* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

La malédiction de Highmoor de Erin A. Craig

 

 

 

 

Young Adult - Fantastique

576 pages

Parution : le 22 septembre 2021

Editions CASTERMAN

 

 

 

 

Synopsis :

 

Au manoir de Highmoor, isolé au milieu d'un vaste océan, le Duc Thaumas, a déjà perdu quatre de ses filles dans de dramatiques circonstances : noyade, chute, maladie... L'une d'elles, Annaleigh, refuse de croire à la folle rumeur selon laquelle elles seraient toutes maudites. En se rendant sur le lieu du tragique accident de sa soeur Eulalie, Annaleigh découvre un passage caché dans la falaise. Une porte mystérieuse ouvre sur un royaume qui fait oublier tous leurs soucis aux jeunes duchesses. Noyées dans la joie et les fêtes, elles dansent chaque soir jusqu'à l'aube, épuisées, enivrées, envoutées... Seule Annaleigh réussit à s'arracher à ces bals hypnotiques, déterminée à comprendre la puissante malédiction de Highmoor, au risque comme ses soeurs d'y perdre la vie...

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

Depuis plusieurs années, de grands malheurs s'abattent sur la famille Thaumas. Les filles du Duc des îles Salann meurent les unes après les autres. Elles étaient douze princesses et désormais elles ne sont plus que huit. On ne peut que se poser des questions sur ces tristes évènements et certains parlent d'une malédiction. Annaleigh n'en croit rien et commence à s'interroger sur la mort de sa soeur Eulalie, tombée de la falaise...

 

Des princesses, des robes de satin, des bals éblouissants... cela aurait pu être l'histoire d'un conte de fées si il n'y avait pas eu tous ces drames. Ces drames qui nous plongent dans une drôle d'ambiance dès les premières pages. Ces drames dont on ne sait absolument pas quoi penser. Est-ce que ce sont de malheureux évènements sans lien? Ou bien quelqu'un pourrait-il vouloir du mal à la famille Thaumas?

 

L'ambiance de ce récit était si parfaite. On met les pieds dans le manoir de Highmoor prudemment, sur la pointe de nos ballerines ultra confortables et pailletées. On tait le froufrou de la robe et on observe, pas franchement rassuré. C'est un peu le sentiment que j'ai eu et c'était assez chouette en fait. Envoûtant. Pesant. J'ai aimé ce contraste, les nuances entre les deux. L'auteure nous fait tourner la tête lors de grands bals pour mieux nous étourdir, nous effrayer, nous faire douter. C'est probablement ce que j'ai préféré dans ce roman. Certaines descriptions manipulent doucement l'esprit du lecteur et le laisse incertain, parfois mal à l'aise. Le pire dans tout ça, c'est que je me suis  volontiers laissée bercer d'illusions.  J'ai aimé ne pas savoir où j'allais, jusqu'au  final, qui a été exceptionnel, intense. Je ressors de ce conte macabre totalement conquise et je vous le recommande sans hésiter pour la saison !

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 

 

 


26/10/2021
0 Poster un commentaire

This poison heart de Kalynn Bayron

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

C'était la lecture du mois d'octobre pour The Cosy BookClub, un club de lecture virtuel destiné aux romans en anglais qui n'ont pas encore été publiés en France. J'étais vraiment très emballée par ce roman Young Adult fantastique et sa jolie couverture. Le début de lecture a été bien agréable avec un style très fluide, et surtout la rencontre de Briseis et ses deux mamans. Je les ai aussitôt trouvé très attachantes et j'ai été ravie de suivre cette petite famille. On découvre bientôt que Briseis a une affinité particulière avec les plantes, qui poussent et s'épanouissent en sa présence. Malgré tout, la jeune fille ne connaît pas bien ses limites et ça a de quoi l'inquiéter ...

 

C'est quand elles reçoivent des nouvelles de la famille biologique de Briséis que le récit devient plus mystérieux encore. Briséis hérite de la demeure de sa tante et toutes les trois quittent donc Brooklyn pour s'installer quelques temps à Rhinebeck. On sent que ça pourrait changer bien des choses pour notre héroïne en quête de réponses, qui en a clairement marre de se cacher, d'avoir des secrets.

 

Il se trouve que mon rythme de lecture a été très lent. Il s'agit en fait d'un premier tome assez introductif. Et si le ton moderne, le mystère, les rencontres un peu louches m'ont grandement plu, je commençais un petit peu à m'ennuyer vers la moitié du roman. C'est le dernier quart de ma lecture qui m'a réellement surprise. On est face aux premières révélations et à un rythme plus intense en terme d'action. Et plus précisément, l'auteure incorpore des éléments en lien avec la mythologie grecque, ce qui relance nettement l'intrigue de départ. Sans ces éléments, le scénario reste très simple. J'ai vraiment apprécié ce final, même si on réalise que Briseis ne prend pas toujours les bonnes décisions dans ce premier tome. Le tome 2 est prévu pour juin 2022 !

 

 

 

 

 

 

 

 


26/10/2021
0 Poster un commentaire

Three Dark Crowns de Kendare Blake

 

 

 

 

Fantasy

Parution : le 15 octobre 2021

Editions LEHA

Collection YOUNG ADULT

 

 

Synopsis :

 

A chaque génération sur l'île de Fennbirn, une série de triplés voit le jour : trois reines, toutes héritières égales de la couronne et chacune détentrice d'une magie convoitée. Mirabella est une élémentaire féroce, capable d'allumer des flammes affamées ou des tempêtes vicieuses en claquant des doigts. Katharine est une empoisonneuse, capable d'ingérer les poisons les plus mortels sans avoir le moindre mal de ventre. Arsinoe, une naturaliste, a la capacité, dit-on, de faire fleurir la rose la plus rouge et de contrôler les lions les plus féroces. Mais devenir la reine couronnée n'est pas seulement une question de naissance royale. Chaque soeur doit se battre pour cela. Et ce n'est pas seulement un jeu où il faut gagner ou perdre... c'est une question de vie ou de mort. La nuit où les soeurs atteignent leurs 16 ans, la bataille commence. La dernière reine à demeurer debout obtiendra la couronne.

 

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

Three Dark Crowns. C'est l'une des parutions qui me tentaient le plus ce mois-ci et je suis vraiment contente d'avoir eu le temps de m'y plonger sans plus attendre, pour découvrir ce qu'il avait dans le ventre. C'est l'histoire de trois sœurs à qui la Déesse a confié de grands pouvoirs. Mais seule l'une d'entre elles est destinée à devenir reine. Les deux autres... mourront pendant l'année qui suit l'Ascension. Ça ne rigole pas.

 

C'est précisément dans ce contexte qu'on fait la rencontre de Mirabella l'élémentaire, Katharine l'empoisonneuse et Arsinoé la naturaliste. Elles ont presque seize ans, elles sont presque prêtes à remplir leur devoir. Presque. Parce qu'en vérité, le pouvoir qu'elles incarnent respectivement n'a pas totalement éclos en elles. Il y a bien l'une des jeunes filles qui a déjà fait ses preuves mais bientôt l'auteure nous fait douter en intégrant de nouveaux éléments. On ne sait donc pas qui sera réellement à la hauteur de la couronne, et il semblerait qu'elles ne puissent échapper à leur destin.

 

C'est le moment de parler des personnages secondaires. L'auteure a accordé autant d'importance à certains personnages secondaires qu'à ses trois héroïnes. Peut-être un peu trop ? Cela lève évidemment le voile sur de terribles manipulations, ça c'est cool, mais cela met aussi en avant des personnages avec lesquels je n'ai pas eu de grandes affinités. Parfois, je me suis demandée si on ne s'éloignait pas un peu de l'intrigue principale. Cela m'a un peu déstabilisée et je ne savais pas vraiment où on allait. C'est là que j'ai réalisé qu'il s'agissait d'un premier tome d'une série de six et que tout n'allait peut-être pas se dérouler aussi rapidement que je le souhaitais! C'est le dernier quart de la lecture qui soulève de grandes questions, qui remet tout en perspective. Et ce premier tome intrigue ! À suivre.

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

« La nuit où les trois sœurs atteignent leurs seize ans, les hostilités sont lancées. Elles ont un an pour s’entretuer.

De cet affrontement à mort, une seule sortira vivante et emportera la couronne  ! »

 

 

 

 

 

« ... ils m’ont piégée, nous le sommes toutes. »

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 


20/10/2021
0 Poster un commentaire

La maison chapelier de Tamzin Merchant

 

 

 

 

 

Jeunesse - Fantastique

432 pages

Parution : le 2 septembre 2021

Editions GALLIMARD JEUNESSE

 

 

 

 

Synopsis :

 

Un grain de folie et de la magie au bout des doigts !Tel est l'adage de la famille Chapelier, qui fabrique des chapeaux magiques de génération en génération. Lorsque son père disparaît au cours d'une expédition à la recherche d'une plume d'oiseau rare, la jeune Cordelia Chapelier jure de le retrouver... quitte à mettre la ville de Londres sens dessus dessous.

