ce roman jeunesse, dans lequel j'ai découvert la plume douce et poétique de Cathryn Constable.
 
 
 
 
 https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_3906442_201407085355361.jpg
 
 
 
 
 
 
 
"... Le bon livre au bon moment, c'est un vrai médicament pour l'âme... "
 
 
 
 
"... Livy éprouva un vif désir d'être sur le toit, loin des appréhensions de la journée. Là-haut, pensa t-elle, elle pourrait poser sa tête sur un nuage, s'étendre comme si elle était encore au lit, et d'une façon ou d'une autre, si elle se concentrait suffisamment fort pour se raccrocher à sa voix, parler avec Mahalia...
 
 
 
 
"... Elle avait l'impression de se dissoudre. D'être plus légère qu'une plume et en même temps, de faire partie de l'atmosphère. Cette sensation fit palpiter le sang dans ses veines... "
 
 
 
 
"... Avait-elle des hallucinations? La lumière avait une qualité particulière, elle était frémissante et bourdonnante. Les silhouettes n'avaient guère de consistance; elle dut plisser les yeux pour que l'image reste nette... "
 
 
 
 
 
 
 
 
Disponible en librairie, sur AMAZON et FNAC.

14/05/2018
2 Poster un commentaire

Ma chère soeur Alf Kjetil Walgermo

 

 

 

 

 

A partir de 12 ans

Contemporain - Deuil

192 pages

Parution : le 18 avril 2018

Editions BAYARD

 

 

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

« Si un jour on se retrouve, de l'autre côté, je ne veux pas qu'il y ait de choses à régler entre nous. »

Eli Anne a 16 ans et vient de perdre sa soeur, Amalie, d'un an sa cadette. Folle de chagrin, elle se rend régulièrement sur sa page Facebook, qu'elle refuse de supprimer. Un jour, elle se met à lui écrire. En parcourant les statuts et les photos postées par Amalie, Eli Anne revient sur sa relation avec sa soeur. Leur enfance, leur complicité, leurs désaccords, leurs rêves d'adolescentes. Et surtout, leur passion commune pour la musique : Eli Anne joue du piano, Amalie, fan de Patti Smith, chantait dans un groupe.

Au fil des messages, Eli Anne ouvre son coeur et avoue à sa soeur ce qu'elle n'a jamais osé lui dire...

 

 

 

 

L'avis de *Sandra* 25 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

 

Eli Anne a perdu sa sœur Amalie. L'adolescente de seize ans a beaucoup de mal à faire son deuil et se renferme peu à peu sur elle-même. Sa sœur lui manque terriblement. Tous leurs petits moments lui manquent. Lorsque ses parents décident de supprimer le profil Facebook d'Amalie, Eli Anne ne peut se résoudre à le voir disparaître définitivement. Alors chaque jour, elle lui écrit, pour finalement confier à sa sœur disparue tout ce qu'elle ne lui avait jamais dit...

 

Ce livre renferme tous les messages que la jeune Eli Anne a posté sur le compte de sa sœur, après sa mort. Ses lettres, plus ou moins longues selon l'état d'esprit de l'adolescente, sont bouleversantes. Eli Anne a du mal à accepter que sa petite sœur, sa meilleure amie, sa complice, soit partie pour toujours. Alors elle se souvient et raconte toutes leurs petites habitudes, leur passion pour la musique, leurs petites disputes aussi, et finalement, Eli Anne en vient à parler de ses regrets.

 

Le texte est rempli de souvenirs et d'émotions. On n'a aucun mal à comprendre qu'Eli Anne va mal, que le chagrin la ronge peu à peu, que son deuil sera long et éprouvant. D'autant plus qu'on sent bien qu'il y a un petit quelque chose qu'elle ne dit pas, qu'elle a du mal à formuler, à avouer à sa sœur. Et tant qu'elle ne l'aura pas fait, on sait qu'Eli Anne aura du mal à avancer. Et ce qui m'a encore plus touchée, c'est de voir que cette adolescente ne s'autorise plus à faire tout ce qui pouvait la rendre heureuse auparavant.

