* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

L’Estrange Malaventure de Mirella de Flore Vesco


 

 

 

 

Conte - Aventure

215 pages

Parution : le 17 avril 2019
Editions ECOLE DES LOISIRS

Collection MEDIUM +

 

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Moyen Age. Les rats ont envahi la paisible bourgade d'Hamelin. Vous croyez connaître cette histoire par coeur ? Vous savez qu'un joueur de flûte va arriver, noyer les rats en musique, puis les enfants d'Hamelin ? Oubliez ces sornettes : la véritable histoire est bien pire, et c'est grâce à Mirella, une jeune fille de 15 ans, qu'on l'a enfin compris. Jusqu'ici, elle passait inaperçue en ville qui s'intéresserait à une porteuse d'eau, à une crève-la-faim, une enfant trouvée ? Seulement voilà, Mirella a un don ignoré de tous : elle voit ce que personne d'autre ne voit. Par exemple, elle a bien repéré ce beau jeune homme en noir, qui murmure à l'oreille de ceux qui vont mourir de la peste... Et ça lui donne une sacrée longueur d'avance. Y compris sur le plus célèbre dératiseur de tous les temps.

 

 

 

 

 

L'avis de *S* 28 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Voilà une mésaventure superbement contée! L’Estrange Malaventure de Mirella est une réécriture du Joueur de flûte de Hamelin, la courte fable que nous connaissons tous. Première particularité de ce roman : Flore Vesco utilise un langage étoffé tout au long de son récit, des mots désuets qui apportent beaucoup de caractère à la lecture. En vérité, je ne pensais pas qu’elle serait aussi fluide et j’ai été agréablement surprise par cette plume aussi chantante que percutante. C’est plutôt audacieux, mais clairement bien joué de la part de l’auteure qui a un vrai talent de conteuse.

 

On se laisse transporter en un clin d'œil au Moyen-Âge, dans la misérable ville d'Hamelin, tout à fait respectable pour l'époque et le Saint Empire Germanique. L'auteure nous offre une vision fidèle de la vie moyenâgeuse mais aussi quelques petites anecdotes et informations sur ce XXIIIème siècle gris et odorant. Conditions rudes, superstitions, famine, maladies... Le décor est planté et j'ai aimé cette immersion.

 

Mirella, notre héroïne, est une porteuse d'eau, discrète et obéissante. Souvent malmenée, elle est habituée aux mains baladeuses et au dur labeur. Pour le lecteur, cette jeune fille aux cheveux roux est bien plus qu'une misérable qui survit tant bien que mal. Mirella a un cœur doux et généreux et on s'y attache aussitôt. Puis au fil des pages, la voilà qui s'affirme, qui relève le menton, résolue. Mirella semble capable de grandes choses et on a hâte de voir où elles vont la mener.

 

L'intrigue  quant à elle, se met en place lentement, autour d'une terrible invasion de rats. Les bêtes ont pris place, elles sont partout et les habitants sont fort tourmentés. Mais je ne vous apprend rien puisque sur ce point on reste proche du conte original. Puis nous voilà intrigués par l'homme en noir qui apporte le malheur, ou encore par l'arrivée d'un étranger. Serait-ce notre joueur de flûte, venu débarrasser Hamelin de ses rats? Rien n'est moins sûr. Quoi qu'il en soit, j'ai adoré cette lecture, j'ai adoré cette version, si bien écrite, si envoûtante.

 

 

 

 

 

 

 

" L'air était bondissant et guilleret comme une comptine à sauter les marelles. Dans cette ville où les morts tombaient comme des mouches, où la peur avait fermé les auvents et paralysé les habitants, la chanson de Mirella souleva une petite bise follette et libératrice... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 

 



12/07/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 138 autres membres