* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Calder & Eden de Mia Sheridan

2019_02_NR_CalderEden_T1_COUV_RVB1-507x800.jpg

 

 

 

 

 

Romance - Erotisme

384 pages

Parution : le 7 février 2019

Editions HUGO ROMAN
Collection NEW ROMANCE

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Leur amour est interdit mais peuvent-ils y résister ?

Calder a grandi au sein d'une communauté religieuse au coeur des Etats-Unis. Ses membres obéissent aux ordres d'un gourou qui a banni tout progrès technique et les isole du reste du monde.

Si Calder n'a pas eu la même enfance que les autres petits Américains, il est plutôt heureux de grandir là, entouré de sa famille et de ses amis.

Mais le jour où Eden arrive dans la communauté, les choses vont commencer à changer pour lui. Cette petite fille doit devenir, à l'âge adulte, la compagne de leur leader et elle est la clef d'une prophétie plutôt inquiétante pour la communauté.

Il est interdit à Calder, simple travailleur agricole, de fréquenter Eden qui grandit auprès des membres les plus puissants de la secte. Pourtant, il va se nouer entre eux une relation amicale qui se transforme au fil des années en un amour fusionnel et profond.

Quel avenir ont-ils dans une communauté où leur passion est interdite ? Mais est-il possible d'y résister ?

 

 

 

 

 

L'avis de *Sandra* 26 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

Eden est arrivée à Acadie alors qu’elle n’était qu’une enfant. Depuis ce jour, Eden est destinée à Hector, le chef de la communauté, avec qui elle s’unira à l’âge de dix-huit ans. En tant qu’élue, le rôle de la jeune fille est de guider les membres vers l’Elysée lorsque le monde sera frappé par le Déluge. Les années passent, Eden tombe amoureuse de Calder, jeune travailleur au service de la communauté...

 

Mia Sheridan nous plonge dans un contexte aussi intéressant que troublant. Celui d’une communauté amish, une secte religieuse. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre en commençant cette lecture. Mais les deux héros de cette romance peu ordinaire m’ont aussitôt conquise.

 

Grâce à l’alternance des points de vue, on découvre le quotidien de Eden et Calder à Acadie. Eden, vénérée par les siens, est bien seule. Malgré sa soif de connaissances, elle a peu de libertés et doit se montrer obéissante. Calder, porteur d’eau, semble satisfait de cette vie dans la communauté, mais plus il grandit plus il se montre ambitieux quand à son avenir.

 

Peuvent-ils échapper à leur destin? C’est la question qui nous hante tout au long du roman. Encore plus lorsque les deux jeunes héros se rapprochent. Des sentiments purs et sincères naissent entre Eden et Calder et ils nous touchent en plein cœur. Ils sont de plus en plus forts et on ne peut que s’attacher au lien qui les unit. Pour le lecteur, cet amour interdit est loin d’être un péché. Mais plus on avance dans la lecture, plus on redoute les réactions du reste de la communauté. La foi aveugle des membres en Hector nous effraie...

 

L’auteure nous offre une histoire d’amour poignante. Son contexte nous fait réfléchir, nous met en colère, et même si j’ai vu venir certains rebondissements, ce récit ne m’a pas laissé indifférente. Nos jeunes amoureux vivent le plus beau comme le plus terrible. Remettre en question les croyances de leur communauté est la chose la plus courageuse qu’Eden et Calder puissent faire et j’ai beaucoup aimé rencontrer ces deux héros qui se battent pour vivre leur amour. À suivre...

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1577.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Belle de Jour. Aussi jolie qu’une fleur, aussi résistante qu’une mauvaise herbe. »

 

 

 

 

 

 

« Elle donnait l’impression d’être docile, douce et soumise. Mais en réalité, une force invisible évidente l’animait, et je n’avais jamais vu ça chez personne d’autre. »

 

 

 

 

 

 

« pendant toute ma vie, je me suis posé des tas de questions auxquelles personne n’a répondu. Et maintenant… je n’aurai peut-être pas toutes les réponses, mais au moins quelques-unes et ma vie me semble plus pleine. Et je pourrai transporter tout ce savoir en moi : personne ne pourra jamais me le voler. Il est à moi. Il m’appartient »

 

 

 

 

 

 

 

« Il était plein de bonté ; une bonté brute et spontanée. Elle brillait en lui. Impossible de ne pas avoir une irrépressible envie de s’y noyer… j’aurais pu m’enrouler autour de ses os et m’étouffer dans sa peau. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.



12/02/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 138 autres membres