 

Verdict : Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un roman aussi triste. Dès les premières lignes, c'est une lecture qui se veut émouvante, la perte d'un proche étant une épreuve terrible. On lit alors les confidences d'Eli Anne le cœur serré, du début à la fin. Si j'ai aimé lire ce récit exclusivement fait de lettres, j'avoue avoir parfois eu envie de plus. La lecture était trop rapide à mon goût, trop courte. Cela n'empêche que le récit reste très intime, très profond, et que j'ai aimé découvrir de quelle manière notre jeune narratrice menait son deuil, soulageait sa peine, sa douleur.

 

 

 

 

 

 

"... Ma chère sœur,

 

Je suis comme une coquille vide. Quelqu'un a ouvert mon corps et l'a vidé de ses organes. Je ne suis plus qu'un trou béant. Il ne reste que mon cœur. Il bat sans joie, seul dans ce gouffre froid. Quand je n'arrive pas à dormir, je le sens grelotter entre mes côtes nues... "

 

 

 

 

 

 

 

"... Je devais jouer le concerto en la mineur de Grieg, c'est l'un des plus beaux morceaux que je connaisse. Mais ça n'ira pas. Le piano a un problème, aucune des touches ne sonnent comme il faut. C'est moche, haché, sans aucun souffle. Même si je joue les bonnes notes, je sens que je me trompe. Les symboles sur la partition sont flous. Je n'y arriverai pas... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie, sur AMAZON et FNAC.


13/05/2018
1 Poster un commentaire

Le vieux monde est derrière toi de Sylvie Baussier et Pascale Perrier

 

 

 

 

 

Young Adult

236 pages

Parution : le 13 avril 2018

Editions FLEURUS

 

 

 

 

Synopsis :

 

 

Quand Joël et Madeleine se rencontrent, les barrières et les étiquettes volent en éclat. Pourtant tout devrait les séparer. Lui est aveugle, un peu écrasé par un frère très sûr de lui et vit dans un milieu confortable mais froid. Elle est l'énergie même, rêve d'être journaliste, et protège son jeune frère Bruno, aveugle de naissance. Ils se retrouvent autour de l'INJA (institut national des jeunes aveugles) et apprennent à s'apprivoiser, et à résister aux préjugés, tandis que leurs parents organisent une association pour les aider à mieux vivre au quotidien. L'existence de Joël est de nouveau bouleversée quand la vue de sa petite soeur Annie décline à son tour. Ensemble, ils vont se battre pour vivre comme les autres. De concours de chant radiophonique en courses poursuites dans les rues de Paris métamorphosées par les événements de mai 1968, ces adolescents se trouvent et affirment leur désir de vivre leurs rêves.

 

 

 

 

L'avis de *Sandra* 25 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

 

Atteint de la maladie de Stargardt, Joël voit de moins en moins. Il a du mal à accepter son handicap mais aussi à le faire accepter aux autres. Le jeune homme est persuadé de ne jamais pouvoir réaliser ses rêves et il en souffre beaucoup. À l'Institut National des Jeunes Aveugles, Joël rencontre Bruno, un nouvel élève, et sa sœur Madeleine, qui lui apporte un peu d'espoir...

 
Joël est un jeune homme peu sûr de lui, en colère contre sa maladie. Il étouffe. Il ne veut pas être défini par son handicap. Joël nous confie ce qu'il ressent face à la situation, nous parle du regard des autres, de toutes les barrières qui lui semblent infranchissables. C'est un personnage vulnérable dont le point de vue, présenté avec des mots justes, m'a touchée en plein coeur. 
 
Puis arrive Madeleine. On la voit d'abord comme une grande sœur protectrice, qui soutient son petit frère aveugle. Mais Madeleine est surtout cette jeune fille pleine d'énergie, ce personnage positif qui va aider Joël à trouver la force de se battre pour que sa vie change. C'est un personnage qui a de belles convictions et qui veut faire oublier les préjugés. Elle apporte beaucoup à notre lecture. 
 