 

 

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

 

 

Est-ce que ce roman est aussi grandiose à l'intérieur qu'à l'extérieur? La réponse est OUI.

 

Cordelia vient d'apprendre la disparition de son papa, Prospero Chapelier, le capitaine de la Joyeuse Bonnette parti en expédition pour rapporter une plume rare qui aurait servi d'ornement au chapeau du roi. Mais l'heure n'est pas au chagrin. Cordelia est tout à fait déterminée à retrouver son père. Qui plus est, il y a du pain sur la planche car le roi a grand besoin de son chapeau! Il a perdu la raison, ce qui met aussitôt en péril ses relations avec le roi de France...

 

J'ai adoré rencontrer la famille Chapelier, qui maitrise l'art de fabriquer des chapeaux. Des chapeaux très spéciaux, qui renferment une touche de magie susceptible d'accorder bien des qualités, et apaiser certains maux. Au contact de sa famille, Cordelia est donc formée chaque jour à ce métier qui l'émerveille, mais qui requiert une certaine délicatesse, un certain savoir. Vous apprendrez qu'un chapeau mal ajusté peut faire de grands dégâts ! 

 

On mêle la découverte de la confection de chapeaux magiques à une chouette intrigue. L'auteure a choisi un contexte politique conflictuel entre l'Angleterre et la France. On sent que la paix de tout le royaume est en jeu, mais aussi le destin des différentes familles d'artisans. Tout s'emballe dès les premières pages et c'est une lecture qu'on dévore de bout en bout. On suit notre petite héroïne qui tente d'arranger un peu les choses, prise au milieu de tout cela et qui fonce tête la première. J'ai vraiment accroché à son état d'esprit !

 

C'est un roman jeunesse particulièrement entraînant. Cordelia nous prend par la main et on l'accompagne volontiers dans son aventure. Il y a juste ce qu'il faut d'action, de magie, de folie pour nous régaler. Et même si je n'ai pas du tout été surprise par les petites révélations, je trouve que c'est un premier tome fabuleux et je suis déjà impatiente de découvrir la suite ! 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

« La bibliothèque sentait la cire, le bois et le tapis turc. Des milliers de livres lui faisaient face, alignés en rangs serrés. D’antiques grimoires, des traités scientifiques et des volumes remplis de secrets surnaturels jouaient des coudes sur les étagères. Certains, au dos de cuir strié, étaient plus hauts que les genoux de Cordelia tandis que d’autres, reliés en soie, étaient assez petits pour tenir dans la paume de sa main. C’était tous des livres dont les pages chuchotaient lorsqu’on les feuilletait. »

 

 

 

 

 

« La magie est partout dans la nature. Dans le vent, les rivières, la terre, la lumière du soleil. Elle est dans les fleurs, les arbres, les rochers, dans chaque créature. Mais la plupart des gens l’ont oublié ... »

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 


20/10/2021
0 Poster un commentaire

La force de renaître de Brittainy Cherry

 

 

 

 

Romance - Relations toxiques - Reconstruction

Parution : le 9 septembre 2021

Editions HUGO ROMAN

Collection NEW ROMANCE

 

 

 

Synopsis :

 

C'est l'histoire de Hazel Stone et Ian Parker. Marqués tous deux par un environnement familial difficile, ils se débattent pour s'en sortir. Leurs points communs et leur relation sont électriques.
À force de se côtoyer en travaillant à la ferme, ils se défont peu à peu de l'armure qu'ils portent, pièce par pièce, laissant leurs espérances s'exprimer, et l'amour pénétrer dans leurs coeurs. C'est l'histoire de leur résilience.

 

 

 

L'avis de *Sandra* rêveuse et mangeuse de papier

 

Hazel, dix huit ans, a besoin d'argent. Sa mère est enceinte et la jeune fille souhaite accueillir correctement ce bébé, peut être même qu'elles pourront quitter la petite ville d'Eres et échapper à l'emprise de Charlie, son beau père. Plus déterminée que jamais, elle se présente donc au ranch de BigPaw, qui lui donne un poste d'ouvrier agricole. Seul point noir au tableau, c'est Ian Parker qui va la former.

