* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Les 7 vies de Léo Belami de Natael Trapp

 

 

 

 

 

Thriller Fantastique - Young Adult

378 pages

Parution : le 19 septembre 2019

Editions Robert Laffont - VERSILIO

Collection R

 

 

 

Synopsis :

 

Léo, 17 ans, jeune homme solitaire et sans histoires, compte les heures avant la fin des cours. Il se prépare pour la fête du lycée, organisée cette année en hommage à Jessica Stein, une élève assassinée trente ans auparavant.
Mais lorsqu'il se réveille le lendemain matin, c'est dans la vie d'un autre, dans la maison d'un autre... en 1988.
Au gré d'allers-retours entre 1988 et 2018 dans des corps différents, Léo va tout tenter pour empêcher ce meurtre et découvrir l'identité du tueur. Pourra-t-il changer le destin ?

 

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

Au lycée de Valmy-sur-lac, la fête de fin d'année approche. Comme chaque année, à la même période, on se souvient du drame qui a eu lieu en 1988. Léo Bellami, lui, songe surtout à reconquérir Valentine, son ex petite amie avant cette fameuse fête. Mais voilà qu'un beau matin, Léo se réveille trente ans plus tôt dans le corps d'un autre garçon, pour toute une journée. Sa vie lui redevient ensuite tout à fait familière, avant que cette expérience complètement dingue se répète, encore et encore. Jusqu'à la fête de fin d'année 1988, jour de la mort de Jessica Stein...

 

Après un prologue qui laisse sans voix, on plonge dans un récit bien curieux et je dois avouer que j'ai eu du mal à en décrocher. Pourquoi ? Comment ? J'avais envie de comprendre ce qui arrivait à Léo et ma lecture était suffisamment fluide pour que je lise ce roman en quelques heures. Comme pour Léo, cette lecture a été une véritable expérience. On ne se sait pas trop où on va, mais on avance avec le prologue toujours en tête et ce n'est pas très rassurant. 

 

L'intrigue se déroule autour de la mort d'une lycéenne. En 1988, la police a conclu à une noyade mais les circonstances sont bien floues. Bien malgré lui, Léo en vient à s'intéresser à cette histoire. C'est à ses côtés que nous menons l'enquête, en s'immisçant dans plusieurs vies d'adolescents de l'époque et on s'interroge toujours plus. Quel est le rôle de Léo dans tout ça? Peut-il seulement changer le cours des événements ?

 

En fait, j'ai adoré cette lecture. Seule le grand final ne m'aura pas tellement surprise. Tout s'y passe très vite et j'avais personnellement envie de creuser davantage. Je me suis un peu sentie abandonnée par Léo dans les dernières pages. Mon ressenti reste toutefois très positif. J'ai aimé ces voyages entre passé et présent, qui chamboulent toujours plus la vision de Léo. J'ai aimé les références aux incontournables des années 80 et l'incroyable playlist qui accompagne le roman. Ça crée toute une ambiance pour la lecture et j'ai passé un très agréable moment. 

 

C'est en fait un thriller fantastique pour adolescents qui plonge le lecteur dans un récit aussi étrange que prenant. Au cœur du roman, on trouve aussi une réflexion intéressante autour de la liberté, ou des options que nous offre la vie, avant de se faire la malle en criant TU TE DÉBROUILLES AVEC ÇA, CIAO ! En bref, c'est une belle découverte !

 

 

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_3943878_201407222526675.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« La mort a une odeur. C’est une odeur végétale et minérale : un mélange de buis et de granit. Une odeur qui descend dans les poumons comme une pierre tombe au fond d’un puits »

 

 

 

 

 

 

« Minuit moins une.

Je vais mourir.

 Et le pire dans tout ça, c’est que ce ne sera pas la première fois. »

 

 

 

 

 

 

« C’est une journée normale dans un lycée normal.

Moi seul sais qu’un assassin se cache peut-être parmi nous. »

 

 

 

 

 

 

 

« Je jette un regard circulaire autour de moi. Une foule de sacs à dos s’anime et s’affaire. Rien n’a vraiment changé depuis 1988. Bien sûr, les nouvelles technologies ont fait leur entrée dans l’arène. Mais à part ça, les visages sont les mêmes. Les doutes aussi. La vie n’est ni plus facile ni plus difficile. Combien de Capucine Chauchoin, combien de Daniel Marcuso se dissimulent parmi nous, tâchant tant bien que mal de ne pas se faire remarquer, s’efforçant de ne rien livrer de leurs rêves et de leurs peurs intimes ? »

 

 

 

 

 

 

 

« Voilà ce que nous sommes : des vies emmêlées, perdues dans l’espace et le temps, lâchées dans le monde comme des morceaux de porcelaine, des particules de joie et de souffrance, d’espoir et de tristesse, s’accrochant comme elles peuvent à leur présent, à leur passé, à leur futur, essayant tant bien que mal de trouver du sens et un peu de liberté dans tout cela. »

 

 

 

 

 

 

 

« À ce moment-là, je réalise combien il peut être pesant, dans la vie de tous les jours, d’être une fille. »

 

 

 

 

 

 

 

 

« Le visage qui m’observe dans le miroir me semble tout à coup un peu étranger. C’est le mien, bien sûr. Celui de Léo Belami. Mais il y a quelque chose de changé. On dirait que les jours passés sous d’autres identités ont imprimé leur marque sur ma propre personne. Je repense au cours de M. Gérôme sur la liberté. Peut-on être libre d’être soi-même ? Notre personnalité n’est-elle que le résultat d’événements extérieurs qui nous ont ballottés comme un bateau au milieu des vagues ? Tout ce que je sais, c’est que chacun fait de son mieux avec ce qu’il a reçu. »

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.



14/11/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 138 autres membres