* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

21 printemps comme un million d'années de Camille Brissot

47390613_1023434784525293_9030938553695420646_n.jpg

 

 

 

 

Young Adult

224 pages

Parution : le 10 janvier 2019

Editions SYROS

 

 

 

Que feriez-vous si vous appreniez qu'il vous reste peu de temps à vivre ?

 

 

 

Synopsis :

 

Victor et Juliette. Amis depuis toujours, ils se connaissent par coeur. Elle fait tellement partie de sa vie qu'elle habite presque chez lui, il sait décrypter le moindre de ses éclats d'humeur, bons ou mauvais. Car Juliette est difficile à saisir, toujours en mouvement. Elle est capable de partir seule au bord de l'océan sur un coup de tête, et de revenir comme si de rien n'était, avec ses secrets. Elle vit intensément, sans penser à l'après, et Victor la suit, l'attend, prêt à la rattraper si elle trébuche. Cette histoire, Victor la raconte à une bande de filles très jeunes qui l'écoutent les yeux écarquillés. Elles ont connu Juliette à l'hôpital et veulent tout savoir de celle qui sera à jamais leur héroïne...

 

 

 

L'avis de *Sissi* 22 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Trois ans après la mort de Juliette, son meilleur ami Victor retourne à l’hôpital et raconte son histoire aux enfants malades qui l’ont connue. Il se lance alors dans le récit d’une amitié inoubliable, éprouvante parfois...

 

Victor et Juliette sont meilleurs amis depuis toujours. Ils sont profondément ancrés dans la vie de l’un et de l’autre. C’est le genre d’amitié qui marque une vie. Peu importe la durée de cette amitié, ou de cette vie. Elle se veut présente, puissante.

 

Victor partage peu à peu une série de souvenirs, un peu désordonnés, mais toujours très forts. Il nous décrit une jeune fille pétillante et libre, qui aime tester ses limites. Il nous raconte ses coups de folies, les bons comme les mauvais moments. Il nous parle de cette énergie, de cette invulnérabilité. 

 

J’ai particulièrement aimé que ce soit Victor qui nous raconte cette histoire. J’ai aimé découvrir Juliette à travers les yeux de son meilleur ami. Il a toujours été là pour elle. Il l’a toujours aider à avancer même lorsqu’elle faisait n’importe quoi. Il a toujours été là pour la rattraper si elle vivait trop fort. Victor est un ami exceptionnel et son récit plein de nostalgie ne laisse pas indifférent.  

 

C’est le troisième roman de Camille Brissot que je découvre et chaque fois elle me surprend par sa façon d’aborder les choses. Dans ce roman, on parle de la perte d’un être cher, de la valeur de la vie mais surtout d’une amitié formidable. Victor a suffisamment de recul pour que son récit ne soit pas triste. C’est vivant, c’est beau, et ça nous remue. Je n’ai pas pu m’empêcher de verser ma petite larme alors que je savais depuis le début ce qui m’attendait.

 

 

 

 

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527625_201502094824946.pnghttps://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527625_201502094824946.pnghttps://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527625_201502094824946.pnghttps://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527625_201502094824946.pnghttps://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527626_201502094824725.png

 

 

 

 

 

 

"... La beauté, chez elle, ce n'était pas un ensemble de traits physiques, mais plutôt une énergie. Elle vous frappait d'un coup, e vous ne pouviez plus l'oublier. Quand on était petits, les gens l'appelaient Hirondelle, et c'est vrai que ça lui allait bien : elle était toujours à papillonner, à sourire, à éclater de rire, un pur oiseau de printemps... "

 

 

 

 

 

 

"... C'est drôle, j'évoque ce souvenir, et des dizaines d'autres suivent, comme si les années se mélangeaient, comme si tout était lié. Juliette et moi enfants, qui courons entre les rangs de vigne, qui nous perdons dans la nuit et crions nos noms à tue-tête pour nous retrouver ; les petites lanternes vertes des lucioles dans les buissons ; les chauves-souris froissant l'air au dessus de nos têtes... "

 

 

 

 

 

 

 

"... De cet été là, il ne restera que ça : des images fugaces, brillantes, et l'écho d'un instant de bonheur si intense qu'il ne cesse jamais de résonner... "

 

 

 

 

 

 

 

"... Mais c'est quoi, le temps, au fond? Est-ce qu'on en profite plus quand on en a moins? Et pourquoi est-ce qu'on a l'impression que c'est un contenant vide, un truc qu'on doit absolument remplir pour qu'il prenne de la valeur? Est-ce qu'il n'est pas précieux par nature? Une heure à réfléchir, allongée dans son lit, ça vaudrait moins qu'une heure à boire des cocktails sur le pont d'un yacht?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 

 



14/01/2019
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 133 autres membres