* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

La théorie de l’iceberg de Christopher Bouix

 

 

 

 

 

A partir de 13 ans

224 pages

Parution : le 20 septembre 2018

Editions GALLIMARD JEUNESSE

Collection SCRIPTO

 

 

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Six mois après un accident de surf, Noé, quinze ans, reste choqué. Il en a gardé un bégaiement gênant et la terreur de l'Océan. Alors que faire en plein mois d'août à Figerolles-sur-Mer, sans la mer ? Un job d'été, le pouvoir des livres, la rencontre de Lorraine, une drôle de fille passionnée d'astronomie... et le monde pourrait bien basculer. Le cheminement d'une renaissance qui se savoure comme une fin d'été.

 

 

 

 

 

L'avis de *Sissi* 22 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

Après son accident de surf, Noé s’est vite remis sur pieds. Pourtant, il n’est pas encore complètement guéri. Noé a commencé à bégayer et à avoir peur de l’océan. Depuis, il est un peu solitaire et passe ses journées à lire et à écrire. Cet été là, Noé se lance dans l’écriture d’une nouvelle pour un concours. Mais c’est aussi l’été de la reconstruction...

 

Noé est un adolescent de quinze ans auquel je me suis rapidement attachée. Il est introverti, un peu maladroit et semble parfois un peu perdu. Mais au fil de la lecture, Noé se révèle aussi être un garçon qui a envie d’apprendre, qui a envie d’avancer. On l’encourage alors à ne pas s’arrêter à son accident et à ses peurs. Encore faut-il savoir qui on est, qui on veut devenir pour savoir où aller. L’évolution de ce personnage est subtile et j’ai vraiment aimé qu’elle soit guidée par quelques belles rencontres. 

 

Cet été là, Noé fait la connaissance de Lorraine, une jeune fille enjouée et curieuse, et de M.Hereira, un vieux ronchon. Tous les deux sont à l’origine de petits déclencheurs qui donnent à notre héros l’envie de vivre pour de vrai, l’envie de grandir aussi. 

 

J’ai adoré ses séances d’écriture avec M. Hereira. J’ai adoré ses discussions avec Lorraine. J’ai adoré regarder les étoiles en leur compagnie. J’ai adoré sentir la chaleur de l’été, parler littérature, photographie, astronomie. Je me suis sentie si bien pendant cette lecture. On passe un beau moment et on ne retient que du positif.

 

La théorie de l’iceberg est une merveilleuse lecture que je ne peux que vous conseiller pour prolonger un peu l’été. Ce roman porte tellement bien son titre. Je n’ai pas immédiatement compris son sens et j’ai pris plaisir à le découvrir lors d’une discussion entre les personnages. Une discussion parmi tant d’autres dont on ressort grandi, comme notre héros. C’est un petit roman lumineux et passionnant, avec lequel j’ai découvert une superbe plume. La lecture est douce et on prend le temps de lire entre les lignes.

 

 

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4124049_201409233958665.png

 

 

 

 

 

 

"... Tout en fermant les yeux, je me suis mis à penser à Lorraine. Au moment, fugace, où son épaule avait frôlé la mienne sur le parvis de la bibliothèque. Durant une fraction de seconde, c’est vrai, le monde avait vacillé... "

 

 

 

 

 

 

"... Quand je suis arrivé sur la plage, le soleil tapait déjà très fort. Je me suis installé sur le dos, j’ai planté mes coudes dans le sable et j’ai regardé l’océan. C’est bizarre, j’ai pensé, comme le regard que l’on porte sur les choses et sur le monde peut changer... "

 

 

 

 

 

 

 

"... Lorraine est comme un vent de côte : elle balayait tout sur son passage. En l’écoutant parler, j’avais presque le tournis. Pourtant, une impression diffuse est monté en moi : et si cette façon qu’elle avait de se disperser était d’avoir une façon de ne pas se montrer ? ... "

 

 

 

 

 

 

 

"... Peut-on savoir qui sont les autres ? Qui ils sont vraiment. Soudain, je n’en étais plus si sûr. Peut-être qu’on se contente de passer notre vie à côté d’eux, à les côtoyer, à les croiser, sans jamais les connaître... "

 

 

 

 

 

 

 

" ... Le sang battait contre mes tempes. Ma tête tournait presque. Je sentais que le monde - pas seulement moi mais le monde tout entier - était en train de vaciller. La vie ne serait plus jamais la même à partir de ce moment précis. Tout avait basculé... "

 

 

 

 

 

 

 

"... Le courage, ce n’est pas de ne pas avoir peur. C’est d’être mort de peur - mais d’y aller quand même... "

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie, sur AMAZON et FNAC.



09/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 127 autres membres