* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

La tête sous l'eau de Olivier Adam

 

 

 

 

 

 

Drame - Thriller

224 pages

Parution : le 23 août 2018

Editions ROBERT LAFFONT

COLLECTION R

 

 

 

 

 

 

Lu dans le cadre d'un partenariat avec COLLECTION R 

que nous remercions pour la découverte !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l'air perdu. Il m'a pris dans ses bras et s'est mis à pleurer. Un court instant j'ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte.
Puis il s'est écarté et j'ai vu un putain de sourire se former sur son visage. Les mots avaient du mal à sortir. Il a fini par balbutier : " On l'a retrouvée. Merde alors. On l'a retrouvée. C'en est fini de ce cauchemar. "
Il se trompait. Ma soeur serait bientôt de retour mais nous n'en avions pas terminé.

 

 

 

 

L'avis de *S* 28 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Les parents d'Antoine et Léa ont pris la décision de quitter Paris pour s'installer à Saint-Lunaire, en bord de mer. Une décision qui n'a pas vraiment plu à Léa, qui le fait bien comprendre à ses parents. La jeune fille ne veut pas vivre en Bretagne, dans ce coin paumé, loin de ses amis et de sa vie qu'elle aimait tant. Lorsque Léa disparaît lors d'un festival de musique, sa famille se sent désarmée, impuissante face aux évènements. Les mois passent et la famille de Léa se brise peu à peu. Jusqu'à ce que les policiers retrouvent la trace de la jeune fille...

 

Léa est vivante mais l'histoire est loin d'être terminée. Ce qui devait être une délivrance est finalement le début d'une autre épreuve, celle de la reconstruction. Le narrateur n'est autre qu'Antoine, le frère de Léa. C'est un ado un peu solitaire, qui s'est renfermé sur lui-même et qui a trouvé refuge sur une planche de surf. Mais c'est surtout un adolescent qui reste debout, qui arrive à prendre un peu de recul malgré les évènements. J'ai apprécié que ce soit lui qui nous confie les inquiétudes et les questions douloureuses de sa famille, qui nous parle de leurs relations tendues, avec ses mots. C'est aussi quelqu'un que j'ai trouvé très patient et touchant dans sa manière de veiller sur sa grande sœur.

 

Le récit d'Antoine est aussi accompagné de quelques mails de Léa. Je ne vous parlerai pas de ce qu'ils contiennent mais ils permettent de comprendre l'état d'esprit de la jeune fille, avant et après. A la lecture de ses lettres, on se pose des questions sur ce qui est arrivé. C'est parfois confus, les blancs dans son histoire nous interpellent. Jusqu'à l'exposition des faits, plus tard. C'est tout ce à quoi nous avons droit concernant Léa et cela est bien suffisant. Je pense que je n'aurais pas pu supporter lire son point de vue. On reste un peu en retrait de son expérience traumatisante et j'ai compris et apprécié ce souhait de l'auteur.

  

Je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre en commençant cette lecture. Je n'avais même lu aucun texte d'Olivier Adam avant celui-ci. La tête sous l'eau n'est pas à proprement parler un roman à suspense, ni complètement un thriller. Il n'y a pas de grandes révélations et on devine en partie ce qui nous attend.  Ne vous attendez pas à un récit haletant. On découvre ici le regard d'un ado sur la disparition de sa soeur. C'est une histoire qui se veut touchante. C'est un texte fort. Il y a un vrai travail sur la psychologie des personnages. Ils sont paumés. Ils souffrent. On ne se focalise pas seulement sur la terrible épreuve que Léa a vécu, mais davantage sur ce que l'entourage a éprouvé pendant ses mois d'absence, puis à son retour parmi eux. Aucune famille n'aimerait devoir faire face à ces évènements et on ne peut que se laisser porter par les petites vagues d'émotions. Parfois elles sont douces. Parfois, elles nous balaient et veulent nous mettre la tête sous l'eau...

 

 

 

 

 

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_3906442_201407085355361.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Selon eux ces longues heures que je passe au milieu de l'eau ne sont pas pour arranger les choses. Plus qu'un traitement, ils y voient un symptôme. Une fuite. Une façon très littérale de noyer mon chagrin. De me laver le cerveau à l'eau de mer. Ils n'ont peut-être pas tort... "

 

 

 

 

 

 

"... Les eaux retirées et le sable comme un miroir. Les récifs dégoulinants laissés à nu. Le fracas des vagues contre la digue quand tout remonte. Ces derniers temps, il n'y a que ça qui retient son attention. La dernière chose à laquelle il s'accroche... "

 

 

 

 

 

 

 

"... Un père et son fils au milieu des cendres. Hébétés. Hagards. Presque des fantômes. Egarés dans les limbes... "

 

 

 

 

 

 

 

"... On est tous tellement à fleur de peau en cet instant. Sans plus la moindre protection. Toute armure fendue. Juste des boules de sentiments. Les nerfs à vif. Le cœur ouvert... "

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Ma grande sœur perdue puis retrouvée, terrorisée, brisée, honteuse, rongée de culpabilité et de colère, ma grande sœur amoureuse qui voit des ombres menaçantes partout dans la nuit... "

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Les vagues sont hautes ce soir. Elles me frappent, me rouent de coups, s'abattent sur moi avec toute la brutalité nécessaire. A cet instant c'était exactement ce que j'attends d'elles. Qu'elles m'assomment. Me foutent la tête sous l'eau... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Disponible en librairie, sur AMAZON et FNAC.



04/09/2018
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres