* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Erectus de Xavier Muller

 

 

 

 

 

 

Thriller scientifique

433 pages

Parution : le 8 novembre 2018

XO Editions

 

 

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Et soudain l'humanité se mit à régresser

À Richards Bay, en Afrique du Sud, c'est le choc.

Un homme s'est métamorphosé. Il arbore des mâchoires proéminentes, est couvert de poils, ne parle plus.

Bientôt, à New York, Paris, Genève, des Homo erectus apparaissent en meutes, déboussolés, imprévisibles, semant la panique dans la population.

De quel virus s'agit-il ?
Que se cache-t-il derrière cette terrifiante épidémie ?

Une scientifique française, Anna Meunier, se lance dans une course contre la montre pour comprendre et freiner cette régression de l'humanité.

Partout, la question se pose, vertigineuse : les erectus sont-ils encore des hommes ?
Faut-il les considérer comme des ancêtres à protéger ou des bêtes sauvages à éliminer ?

 

 

 

 

L'avis de *Jim* 21 ans, rêveur et mangeur de papier

 

 

Les premiers symptômes sont observés chez un éléphant qui se voit soudainement doté de deux défenses supplémentaires. La virologue qui étudie ce phénomène alarmant n’est pas immédiatement prise au sérieux, tant cela semble tiré par les cheveux. Et si l’évolution des hommes était mise en péril par le virus Kruger? Et si la planète était touchée par une forme de régression? 

 

Le récit est divisé en dix parties qui marquent toutes une étape liée à la propagation du virus et à ses conséquences. Les chapitres sont courts et efficaces, et nous permettent de suivre plusieurs personnages tout au long de la lecture. Il s’agit principalement de scientifiques, de spécialistes (paléontologue, virologue, biologiste...) qui semblent impuissants face au phénomène et auxquels on s’attache peu à peu. Ce procédé narratif m’a beaucoup plu et permet d’avoir une vue d’ensemble sur ce chaos planétaire.  

 

Le phénomène observé est terrible et il est difficile d’anticiper les événements à venir. C’est un des points forts du scénario. Tout s’enchaîne, nos personnages sont dépassés et l’humanité semble être bouleversée à jamais. Le lecteur veut à tout prix savoir ce qui va se passer ensuite. La lecture est prenante, addictive et on veut toujours plus d’éléments. De quelle sorte de régression s’agit-il? Le virus peut-il toucher tous les êtres vivants? D’où vient-il? Quelles en sont les conséquences? Comment l’épidémie pourrait-elle être contrôlée dans ces circonstances? Jusqu’où l’auteur souhaite t-il nous emmener exactement? 

 

On se laisse porter par les explications, par les événements, par les débats aussi. Il y a bien eu un moment où le récit s’essoufflait un peu au cours de ma lecture mais c’est aussi à ce moment précis que l’auteur change de tactique. Au trois quarts du roman, le récit prend une autre direction et le lecteur a droit à des réflexions plus politiques qui concernent les humains touchés par le virus. Le scénario catastrophe est de cette manière plus abouti, plus réaliste et c’est vraiment appréciable. J’ai passé un agréable moment avec ce thriller scientifique qui prend ses racines dans de véritables faits et qui ne manque pas de nous faire réfléchir.

 

 

 

 

 

 https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_3906442_201407085355361.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

« Au cours de sa carrière de chasseur de virus, il avait traqué des agents pathogènes redoutables aux quatre coins du monde, mais aucun de ces fléaux ne l’avait préparé au virus Kruger. Celui-ci ne tuait pas en cinq jours comme l’Ebola. Il ne laissait pas son hôte exsangue et apathique comme le Marburg. En réalité, le Kruger épargnait la vie de son hôte, mais ses effets étaient plus dévastateurs qu’une bombe. Une bombe à retardement... »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.



20/11/2018
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 133 autres membres