* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Ciao Bianca de Vincent Villeminot

 

 

 

 

 

A partir de 12 ans

Voyage - Deuil - Pardon

330 pages

Parution : le 23 août 2019

Editions FLEURUS

 

 

 

 

Synopsis :

 

Cela fait trois ans que Matthieu n’a pas vu sa famille, depuis qu’il a claqué la porte de la maison, le jour de ses 18 ans. Il n’a pas répondu aux appels de sa mère, a évité de donner des nouvelles.  Mais le jour où il apprend qu’elle vient de mourir, un cancer foudroyant, il ne peut faire autrement que d’aller à l’enterrement…


Enfin, l’enterrement… Ce n’est pas vraiment ça… juste une cérémonie…
Parce que Bianca Fois a prévu d’être inhumée en Sardaigne, dans le caveau familial. D’ailleurs, elle a déjà tout organisé : c’est Matthieu qui doit aller là-bas, pour l’accompagner jusqu’à sa dernière demeure. Seul avec son frère et sa sœur, des jumeaux de 11 ans, Gavi et Lena, qu’il ne connaît plus trop. Matthieu suppose d’ailleurs qu’il a beaucoup à se faire pardonner d’eux.


Ce dont il ne se doute pas, c’est que la descente de l’Italie, et le voyage sur l’île, vont être l’occasion de pas mal de galères, et aussi d’éblouissements, de bains de mer, de nuits à la belle étoile, de chasse aux chauve-souris et au fromage – ce « fromage pourri », spécialité sarde, plein de larves et des asticots qui mangent le corps de ceux qu’on aime…

 

 

 

 

L'avis de *Sissi* 23 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

 

A l'âge de 18 ans, Matthieu a brusquement quitté sa famille. Trois ans plus tard, sa tante Grazia lui annonce  la mort de sa mère, suite à un cancer. Le jeune homme savait qu'elle était malade mais il ne s'est jamais déplacé, il ne lui a pas dit au revoir, ne mesurant pas vraiment à quel point cela pouvait être grave. Désormais, Mathieu redoute les retrouvailles avec le reste de la famille, surtout dans ces circonstances...

 

Quand sa tante lui fait part du dernier souhait de sa mère, qui était d'être enterrée en Italie avec la seule présence de ses trois enfants, Matthieu n'a pas d'autre choix que d'emmener Gavi et Lena, les jumeaux de onze ans qu'il n'a pas vu depuis trois ans. Commence alors un voyage qu'il n'attendait pas et pendant lequel il va devoir assurer son rôle de grand-frère. On réalise bien vite que c'est exactement ce dont ils avaient tous les trois besoin. Pour réfléchir, pour reconstruire...

 

L'auteur nous offre un récit plein de mélancolie et on se laisse porter. On découvre les raisons du départ de Mathieu, on découvre comment était sa mère pendant son adolescence. Si certains choix de notre héros peuvent d'abord paraître égoïstes, on n'a aucun mal à se mettre à sa place et à comprendre.

 

Puis sa relation avec les jumeaux vient nous toucher en plein coeur. Il y a ces choses qu'ils n'osent pas se dire. Tous les trois ne sont pas encore prêts et ils gardent leur regrets et leur rancune pour eux. Finalement, ce sont les quelques petits pépins sur la route qui changent la donne. Le voyage en Italie ne se passe pas comme prévu et l'ambiance s'allège peu à peu entre eux. Pour leur offrir des moments inoubliables...

 

Ciao Bianca est un roman qui m'a mis les larmes aux yeux à plusieurs reprises. Ce n'est pas seulement un roman qui parle de deuil et de pardon. Il est aussi question de ce lien tout particulier entre frères et soeurs. Matthieu, Lena et Gavi forment un trio très attachant et tout au long de la lecture on les encourage à se confier les uns aux autres. Leur lien a été fragilisé avec les années, mais il est toujours là et on ne peut qu'être touché par la façon dont ils se redécouvrent tous les trois. C'est une belle histoire et j'aurais beaucoup aimé faire encore un petit bout de route à leur côtés...

 

 

 

 

 

 67522348_1492669877551881_5116454103196324426_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Il ne faut pas toujours être gentil, si les choses comptent ; il faut parfois devenir chiant et méchant comme la pluie. C'est important, parfois... "

 

 

 

 

 

 

 

"... C'étaient des minutes étranges. En discutant de sites touristiques, ils savaient parfaitement tous les trois qu'ils faisaient diversion. On allait enterrer une mère. Fallait pas croire.... " 

 

 

 

 

 

 

"... La fraternité, c'est comme le vélo. Ca ne s'oublie pas. Il suffit de pédaler... "

 

 

 

 

 

 

 

"... Gavi resta allongé dans le sable humide, à la lisière des vagues, à plat ventre, clapotant dans cinq centimètres d'eau, immergé par l'écume chaque fois qu'un rouleau plus fort venait jusqu'à lui. Il divaguait, disait des sottises. Il avait l'air heureux, Lena aussi. Et Matthieu se sentait bien, incroyablement à sa place, à l'endroit précis où l'assignait sa vie... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Découvrez les << premières pages >>



11/08/2019
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 138 autres membres