* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Crossing the line de Simone Elkeles

 

 

 

 

 

Romance

400 pages

Parution : le 17 janvier 2019
Editions LA MARTINIERE J FICTION

 

 

 

 

Synopsis :

 

Pour échapper à une famille chaotique, Ryan Hess, 18 ans, quitte le Texas pour le Mexique.
Son plan ? Se consacrer à son unique passion, la boxe.

Fille d'un des avocats les plus influents du Mexique, Dalila Sandoval est lycéenne. Elle travaille sans relâche et se prépare à une brillante carrière de médecin.

Leur rencontre aurait pu se résumer à une aventure d'un soir.
Mais leur attirance pourrait les emporter plus loin. Trop loin.
Car sous le soleil brûlant du Mexique, certaines histoires n'attendent qu'une étincelle pour s'embraser.

Leur amour survivra-t-il ?
Ou les conduira-t-il à leur perte ?

 

 

 

 

L'avis de *Sandra* 26 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

Ryan et Dalila se sont rencontrés au concert des Shadows of Darkness, pendant lequel ils ont échangé un baiser. Jamais ils n’auraient imaginé se revoir un jour. Mais quand Ryan quitte le Texas pour s’entraîner dans un club de boxe au Mexique, leurs chemins se croisent encore et encore...

 

J’étais impatiente de me plonger dans cette romance et de retrouver la plume de Simone Elkeles. Ma lecture de ses romans remontent à plusieurs années et j’avoue que ma seule crainte était de ne plus être la cible de ses histoires. J’ai d’ailleurs eu un peu peur en commençant cette lecture parce que les deux jeunes personnages ne m’ont pas fait grande impression dans les premiers chapitres...

 

Je suis contente d’avoir persévéré parce j’ai finalement adoré Dalila et Ryan. Ils sont si différents, si touchants. Dalila, jeune mexicaine et fille d’un grand avocat, ne manque de rien. Malgré tout, elle veut montrer qu’elle est une fille indépendante, qu’elle est capable de se défendre. Elle ne veut pas être la fille parfaite que ses parents voient en elle, ni que ses privilèges déterminent qui elle est. 

 

Ryan m’a peut-être davantage touché. Il veut simplement montrer qu’il n’est pas un bon à rien, qu’il n’est pas comme son père. Il souhaite simplement que sa mère soit fière de lui (même si entre nous, cette femme ne mérite pas tant d’efforts de sa part). Sa situation familiale est tout à fait différente de celle de Dalila et sa passion pour la boxe est sa seule chance de s’en sortir. 

 

Si Ryan ne veut pas se laisser distraire par Dalila, ils se plaisent, c’est indéniable. Pour la première fois, quelqu’un se préoccupe du jeune homme. Dalila a confiance en lui comme en personne d’autre. J’ai vraiment aimé les petits moments pendant lesquels ils se racontent leur vie. Cela ne les rendaient que plus attachants. Malheureusement, ces sentiments qui naissent leur attirent bien des ennuis. Rapidement, l’auteure nous rappelle que nous sommes au Mexique, et son intrigue s’enrichit d’histoires de gangs, de rivalités entre cartels. Leur amour sera t-il plus fort?

 

Verdict : Ce sera un avis en demi teinte. Je ne peux pas dire que j’ai passé un mauvais moment, au contraire ma lecture a été agréable et les héros sont très touchants. Malgré tout, j’aurais aimé que l’auteure prenne son temps et qu’elle nous emmène plus loin dans cette histoire d’amour. C’est le milieu dangereux dans lequel évoluent nos personnages qui prend le dessus et le récit n’est finalement pas celui que j’attendais. Crossing the Line ne sera donc pas mon préféré mais cela ne change en rien mon attachement aux romances de Simone Elkeles.

 

 

 

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_3906124_201407084937985.jpg


 

 

 

 

 

 

 

50690304_120523619028805_299431639916209975_n.jpg

 

 

 

 

 

 

« Max Trieger m’a appris que selon la loi des probabilités, les choses finissent toujours par s’arranger. Peut-être qu’il avait raison. »

 

 

 

 

 

 

« À la maison, je joue les filles parfaites. Ici, je peux être n’importe qui. Je suis brinquebalée violemment au milieu du chaos mais ça me donne l’impression d’être libre et féroce. »

 

 

 

 

 

 

« Quand elle s’agenouille près de moi, je me demande brièvement ce que ça ferait d’avoir une fille comme elle dans ma vie. Elle a sans doute l’habitude qu’on la traite comme une princesse. Je le vois à ses bijoux coûteux, à ses fringues de marque, à la façon dont elle se tient, la tête haute, comme si aucun fardeau n’avait jamais pesé sur ses épaules. »

 

 

 

 

 

 

 

« Dormir près d’elle m’a rappelé qu’on ne peut pas choisir l’existence qu’on veut : on reçoit certaines cartes, et on doit jouer la partie avec. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.



17/02/2019
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 138 autres membres