J'ai particulièrement apprécié le contexte historique de ce roman. L'histoire se déroule peu avant les manifestations de mai 1968, menées par les étudiants et les ouvriers. Au cours de notre lecture, la lutte, les grèves et les revendications prennent de l'ampleur. Les français tiennent bon et se battent pour un nouveau monde, un monde libre. J'ai d'autant plus apprécié le choix des titres des chapitres. Les deux auteures ont choisi de mettre en avant les slogans des manifestants. Ces titres sont pleins de sens, pleins de force. 
 
Vous l'aurez compris, il n'est donc pas seulement question de la maladie et de la différence dans ce récit. J'en ai été très agréablement surprise. Au fil des pages, nous découvrons des personnages qui se battent pour leurs convictions, des familles qui se battent pour que les barrières explosent.
 
Verdict : Le vieux monde est derrière toi est un roman qui a un goût de révolution. C'est un roman engagé dans plusieurs combats. On parle entre autres de la place des handicapés dans la société et de l'égalité hommes-femmes. Le récit est inspirant et c'est un vrai plaisir de suivre ces jeunes personnages qui se battent pour que les choses changent. C'est une lecture pleine d'espoir, d'amour et de solidarité. À découvrir !
 
 
 
 
 https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527625_201502094824946.pnghttps://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527625_201502094824946.pnghttps://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527625_201502094824946.pnghttps://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527625_201502094824946.pnghttps://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527626_201502094824725.png

 
 
 
 
 
 
"... Joël ressent souvent un brin de rage, parfois même plusieurs, qui forment un bouquet, un feu d'artifices. Parfois, il éclate.... "
 
 
 
 
 
 
"... Si on veut quelque chose très fort, je crois qu'on peut y arriver. Vous ne pensez pas? ... "
 
 
 
 
 
 
"... Le temps n'existe plus. Ils sont là, ensemble, ils sont la chambre tout entière, ils sont la confiance, ils sont Paris, ils sont le monde, l'univers et les étoiles, ils sont tout ce qui compte... "
 
 
 
 
 
 
"... Le vieux monde, derrière eux. C'est exactement ce qu'ils ressentent tous deux. Le vieux monde de l'enfance, le vieux monde fané qu'ils ont subi pendant des années. Désormais, la jeunesse est capable de se diriger vers le meilleur, d'enlever la poussière accumulée pendant des siècles, et de VIVRE enfin... "
 
 
 
 
 
 
 
Disponible en librairie, sur AMAZON et FNAC.

12/05/2018
0 Poster un commentaire

La vie selon Pippa de Barbara Tammes

 

 

 

La vie selon Pippa
(et autres trucs de moindre importance tels les gommages exfoliants,

les rênes en tissu et les relations à distance)

 

 

 

 

Adolescence - Journal intime

Roman illustré

160 pages

Parution : le 3 mai 2018

Editions SYROS

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Toutes les bonnes choses commencent par un P ! Papier, pinceau, poney, pop-corn. Et je vous le donne en mille, mon prénom : Pippa.

Comment savoir qui on est quand on habite la semaine chez sa mère dans une vieille ferme isolée, et les week-ends chez son père, dans un appartement hyper chic de la grande ville ?

Pour ne pas perdre le nord, Pippa tient son journal, dans lequel elle décortique (et dessine) tout ce qui lui arrive, et se pose de grandes questions. Sur ses humeurs (qui peuvent changer du tout au tout en une journée), sur la nourriture (peut-on être à la fois baies de goji et oeufs au lard ?), sur l'amour (est-il préférable que la personne soit mieux en vrai que dans votre imagination, ou l'inverse ?)... Sans compter que Pippa se trouve face à un choix pour lequel même son journal ne peut l'aider.

 

 

 

 

L'avis de *Sissi* 22 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

 

Pippa est un personnage qui nous vient des Pays-Bas. Elle a 14 ans et comme tous les ados de son âge, elle a des tas de questions en tête. C'est dans son journal intime qu'elle raconte son quotidien, particulièrement chamboulé depuis que ses parents ont divorcé. Depuis le divorce, Pippa a cette drôle d'impression de vivre deux vies. Celle avec sa maman à la ferme, en semaine. Puis, celle en ville, le weekend, chez son papa et sa nouvelle femme...

 

Dans ce journal, Pippa confie tout ce qui la tracasse. Elle aimerait savoir qui elle est, comment on embrasse un garçon, quelle décision prendre lorsqu'on lui demande chez quel parent elle veut vivre. La vie est parfois compliquée et Pippa tente de faire le point sur ce qu'elle a compris jusqu'ici. Si la majorité du récit se veut plutôt humoristique, Pippa exprime aussi des réflexions beaucoup plus sérieuses et c'est agréable à découvrir.

 

C'est en lisant les pages de son journal intime que nous découvrons un contraste total entre son père et sa mère. Un contraste qui est à l'origine d'un tas de petites disputes ridicules, qui nous sont rapportées par Pippa. (Saviez-vous que l'orientation du rouleau de papier toilette avait son importance pour certaines personnes? La façon dont Pippa nous raconte cette anecdote m'a beaucoup fait rire). Définitivement, ses deux parents ont une vision de la vie totalement opposée. Et c'est là que nous réalisons combien cela doit être difficile pour Pippa de se trouver.

 

La particularité de ce livre se trouve dans ses illustrations et sa mise en page. Le journal intime de Pippa renferme plusieurs pages illustrées, pleines d'humour. Il s'agit de dessins, de graphiques, de schémas, de portraits, qui illustrent avec légèreté son quotidien et ses pensées. Et au fil des pages, on se sent de plus en plus proche de Pippa, de sa famille, de ses amis.

 

Verdict : La vie selon Pippa est une petite lecture pétillante et drôle. Une lecture légère, idéale pour cet été. Pippa est une fille super attachante, à laquelle tous les ados peuvent s'identifier. Comme tous les adolescents, Pippa s'interroge sur la vie, sur l'avenir, la famille, l'amour. Son récit est dynamique et on suit le fil de ses pensées avec le sourire. Plus qu'à patienter pour découvrir la suite de ses aventures...

 

 

 

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_3906442_201407085355361.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie, sur AMAZON et FNAC.


10/05/2018
0 Poster un commentaire

Et ils meurent tous les deux à la fin de Adam Silvera

 

 

 

 

 

Contemporain - Young Adult

414 pages

Parution : le 24 mai 2018

Editions ROBERT LAFFONT

COLLECTION R

 

 

 

 

 

 

Lu dans le cadre d'un partenariat avec la Collection R

que nous remercions pour la découverte.

 

 

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

 

"Nous sommes au regret de vous informer que vous allez être frappé par une mort prématurée dans les prochaines vingt-quatre heures. Toute l'équipe de Death-Cast est sincèrement désolée de vous perdre. Vivez pleinement cette journée, ok ? "

 

Le 5 septembre, un peu après minuit, Mateo et Rufus reçoivent chacun le funeste appel. Ils ne se connaissent pas, mais cherchent tous deux à se faire un nouvel ami en ce jour final. Heureusement, il existe aussi une appli pour ça, Le Dernier Ami. Grâce à elle, Rufus et Mateo vont se rencontrer pour une ultime grande aventure : vivre toute une vie en une seule journée.

 

 

 

L'avis de *S* 27 ans, rêveuse et mangeuse de papier :

 

 

 

Que feriez-vous de votre journée si on vous annonçait que c'était la dernière?

 

 

 

Peu après minuit, Matéo et Rufus ont reçu un terrible appel du DeathCast, leur annonçant qu'ils mourront le jour même. Les deux garçons ne savent ni quand, ni comment, mais si il y a bien une chose dont ils sont certains, c'est qu'ils n'y échapperont pas. Désemparés, ils s'accrochent à leurs derniers instants sur Terre. Tous deux inscrits sur l'appli Derniers Amis, Matéo et Rufus se mettent d'accord pour se rencontrer et vivre leurs toutes dernières heures ensemble.