 

J'avais si hâte de replonger dans un roman de Brittainy Cherry, mais le début de cette nouvelle histoire m'a laissée un peu perplexe au point de revoir mes attentes. Elle débute sur quelques clichés. Une jeune femme solitaire vêtue de noir, un peu paumée. Un jeune homme qui multiplie les conquêtes et qui souhaite percer dans la musique. Ils ne m'ont pas fait grande impression au début de la lecture.

 

Puis la magie opère. Du Brittainy Cherry tout craché. Elle étoffe le contexte, nous dévoile des situations compliquées, et notamment des relations toxiques. On finit par s'attacher à Hazel et Ian, quoiqu'il arrive. C'est inévitable. Tous les deux se détestent, principalement à cause des préjugés qu'ils ont l'un sur l'autre. Ils sont tous les deux butés et pourtant c'est une belle amitié qui naît sous nos yeux. Alors qu'ils étaient bien loin d'être les meilleurs amis du monde.

 

La plume de l'autrice fonctionne à merveille et nous emporte. Elle confronte ses héros à des choses terribles, mais on reste persuadés qu'ils ont droit à leur bonheur malgré les épreuves, les drames. Ils ont aussi droit de réaliser leurs rêves. Hazel est cette jeune femme incroyable, à qui il suffisait de tendre la main. Et c'est là que je vais vous parler de mon duo coup de cœur. Holly et Harry. Les grands parents de cette ville. Généreux. Bienveillants. Rien que pour les avoir rencontrer, j'ai aimé cette lecture. Elle n'était pas parfaite, mais c'était très touchant.

 

 

 

 

 

« il ne suffit pas qu’une personne vous assure quatre murs pour que ceux-ci ne constituent pas une prison. J’étais impatiente de réunir suffisamment d’argent pour pouvoir m’offrir mes quatre murs à moi. Des murs qui abriteraient de l’amour et non des menaces. Du bonheur et non de la peur. »

 

 

 

 

 

« Jamais de la vie je n’aurais imaginé que ce serait Ian Parker qui viendrait à mon secours pendant une des pires périodes de ma vie. »

 

 

 

 

 

« tu es toutes les étoiles dans ce foutu ciel. Tu es ma galaxie. »

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 

 


11/10/2021
0 Poster un commentaire

Les messagères de Christophe Lambert

 

 

 

 

Fiction historique

336 pages

Parution : le 7 octobre 2021

Editions SLALOM

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

1936. Sur les pentes raides des montagnes du Kentucky, chevauche une cavalière en habit d'homme, avec, dans les sacoches que porte sa jument, les livres destinés aux communautés reculées de mineurs et orpailleurs. La mission des bibliothécaires itinérantes est noble mais périlleuse. Plus encore pour une jeune femme noire et fugitive qu'un dangereux passé suit à la trace...

 

 

 

L'ais de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

Nettie est une jeune femme noire en fuite. Quand elle débarque à Wooton, on lui offre l'occasion de repartir de zéro, après quatre années d'errance sur les routes. L'emploi qu'on lui propose alors est celui de bibliothécaire itinérante. Nettie est chargée de faire des tournées avec sa jument et des sacoches pleines de livres. Mais son aventure est loin d'être sans danger...

 

L'auteur nous plonge dans les années 30 et nous offre pour décor les montagnes du Kentucky. C'est plutôt dépaysant, avec un petit côté western qui a son charme. L'auteur met aussi en avant un pan de l'histoire américaine qui fait suite à la Grande Dépression et nous donne juste assez d'éléments pour nous ancrer dans ce contexte. Ce qui nous intéresse surtout ici, ce sont ces courageuses cavalières qui parcourent les montagnes au nom de la culture et de la lutte contre l'illettrisme. Je découvrais pour la première fois les bibliothécaires à cheval et elles m'ont fait grande impression.

 

Si le récit est assez doux en début de lecture, on sent peu à peu une menace peser sur notre héroïne. Bientôt, on nous dévoile le passé de cette jeune femme noire qui a échappé à une vie de domestique, mais pas que. Ce passé remonte à la surface, prêt à la tourmenter. Et le personnage qui l'incarne, guidé par la haine, est tout à fait flippant. Sa traque donne en fait un petit fouet à l'intrigue car l'aventure est finalement très calme. Le récit a donc tout d'une agréable balade, mais se révèle aussi plus sombre, plus violent lors de certains passages. 

