* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Que la montagne est belle de Stephen Wallenfels

 

 

 

Thriller psychologique

384 pages

Parution : le 20 mars 2019

Editions MILAN

 

 

 

 

Synopsis :

 

Après une partie de poker, quatre amis se promettent
de partir camper dans le parc national de Yosemite :
Ceo, le tombeur à qui tout réussit,
Grahame, la force de la nature,
Colin, le meilleur ami de Ceo,
et Rhody, qui finalement ne vient pas.
Il est remplacé par Ellie, une fille que Ceo a invitée et que personne ne connaît.

Un simple week-end entre copains... en théorie.

 

 

 

L'avis de *S* 28 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

 

Etudiants à la Chandler Gates Academy, Colin, Ceo et Grahame se sont mis en tête d’aller camper dans le parc national de Yosemite. Leur expédition ne sera pas encadrée, c’est juste une bande de copains en week-end à la montagne. Malheureusement, l’aventure se révèle moins amusante...

 

Après un prologue qui ne présage rien de bon, on embarque pour une petite randonnée pas comme les autres. L’immersion est assez facile et l’auteur soigne ses descriptions pour nous donner l’impression d’être de la partie. Ça fonctionne plutôt bien, on suit le groupe, avec curiosité et une certaine appréhension aussi. J’ai trouvé le début du roman un peu long en soi, mais nécessaire pour apprendre à connaître les quatre personnages, très différents. 

 

Clairement, j’ai apprécié Colin et Ellie, les deux narrateurs, et détesté les deux autres. Colin vit dans l’ombre de Ceo, son meilleur ami, du genre charmeur, à qui rien ni personne ne résiste. Il y a aussi l’imposant Grahame, avec ses propos désagréables. Puis, Ellie, la seule fille, qu’ils connaissent à peine, mais qui a du répondant.

 

L’ambiance est un peu bizarre pendant tout le roman et je ne savais pas quoi en penser. D’abord à cause de cette amitié. C’est comme si les membres n’étaient pas vraiment amis alors qu’ils nous sont présentés comme tels. On sent qu’il n’y a pas que la météo qui pose problème lors de cette expédition. Il y a des choses qu’ils ne se disent pas et les rivalités entre les personnages se multiplient au fil de la lecture. Puis ils nous semblent si mal préparés, ça ne peut définitivement pas bien se passer.

 

Verdict : Je pense que je m’attendais à un roman plus sombre, à un récit plus tendu, plus stressant. Ces éléments ne sont arrivés que tardivement, dans les cent dernières pages. Ce sont les personnages qui attirent notre attention tout au long du récit, plutôt que l’aventure en elle-même. On suit quatre jeunes qui se connaissent finalement mal. Parfois, ils nous déstabilisent et on redoute le moment où ça va déraper. La lecture reste fluide, imprévisible, mais il m’a manqué un petit quelque chose pour être vraiment conquise...

 

 

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_3906124_201407084937985.jpg

 

 

 

 

 

 

 

«  Ceo et Grahame se serrent la main, des sourires carnassiers aux lèvres. Tandis que nous montons à bord de la Cherokee, je pense à mon père et à tous les poissons qui se sont retrouvés dans ses filets. Il disait que le secret pour les attraper n’est pas l’appât en lui-même, mais la mise en scène. Pauvre Grahame. Il n’a jamais senti l’hameçon...  »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« La neige me cingle le visage.

Je ne sens plus mes pieds.

La tempête hurle sa victoire... »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 



09/04/2019
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 138 autres membres