 

Je ne savais absolument pas à quoi m'attendre avec ce roman, si ce n'est un contexte particulièrement dramatique. Je ne m'attendais donc pas à cette belle histoire d'amitié, ni à tous ces petits moments précieux qu'ils vont vivre. Nous rencontrons deux jeunes garçons aux destins complètement foutus. Ils vont mourir dans les prochaines vingt-quatre heures et ils ne peuvent rien faire pour empêcher ça. Ce titre et ce destin tragique ne laisse pas le lecteur indifférent. On se met à leur place et on tente d'imaginer tout ce que ça remettrait en cause de savoir que la fin est imminente et inévitable.

 

Matéo a toujours été super prudent, limite parano et on réalise qu'il a finalement raté les occasions de vivre réellement. C'est un personnage qui manque d'assurance, d'audace, qui vit un peu dans sa bulle. Mais il est surtout ce garçon profondément gentil et généreux qu'on prend plaisir à découvrir au fil des pages. Rufus, quant à lui, est un garçon un peu rebelle. Il a déjà fait des conneries, il a déjà pris des risques. Nous voilà donc avec deux héros un peu écorchés par la vie, très différents, très complémentaires aussi. Ils se confient leurs peurs, leurs déceptions, leurs frustrations, leurs erreurs. Et inévitablement, on se met à aimer ces deux garçons pour l'influence positive qu'ils ont l'un sur l'autre ce jour-là.

 

Le rythme de lecture est plutôt lent mais j'ai aimé suivre le déroulement de cette journée à travers des chapitres courts et différents points de vue (et pas seulement ceux des deux garçons mais aussi ceux de personnages totalement extérieurs). Les dernières vingt-quatre heures de nos héros s'écoulent doucement et on espère qu'elles ne seront ni trop sombres, ni trop noires, ni trop déchirantes. Je ne voulais pas d'un récit larmoyant et il n'en est pas un. Ils meurent tous les deux à la fin est un de ces romans qui nous fait réfléchir sur la direction que prend notre propre vie. Le message est simple, mais nécessaire.

 

Verdict : On ne peut choisir sujet plus sombre que la mort. Pourtant, le récit est aussi beau que triste. Aussi lumineux que tragique. Nos deux héros s'accrochent à la vie et tentent de réaliser tout ce qui leur tient à cœur. Mateo et Rufus veulent se sentir vivants une dernière fois et ça nous touche en plein cœur. L'auteur nous rappelle simplement qu'on partira tous un jour. Alors autant vivre cette vie pour de vrai, pour ne pas avoir de regrets.

 


 

 

 

 

 

 

"... Pouvoir dire au revoir à se proches avant de mourir a beau être une chance incroyable, est-ce qu'il ne vaut pas mieux passer le temps qu'il nous reste à vivre réellement... "

 

 

 

 

 

 

"... En refusant de vivre comme si j'étais invincible tous les jours où je n'ai pas reçu d'alerte, j'ai gaspillé tous ces hiers et maintenant il ne me reste plus du tout de demains... "

 

 

 

 

 

"... Ca a beau être super tordu, c'est en survivant que j'ai compris qu'il valait mieux être en vie en ayant envie d'être mort que de mourir en ayant envie de vivre pour toujours... "

 

 

 

 

 

 

".. On approche un peu plus de la mort à chaque minute qui s'écoule, dans un monde qui veut notre peau.. "

 

 

 

 

 

 

"... Il y a forcément une vie après la mort, Rufus, parce que c'est la seule explication qui rendrait notre mort moins injuste... "

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie, sur AMAZON et FNAC.

 


06/05/2018
4 Poster un commentaire

Angelica Varinen de N.M Zimmermann (tome 2)

  � Zoom sur une série jeunesse : Angelica Varinen de N.M Zimmermann. On a terminé la lecture du second tome qui est sorti en librairie cette semaine ✨L'auteure nous offre une nouvelle enquête captivante, menée par une jeune héroïne toujours aussi attachante. On embarque pour une aventure mystérieuse et entraînante, dans un univers original qui continue de nous surprendre. Un univers fantastique qui se précise peu à peu avec ses petits éléments steampunk et ses créatures aussi éblouissantes que mignonnes. C'est sans compter la mise en page soignée et les jolies illustrations qui donnent vie au récit � #lecture #angelicavarinen #nmzimmermann #arretedelire #flammarionjeunesse #aventure #mystere #creatures #fantastique #steampunk #bookstagram #bookaddict #booklover #bookaholic #bookworm #instalivre #instabook #timetoread #readingtime #book #romanjeunesse #enquete #detective #bookstagramer #bookblogger

 

 

 

 

(Tome 2)

A partir de 10 ans

Mystère - Fantastique

224 pages

Parution : le 2 mai 2018

Editions FLAMMARION JEUNESSE

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

 

Angelica, une détective prête à tout pour résoudre les mystères !
Panique ! La licorne très rare et très précieuse de Mina a été kidnappée ! Heureusement, Angelica et Lisobel sont là pour se lancer sur la piste du ravisseur. Mais elles ne sont pas au bout de leurs surprises…

 

 

 

L'avis de *Sissi* 22 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Angelica accompagne son amie Lisobel et sa famille, pour un séjour de cinq jours dans le majestueux Château d'Arès. Loin de la surveillance de son majordome Atticus, Angelica est prête à vivre une grande aventure. Mais elle fait seulement la connaissance de Mina, la fille de leurs hôtes, particulièrement gâtée, toute en dentelle et en gros nœuds. Mina possède une exceptionnelle licorne naine mais pas vraiment de quoi épater Angelica. Jusqu'à ce qu'un nouveau mystère se profile. La petite licorne a été kidnappée !

 
Quel bonheur de retrouver Angelica, cette petite héroïne intelligente et intrépide, qui aime toujours autant l'aventure et résoudre des mystères. On retrouve également ses fidèles compagnons, Buffon et Naali, et son adorable meilleure amie Lisobel. Seul notre cher Atticus reste un peu en retrait dans ce deuxième tome. Angelica a le champ libre pendant quelques jours mais ne vous y méprenez pas, le majordome veille au grain !
 
Alors que tout le monde est choqué par la disparition du précieux animal, Angelica trouve son séjour de plus en plus excitant. Elle manque d'indices, mais elle persévère, bien déterminée à mettre la main sur le voleur rusé qui a osé kidnapper la bête sous leurs yeux. Même si les adultes n'écoutent pas ses observations, Angelica montre une nouvelle fois qu'elle a l'esprit vif et qu'elle a l'étoffe d'une grande détective, malgré son jeune âge.
 
Verdict : N.M Zimmermann nous offre une nouvelle enquête captivante, menée par une jeune héroïne toujours aussi attachante. On embarque pour une aventure mystérieuse et entraînante, dans un univers original qui continue de nous surprendre. Un univers fantastique qui se précise peu à peu avec ses petits éléments steampunk et ses créatures aussi éblouissantes que mignonnes. C'est sans compter la mise en page soignée et les jolies illustrations qui donnent vie au récit. 
 
 
 
 
 
 
"... Une licorne noire, pas plus grande qu'un chien, était allongée dans une corbeille garnie d'un coussin en satin rose, au pied d'un canapé au tissu brodé de fil d'or. Sa crinière tressée était décorée de petites perles et ses sabots dorés brillaient à la lumière du soleil. Elle leva la tête en voyant arriver de la compagnie et hennit doucement.
- C'est une véritable licorne naine noire, dit M. d'Arès. Nous l'avons faite venir du Pérou après six mois d'attente pour l'anniversaire de Mina. C'est un spécimen extrêmement rare. Il n'en existe pas plus d'une centaine dans le monde.... "
 
 
 
 
 
 
 
"... - Ne vous en faites pas, ca va bien se passer, leur assura Angelica quand elles la rejoignirent.
- Et c'est généralement quand elle prononce ces mots que les ennuis commencent, marmonna Lisobel.
- N'importe quoi, se défendit Angelica. Bon, mettez-vous à quatre pattes, il faut qu'on rampe jusqu'aux arbustes !
Lisobel soupira... "
 
 
 
 
 
 
"... Des licornes naines et une voiture trainée par des licornes, bonté divine... les gens ne savent plus quoi inventer ! .... "
 
 
 
 
 
 
 
Disponible en librairie, sur AMAZON et FNAC.

06/05/2018
0 Poster un commentaire

La longue marche des dindes de Kathleen Karr

 

 

 

A partir de 11 ans

Western - Aventure

265 pages

Parution : 21 février 2018

Editions ECOLE DES LOISIRS

Collection MEDIUM POCHE

 

 

 

Prix Bernard Versele 2001

 

 

 

Synopsis :

 

Plus personne ne peut vous dire comment les bons élèves de cette école de campagne du Missouri ont occupé leurs vacances d'été 1860. Non. Le seul qui soit resté dans les mémoires, c'est Simon Green, le pire élève de toute l'histoire des Etats Unis d'Amérique.

Cette année là, les dindes avaient tant pondu qu'elles valaient des clopinettes. A Denver, à mille kilomètres d'ici, on bâtissait à tour de bras, et rien à se mettre sous la dent. Là-bas, ils étaient prêts à payer une dinde cinq dollars. C'est bien simple : à peine sorti de l'école, Simon a fait ses comptes. A acheté mille dindes. Et s'est juré de faire fortune avant la fin de l'été.

 

 

 

L'avis de *Sandra* 25 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Eté 1860, dans un petit village du Missouri. Après avoir redoublé quatre fois la classe de CE1, Simon Green est contraint de quitter les bancs de l'école. Bien déterminé à trouver sa place, il se lance aussitôt dans un projet fou, celui de conduire mille dindes à plus de mille kilomètres de sa campagne pour se faire une petite fortune ... 

 
On le surnomme Simon le Simplet ou Cervelle de Paon. Dès les premières pages, Simon semble effectivement être le genre de garçon un peu sot et naïf, mais il reste quelqu'un de profondément gentil et touchant. Simon est un garçon surprenant que j'ai adoré suivre. Parce que finalement, il se trouve être beaucoup plus malin qu'il n'y paraît, plus ambitieux, plus généreux, plus brave aussi. Et ce garçon nous en bouche un coin...
 
Peu importe ce que les gens en disent, Simon s'embarque dans une drôle d'aventure, avec pour seul soutien son ancienne maîtresse d'école. Elle est la seule à l'encourager, à croire en lui et à ne pas se moquer de son projet. Sa longue marche vers Denver est ensuite rythmée par quelques rencontres plus ou moins sympathiques et bienveillantes. On retient les plus belles, celle qui viennent former peu à peu sa nouvelle famille, sa vraie famille. Puis on suit leur voyage avec le sourire. Du début à la fin.
 
Verdict : Je ne pensais pas passer un aussi bon moment de lecture. On se lance dans un voyage peu ordinaire aux côtés de personnages attachants, dans un cadre dépaysant et une ambiance western. Le récit est vivant, inspirant et porte un beau message. Il est question de courage et de solidarité. Il est bon de croire en les autres, il est bon de croire en soi. Ce petit roman a vraiment tout ce qu'il faut. 
 
 
 
 
 
 
 

 

"... De retour à la ferme, j'ai ôté la bride d'Etincelle et je l'ai brossé. Puis j'ai caressé le velours de ses longues oreilles.

- Toi et moi, on va payer du bon temps, je lui ai murmuré. Toi et moi, et tes frères. On va faire une longue, longue marche. On va voir le monde. Et on va devenir quelqu'un... " 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... - Tu es en train de grandir, Simon. Tu déploies pour de bon tes ailes. Durant ton voyage, ne laisse jamais les gens se moquer de toi ou de ton entreprise. Ils ne le feraient que par jalousie pure, parce que tu réalises quelque chose et qu'ils en sont incapables. Tu va mener à bien une grande aventure, Simon, et, un de ces jours, tu seras un homme accompli... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie, sur AMAZON et FNAC.


02/05/2018
0 Poster un commentaire