* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Lady Helen de Alison Goodman (tome 3)

 

 

 

 

Tome 3/3

Fantasy

656 pages

Parution : le 20 juin 2019

Editions GALLIMARD

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Bath, décembre 1812... Lady Helen prépare son mariage avec le duc de Selburn, mais son esprit est ailleurs : sa mission de Vigilante Suprême n'est pas encore accomplie. Cette double vie met Helen au supplice : non seulement elle doit résister à ses sentiments pour le charismatique Lord Carlston, mais elle doit aussi maîtriser ses pouvoirs. La confrontation finale avec leur grand ennemi, l'Abuseur Suprême, est imminente...

 

 

 

 

L'avis de *S* 28 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Lady Helen et Lord Carlston sont désormais liés et forment le Vigilant Suprême. C'est un avantage considérable pour espérer vaincre leur mystérieux et puissant ennemi qu'est l'Abuseur Suprême. Malheureusement, ce n'est pas si simple pour Lady Helen de continuer de s'entraîner et de se battre contre les Abuseurs, à l'approche de son mariage avec le Duc de Selburn...

 

J'étais impatiente de retrouver Lady Helen et Lord Carlston pour une toute dernière aventure. Ces deux héros m'ont fait forte impression dans les tomes précédents, notamment dans leur façon d'exprimer leurs sentiments. Ils restent depuis le début dans la retenue malgré un attachement qui crève les yeux. Beaucoup de paramètres entrent en compte : leur rang, leur réputation, leurs obligations. Mais tout est encore un peu plus compliqué depuis que Lady Helen doit allier ses devoirs de Vigilante et ceux d'une future épouse. J'étais très curieuse de découvrir comment l'auteure allait nous sortir de tout ça !

 

Pour ce troisième et dernier tome, vous pouvez compter sur des descriptions toujours aussi soignées. L'auteure réussit à nous plonger dans une autre époque avec beaucoup de réalisme et d'élégance. Le comportement de ses personnages est également en accord avec les convenances et les codes de la société en ce début du XIXème siècle. Même si certaines remarques nous agacent parfois, elles collent parfaitement au contexte. (A cette époque, on attend surtout des femmes qu'elles soient dociles, pour assurer leur rôle d'épouses puis de mères. Heureusement, les choses ont bien changé.)

 

 

Moins d'action, plus de doutes? Si le rythme de lecture est relativement lent dans la première moitié du roman, j'ai eu du mal à décrocher des trois cent dernières pages. Nos deux Vigilants ont longtemps préparer la bataille, mais on sent qu'ils ne maîtrisent pas tout. Il y a ces évènements sur lesquels ils n'ont absolument aucun contrôle et qui les font douter de leurs capacités. Ils ont beau avoir confiance l'un en l'autre, on sait que ça ne suffira pas et qu'ils devront se montrer plus forts que jamais. Lady Helen doit donc apprivoiser  au plus vite le pouvoir qui grandit en elle et qui est en soit assez déstabilisant.

 

Puis il y a toujours cette question qui persiste : qui se cache derrière l'Abuseur Suprême? Il y a ce personnage qui m’hérissait le poil et que je ne sentais pas depuis le tout premier tome et cette intuition a été la bonne. Toutefois, on n'a pas tous les éléments en main pour en avoir la certitude et j'ai aimé ces petits retournements de situation qui nous font douter et angoisser. L'auteure nous laisse dans le flou et on adore ça !

 

 

J'ai trouvé le final de cette trilogie assez intense et la toute dernière confrontation a été à la hauteur de mes attentes. Je craignais un peu d'avoir le cœur brisé en terminant ce tome mais finalement tout va bien. On quitte les membres du Club des Mauvais Jours de façon explosive, mais je n'en attendais pas moins.

 

 

 

 

 

 

 

« La jeune femme ferma la porte derrière elle puis resta un instant immobile dans le couloir glacé. Le lien entre Carlston et elle était-il physique ? Ou alchimique ? Elle l’ignorait. Elle n’était sûre que d’une chose : ni elle ni lui ne pouvait lui échapper. »

 

 

 

 

 

 

 

 

« ... ce que j’ai appris, c’est que l’amour est un acte de foi. Un acte qui vous mène non seulement à la personne que vous aimez, mais à la vérité de ce que vous êtes. Les gens que vous aimez et la façon dont vous les aimez vous en apprendront davantage sur vous-même que n’importe quoi d’autre au monde. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 



09/08/2019
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 138 autres membres