* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Nox de Yves Grevet (intégrale)

 

 

 

 

(Intégrale - 2 tomes)

A partir de 13 ans

Dystopie

500 pages

Parution : le 22 octobre 2015

Editions SYROS

 

 

 

 

Synopsis :

 

Une ville basse enveloppée d'un brouillard opaque, plongée dans l'obscurité. 
Des hommes contraints de marcher sans cesse pour produire de la lumière. 
Un héros qui se bat pour vivre auprès de celle qu'il aime.
Des amis d'enfance qui s'engagent dans des camps adverses.
Une jeune fille qui vit dans la lumière, à la recherche de la femme qui l'a élevée.

 

 

 

 

L'avis de *Jim* 18 ans, rêveur et mangeur de papier

 

 

Lucen vit dans la ville basse, en permanence plongée dans le noir à cause d'un sombre brouillard. À bientôt 17 ans, il va devoir se marier et avoir des enfants, c'est la loi. Mais lui et sa copine Firmie rêve d'autre chose, ils aimeraient simplement avoir le choix. Et puis il y a Ludmilla, qui vit dans la ville haute, dans le confort et l'opulence...

 
L'auteur nous présente un monde où les riches et les pauvres sont séparés. Un monde dans lequel ceux d'en bas doivent pédaler, marcher, travailler, pour accéder à un peu de lumière et d'électricité. Un monde fait d'injustices, de violence, de misère. La mise en place de ce sombre univers est soignée et ce sont les différents points de vue qui nous permettent de mieux l'appréhender.
 
Nous rencontrons quatre ados, dont les destins se croisent et se décroisent au fil de l'aventure. Quatre ados qui, nous le réalisons bien vite, n'ont aucune liberté. Ils nous plongent dans deux mondes qui s'opposent et cela nous fait mal au coeur. L'auteur décrit des jeunes personnages très humains au point où on se demande comment nous réagirions à leur place.
 
J'ai pris une petite claque avec le premier tome de cette intégrale. Je pense que c'est la dystopie la plus sombre, la plus terrible que j'ai lu jusqu'à maintenant, dans le sens où nos héros n'ont aucun espoir. Ils subissent, ils étouffent, ils sont persécutés, ils sont résignés pour certains à vivre dans la misère. Bien sûr, d'autres se rebellent, font entendre leur voix, mais on a cette sensation que le système ne changera pas. 
 
Dans le second tome, il est toujours question de survie. Nos héros ne sont pas épargnés. Les malheurs s'enchaînent et des décisions douloureuses sont à prendre. Ces adolescents n'en sont plus vraiment et ils continuent de se battre pour un avenir plus juste, pour leur liberté, pour un nouveau départ.
 
Verdict : Je suis agréablement surpris par ce roman d'anticipation qui nous présente un monde révoltant. Injustices, détresse, tensions, trahisons... l'intrigue est bien menée tout au long de ces cinq cent pages. L'auteur nous offre un récit sombre et dramatique, qui ne manque pas de nous faire réfléchir. À découvrir !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
« Je continue à aller à l’école professionnelle le matin car mes parents veulent qu’un jour je puisse devenir quelqu’un d’important.
– On ne sait jamais, dit mon père. Quand le grand nuage aura disparu, tu pourras peut-être faire autre chose et partir ailleurs. En attendant le « grand jour », il faut que tu t’instruises le plus possible.
Cette espérance, plus personne ne l’a vraiment mais tout le monde fait comme si. Lors des repas de famille, les plus vieux racontent qu’autrefois, du temps de leurs arrière-grands-parents, tout le monde avait accès au soleil. L’eau potable sortait des robinets et on s’en servait aussi pour le ménage et la toilette. Il existait même d’immenses bassins où les gens pouvaient nager, on appelait ça des piscines. Ce n’est qu’à la fin des repas de famille, quand les hommes ont bu plus qu’il ne faut, qu’on reparle de la « grande espérance » et du « retour de l’âge d’or ». Le lendemain, quand ils ont dessaoulé, tous retournent à leur triste vie. »
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

Disponible en librairie, sur AMAZON et FNAC.

 

 



15/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 135 autres membres