 

J'ai passé un bon moment avec cette lecture dont le sujet m'a bien plu. Je retiens surtout les jolies rencontres faites en chemin. La plupart des personnages secondaires font preuve de générosité, de bienveillance, vont au delà des préjugés de l'époque et on sent que Nettie pourrait trouver sa place, et plus encore.

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 


11/10/2021
0 Poster un commentaire

Chainsaw Man (volume 10)

 

 

 

Si vous cherchez un manga bien dégueu avec des démons à foison, vous êtes au bon endroit ! Nous en sommes au volume 10 et ce tome là marque un vrai tournant pour la série Chainsaw Man. On commençait à s'éparpiller dans les tomes précédents. Genre littéralement. Du sang partout. Des têtes qui roulent. Puis ce tome vient apporter son lot de réponses.

 

Si on ne saisit pas toujours les enjeux ou encore les intentions de certains personnages, tout est plus clair ici. L'agent Makima restait d'ailleurs très énigmatique jusque là et on a des nouveaux éléments à son sujet. Flippante cette fille. Et ce tome est dingue. On frôle l'horreur avec toujours autant de métamorphoses répugnantes, de scènes sanglantes, d'affrontements terribles et un Denji en mauvaise posture. Mais surtout, les toutes dernières pages de ce volume sont exceptionnelles. Il nous tarde de découvrir la suite en novembre...

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 


03/10/2021
0 Poster un commentaire

L'orpheline de Foundling de Stacey Halls


 

 

 

 

Fiction historique

399 pages

Parution : le 23 septembre 2021

Editions MICHEL LAFON

 

 

 

 

Synopsis :

 

Un roman à la fois historique et moderne aux thématiques féministes et engagées

Londres, 1748. Bess Bright, vendeuse sur le marché aux poissons de Billingsgate, est contrainte de confier son bébé Clara à l'orphelinat de l'Hôpital de Foundling. Six ans plus tard, elle est prête à accueillir son enfant qu'elle n'a jamais oubliée. Mais quand elle se présente à l'orphelinat, on l'informe que sa fille a été récupérée par une femme se faisant passer pour Bess.


À moins d'un kilomètre de l'institution, une jeune veuve vit recluse depuis dix ans dans une sublime demeure. Quand un ami la persuade d'engager une nourrice pour sa fille, elle est d'abord réticente à l'idée d'héberger une étrangère. Mais alors que son passé menace de faire voler en éclats le monde qu'elle s'est minutieusement construit, elle se laisse apprivoiser par cette nourrice si prévenante à l'égard de sa fille...

 

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

Voilà une lecture de saison que j'ai pris plaisir à découvrir. L'auteure nous plonge au XVIII ème siècle, dans la vie de deux femmes.  Bess est cette jeune fille de dix huit ans à peine, qui vient de donner naissance à une fille. Marchande ambulante, elle n'a pas les moyens de subvenir à ses besoins et prend la décision de déposer l'enfant à l'hôpital de Foundling, près de Londres. Bess a le cœur brisé mais sait qu'elle reviendra chercher sa fille Clara. Il lui faudra six années pour économiser suffisamment d'argent. Mais quand Bess retourne à l'orphelinat, on lui déclare qu'elle est déjà venue chercher sa fille, il y a six ans.

 

Quelqu'un s'est fait passer pour Bess. Dans quel but? Est-ce une personne de l'entourage de Bess? Est-ce que sa fille va bien? C'est ce que nous tentons de découvrir au fil du récit et c'est aussi de cette manière que nous rencontrons une autre femme. Alexandra, qui a un statut plus confortable, mais qui vit recluse. Si je me doutais un peu de ce qui était arrivé, j'étais intriguée par ce qu'il pouvait bien ressortir de la rencontre de ces deux personnages.

 

 

Ici, l'auteure ne mise pas spécialement sur l'émotion, mais davantage sur les faits, les descriptions, l'époque. On a une base historique solide. J'étais aux côtés de Bess et d'Alexandra, j'apprenais à les connaître. J'imaginais les lieux avec facilité ainsi que ces deux femmes si différentes, qui mènent des vies opposées. J'ai eu un véritable attachement pour la jeune maman déterminée à retrouver sa fille, mais Alexandra a aussi une histoire à nous livrer et je me suis laissée porter par ce roman tout du long.

 

C'est la fin qui a été un peu trop facile à mon goût, mais elle a le mérite d'être pleine d'espoir. On termine sur une belle note, qui illustre la force du lien maternel, qui passe outre la classe sociale.  C'est finalement une fiction historique bien agréable à lire et je ne peux que vous la conseiller si vous aimez découvrir des morceaux de vie d'une autre époque et une histoire qui finit bien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 


03/10/2021
0 Poster un commentaire

Lore de Alexandra Bracken

 

 

 

 

Fantasy Urbaine

628 pages

Parution : 16 septembre 2021

Editions DESAXUS

 

 

 

Un roman coup-de-poing qui plonge la mythologie grecque en plein New York dans une chasse aux dieux épique et effrénée. Les jeux ont commencé et elle joue pour sa vie.

 

 

 

 

Synopsis :

 

 

De nos jours à New York, un jeu meurtrier est sur le point de commencer : l'Agôn. Tous les sept ans, pendant une semaine seulement, neuf dieux grecs sont forcés de parcourir la Terre en tant que mortels pour avoir osé défier le grand Zeus. Ils sont chassés par les descendants de lignées prestigieuses, tous désireux de tuer un dieu et de s'emparer de son pouvoir ainsi que de son immortalité.
Après que sa famille a été brutalement assassinée par une lignée concurrente, Lore a fui ce monde brutal, tournant le dos aux promesses de gloire éternelle de la chasse. Pendant des années, elle a repoussé toute idée de vengeance envers l'homme, maintenant un dieu, responsable de la mort de ses proches.
À l'aube de la nouvelle chasse, deux participants recherchent la jeune femme : Castor, un ami d'enfance que Lore croyait mort et Athéna, l'une des dernières divinités d'origine, qui est grièvement blessée. La déesse lui propose une alliance contre leur ennemi commun et un moyen de quitter l'Agôn pour toujours. La décision de Lore de lier son destin à celui d'Athéna aura un coût mortel et ne sera peut-être pas suffisante pour stopper l'essor d'un nouveau dieu dont le pouvoir pourrait détruire l'humanité.

 

 

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Tous les sept ans, pendant sept jours, neuf dieux grecs sont envoyés sur terre et perdent leur immortalité. Pendant ces sept jours, des chasseurs les traquent pour les tuer et récupérer leur pouvoir ainsi que leur immortalité. Lore, descendante de Persée, ne veut plus rien avoir à faire avec cette chasse, ni avec son ancienne vie. Pourtant, quand elle tombe nez à nez avec Castor, son ami d'enfance, puis avec Athéna, blessée, la jeune femme réalise qu'elle est prête à se battre de nouveau...

J'étais assez séduite par l'idée de départ mais ... le début de cette lecture n'a pas été si simple. Si l'intrigue se met en place naturellement, les personnages sont si nombreux que ça ralentit un peu la compréhension. Dans certains cas, je ne comprenais pas trop qui ils étaient réellement, ni si leur présence était positive avant qu'ils ne tentent de s'étriper. Pour le coup, le petit descriptif sur les différentes lignées concurrentes au début du roman est fort utile et permet de surpasser ce petit obstacle. Puis le récit se révèle suffisamment dynamique pour faciliter la découverte et ça m'a un peu rassurée.

Grands héritages, grands pouvoirs, grandes alliances, grands affrontements, grandes trahisons. Au cœur d'un New York moderne. Je me suis laissée prendre au jeu peu à peu. J'ai aimé suivre le groupe qui s'est formé, mais plus encore me plonger dans les chapitres qui racontent le passé, et découvrir justement comment ces éléments du passé viennent transformer doucement l'intrigue et notre héroïne. Je pense avoir eu le déclic à la moitié du roman. Tout était plus familier, plus passionnant. Les révélations commençaient à tomber. L'action était toujours aussi présente et l'issue de cette grande bataille m'obsédait. Finalement, j'ai terminé le roman d'une traite avec un ressenti global vraiment positif.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Puisque l’Agôn ne voulait pas la laisser partir, elle les battrait à leur propre jeu et les détruirait avant qu’ils puissent la briser encore. »

 

« Je n’ai jamais eu peur que d’une chose : être impuissante. Ne pas pouvoir protéger les gens que j’aime, dit Lore. »

 

« Lore avait été en colère pendant si longtemps – contre l’Agôn, mais surtout contre elle-même. Cette rage n’était pas entièrement une mauvaise chose, en soi : elle vous donnait des forces, vous apportait énergie et détermination… mais elle finissait par devenir un poison avec le temps. »

 

« Comment exprimer ce qu’elle ressentait ? C’était comme retirer son armure, déposer son épée et exposer toutes les parties les plus vulnérables de son être. »

 

« ... il ne comprenait pas que c’était au milieu de ces ombres que vivaient les monstres. Que l’on ne pouvait pas avoir peur de les suivre. Et que le seul moyen de les détruire était d’avoir les dents plus acérées qu’eux, le cœur plus noir. »

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 


02/10/2021
0 Poster un commentaire

Genesis Alpha de Rune Michaels


 

 

 

 

Thriller pour ados

224 pages

Parution : le 22 septembre

Editions MILAN

 

 

 


Synopsis :

 

 Josh et Max. Max et Josh. Deux frères inséparables. 
Josh le cadet, Max l'aîné. Le meilleur grand frère du monde. 
Sans Max, Josh n'existerait pas. Sans Josh, Max n'existerait plus.
Josh a été conçu par ses parents dans le but de sauver Max, qui était atteint d'un cancer.

Aujourd'hui, ces deux-là ont une passion commune : Genesis Alpha, un jeu vidéo en réseau. 
Mais quand Max est accusé d'avoir tué une jeune fille, rencontrée en ligne sur Genesis Alpha, il ne s'agit plus de jouer. Le monde de Josh s'écroule, les secrets de famille explosent.

Josh ressemble tant à son frère que c'en est troublant. Et il s'interroge : est-il destiné à devenir un meurtrier à son tour ?

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

La naissance de Josh a permis de soigner Max du cancer et les deux frères sont aujourd'hui très liés. Ils se connaissent bien, s'entendent très bien. Même si l'ainé est maintenant à la fac, ils passent beaucoup de temps à jouer ensemble en ligne à Genesis Alpha qui est leur petit refuge virtuel. Puis Josh apprend une nouvelle terrible. Son frère a été arrêté pour meurtre...

 

C'est une nouvelle qui bouleverse aussitôt le quotidien de Josh, jeune ado de treize ans. Les médias s'emparent aussitôt de l'affaire tandis qu'il croit en l'innocence de son grand frère, de son idole. Il le connaît bien, ce n'est pas un meurtrier. Il ne peut pas en être autrement. Josh n'en doute pas une seconde, tout rentrera bientôt dans l'ordre. 

 

Si on peut s'attendre à une enquête de la part de notre jeune héros, le scénario est tout autre. Josh est un peu impuissant face à tout ça et c'est un autre personnage qui entre en scène et qui lui donne les clés pour comprendre ce qui arrive. Bientôt, on a quelques réponses à nos questions et ce qu'on découvre nous laisse sans voix.

 

C'est un roman qui aborde plusieurs thèmes assez inattendus comme les troubles psychologiques ou la manipulation génétique. Le récit soulève aussi quelques questions intéressantes autour du mal. Comment une personne en vient à devenir mauvaise, malsaine, à commettre des actes horribles? Peut-on en trouver la cause dans son éducation, dans un traumatisme, dans les gènes ? Ce roman est peut-être un peu court pour aller au bout de la réflexion mais je l'ai trouvé réellement prenant et intéressant. Je me suis sentie proche de cet adolescent et de cette famille qui souffrent de tous ces événements.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 "... Je n'arrive pas à comprendre comment quelqu'un de bien peut devenir mauvais. Je me demande si on nait mauvais. Dans ma tête, passent et repassent des images de bébés rampant un couteau à la main, un rictus machiavélique sur leur visage potelé, et je trouve ça grotesque...

 

"... C'est impossible. Je suis sûr que la police se trompe. Le mal n'a pas de nom ni de visage, il est sombre, sinistre et n'appartient pas à notre monde. Ou alors il est laid et tordu, comme les monstres que je rencontre dans Genesis Alpha. Mais ce n'est pas quelqu'un qui vit sous votre toit, plaisante et rit et trouve toujours le cadeau d'anniversaire idéal...

 

 

 

 

 

 

"... Tu crois que certaines de nos cellules sont dédiées au mal? On aurait des synapses de la méchanceté? Des neurotransmetteurs de la cruauté? Des ondes cérébrales de la perversité?  "

 

 

 

 

Disponible en librairie. 

 

 

 

 


24/09/2021
0 Poster un commentaire