* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Le Jardin des Epitaphes de Taï-Marc Le Thanh




A partir de 13 ans

Post-Apocalypse

384 pages

Parution : le 28 septembre 2016

Editions DIDIER JEUNESSE

 

 

Synopsis :

 

Suite à une série de catastrophes, appelées « épitaphes », le monde se retrouve plongé dans le chaos. Un ado, doté de super pouvoirs mais qui émerge de deux années d’amnésie, retrouve son petit frère et sa petite soeur cachés à Paris. Ensemble, ils font route vers le Portugal, seul endroit où ils pourront prendre la mer afin de rejoindre leurs parents à San Francisco. Mais leur chemin sera semé d’embûches et de grands dangers. Il leur faudra affronter les conséquences d’un monde dévasté, abritant désormais des zombies, des machines tueuses, des hommes fous, des mutants, et peut-être bien pire encore...

 

 

L'avis de Jim, 18 ans, rêveur et mangeur de papier

 

Une série de catastrophes a secoué la planète. Hypoténuse, Double-peine et Poisson-pilote sont frères et soeurs et tentent de survivre dans ce monde qui ne ressemble plus à celui qu'ils ont toujours connu. Leur dernier espoir : rejoindre leurs parents à l'autre bout du monde. Un très long périple les attend, fait de multiples dangers...

 

On commence l'aventure au Jour 16. Cela fait seize jours que ces trois frères et soeurs ont commencé leur voyage. La première question qui m'est venu à l'esprit : que s'est-il passé exactement pour que leur monde ressemble à ça? Les réponses nous viennent petit à petit avec les retours en arrière. On prend connaissance des catastrophes une par une, au fil de la lecture et des petites histoires que raconte Hypoténuse à son frère et à sa soeur. On prend connaissance de ce qu'ils ont vécu et de ce qu'ils vont encore vivre. C'est très intéressant, voire extraordinaire, de découvrir ensuite les origines de cette terrible catastrophe. 

 

J'ai beaucoup aimé Hypoténuse, le vrai héros de ce roman. Un personnage mystérieux à cause des deux dernières années dont il ne se souvient pas et de ses aptitudes. Un personnage immédiatement sympathique grâce à l'amour qu'il porte à son frère et à sa soeur. Je pense qu'il touchera n'importe quel lecteur. Il les aime profondément. Rebaptisés Poisson-Pilote et Double-Peine après la catastrophe, âgés de 9 et 6 ans, ils sont bien trop petits pour affronter le monde qui les entoure. Mais Hypoténuse veille sur eux et les aide à accepter ce monde tel qu'il est désormais. Pour ne pas les effrayer, pour les préserver de l'horreur, il leur raconte ce qu'il se passe à sa façon. Il les aide surtout à laisser le passé derrière eux et à garder le sourire coûte que coûte. C'est d'ailleurs pour cette raison que ce roman est bourré d'humour. Un humour qui leur est nécessaire pour avancer. Désormais, ils sont les trois vagabonds du jardin des épitaphes. Je garde la signification pleine de poésie pour moi et vous laisse la découvrir.

 

Tous les trois avancent dans un environnement hostile, fait de nuages de pierre, de villes mortes, de pillards, de machines destructrices, de Régressifs... Mais pas seulement. Tout semble avoir changé, évolué, muté. Les surprises pour le lecteur sont très nombreuses. On se demande sans cesse ce qui va leur tomber dessus car tout le monde n'a pas vécu la fin du monde de la même manière. Les épreuves s'enchaînent et sont de plus en plus dangereuses pour nos vagabonds. On se laisse surprendre par chacune d'entre elles, espérant que nos protagonistes viennent à bout de cette terrible aventure sains et saufs. Je me suis vraiment régalé et j'étais toujours plus surpris par ce drôle d'univers ! 

 

 

 

"... Je m'accroupis pour me mettre au niveau du visage de Double-Peine. Je lui caresse la joue. Sa peau est douce. L'espace d'un instant, j'ai l'impression que c'est la chose la plus douce qui puisse à présent exister dans notre monde... "

 

 

 

"...  - Whaaa, ça pue ! s'est écriée Double-Peine.

- C'est le cheval qui a pété, lui ai-je dit.

Elle a ri alors que les larmes commençaient à couler sur ses joues. Elle n'avait pas usurpé son surnom.

- Les chevaux pètent toujours avant de mourir, ai-je expliqué. C'est un peu leur façon bien à eux de manifester leur mécontentement face à la mort. Aucun cheval n'a envie de mourir. Je crois qu'ils font partie des animaux qui aiment le plus la vie. Alors quand ils sentent que leur dernière heure arrive, ils lâchent les gaz ..."

 

 

 

 

Lire un <<  EXTRAIT >>

 

 

 

 


<<  SITE OFFICIEL >> pour encore plus d'infos !

 

 

 

 

Pour acheter votre exemplaire (17€)

AMAZON -  FNAC



05/10/2016
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres