* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Interview - Audrey Françaix

https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4196584_201410180343976.jpghttps://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4196604_20141018101511.jpg

 

AUDREY FRANCAIX

http://www.audreyfrancaix.com/

 

Présentez-vous en quelques lignes…

Je m’appelle Audrey Françaix (non, ce n’est pas un pseudo, c’est mon véritable nom ;-)). Petite, je voulais être œnologue ou cuisinière, parce que je pensais qu’écrivain n’était pas un vrai métier. Mais l’année de mes 19 ans, comme par magie, je suis devenue auteur. C’est aussi à cet âge que j’ai rencontré mon mari, Pierre Grimbert, également écrivain. Nous avons parlé d’elfes, de fées, de dragons etc. Bref, de champignons hallucinogènes en philtres d’amour, nous sommes tombés amoureux ! Quatre gentils trolls sont nés de notre union, ainsi qu’une maison d’édition : les Editions Octobre, que nous avons fondée en 2004.

Cependant, je n’ai pas renoncé aux fourneaux… Je pratique la culimancie (Baba Yaga vous expliquera qu’il s’agit d’une cuisine à base d’herbes magiques), et je cultive mon propre jardin sorcier. Un potager truffé d’herbes folles et de plantes mystérieuses.

 

Depuis combien de temps et pourquoi écrivez-vous ?

J’ai commencé par écrire de la poésie, à l’âge de neuf ans. Et, petit à petit, de courtes nouvelles fantastiques, puis des histoires de plus en plus longues. J’aurai bientôt trente-quatre ans donc... Houlà ! Vingt-cinq ans d’écriture !

Ecrire est une façon de voyager là où je souhaite, y compris dans des mondes qui n’existent pas. L’écriture procure une formidable sensation d’évasion, de liberté. Tout est permis dans les livres : les plus beaux rêves, les plus grands délires. Et quand on peut partager ces folies avec des lecteurs aussi « givrés » que soi, c’est du pur bonheur ! Impossible de rester une semaine sans écrire : c’est pour moi une drogue bien pire que le chocolat !

 

Avez-vous un petit rituel, une mise en condition pour écrire ?

Je m’installe dans mon bureau, l’après-midi et le soir, entourée de mes petites figurines (sorcières, lutins, gargouilles, chouettes etc.) et des tableaux de mon papa, qui était artiste peintre. Souvent, j’allume une bougie. J’adore les bougies : elles éveillent mon inspiration. Leur chaleur, leur parfum, les ombres qu’elles projettent… me fascinent.

 

Est-ce que vous vous inspirez de la vie de tous les jours pour écrire ? Si oui, donnez-nous un exemple dans l’un de vos livres.

Parfois, oui. Mais c’est très rare, car j’adore inventer. Je n’aurais jamais assez d’une seule vie pour écrire tous les romans que j’ai en tête ! Cependant, pour donner un exemple d’histoire que je n’ai pas complètement imaginée, j’évoquerai un passage du « Club des apprentis Criminels »… Lorsque deux vieilles dames se font poursuivre en voiture par deux individus qui tentent de pousser leur véhicule dans un fossé… J’ai écrit cette scène juste après avoir été moi-même poursuivie sur une route de campagne par deux gros malins qui voulaient nous faire peur, à moi et ma petite famille. Mais mon histoire ne se termine pas aussi bien mal que celle décrite dans mon roman, je vous rassure…

 

Quels livres, musiques, dessins animés, films… vous ont marquée ou inspirée et pourquoi ? (même si c’est Bob l’Eponge, promis, on ne fera pas de commentaire ^^)

Bob l’Eponge n’existait pas, à mon époque, mais j’étais fan de « Scoubidou » (héhé !). Mystère et compagnie ! J’adorais aussi « Winnie et la forêt des rêves bleus » (no comment, on a dit !), « le Vent dans les Saules », également. Je ne ratais aucun épisode de « Chapeau Melon et Bottes de cuir », de « la Quatrième Dimension », ou encore « des Mystères de l’Ouest ». Mais, à côté de ça, j’ai vu « les Griffes de la nuit » à l’âge de cinq ans ! Donc, j’étais vraiment curieuse de tout. Côté littérature, ce sont Lovecraft, Masterton, Jean Ray… qui ont éveillé mon goût pour l’étrange et le surnaturel, au même titre que les acteurs Vincent Price, Peter Cushing et Christopher Lee.

Puis, plus tard, j’ai eu un gros coup de foudre pour le roman « le Vaisseau Elfique » de James P. Blaylock. Ce pourquoi je me suis d’abord penchée sur l’écriture de la fantasy, avant d’explorer le fantastique, le polar, et l’humour.

 

Si vous deviez définir les étapes d’écriture de votre livre, quelles seraient-elles ?

Je fais beaucoup de randonnées avant de commencer à écrire. Je me vide l’esprit au grand air, pour pouvoir le remplir d’idées neuves. Je prends des milliers de notes, et ensuite seulement je les mets au propre pour rédiger une nouvelle histoire, que je tape directement à l’ordinateur.

 

La trame de l’histoire est-elle déjà toute tracée ou peut-elle être influencée pendant l’écriture ?

Je sais toujours à peu près vers quoi je me dirige. A peu près… Car je ne fais aucun plan. J’invente les personnages et, ensuite, je compose avec leur tempérament. Je les laisse mener la danse, et je m’adapte à leurs caractères. Ce qui fait que je vais de surprise en surprise tout au long de l’écriture, et je m’amuse beaucoup. Ces bougres de héros se mettent dans des situations impossibles, et c’est moi qui, chaque fois, suis chargée de les en tirer !

 

Donnez un détail croustillant, une anecdote qui vous est arrivée pendant l’écriture ?

Ce n’est peut-être pas croustillant, mais c’est une preuve que l’écriture est un formidable moyen d’évasion… et que les sorcières sont véritablement très douées pour vous jeter des sorts !...

J’ai rédigé « Monstre en Cavale : Baba Yaga, la sorcière givrée », durant une de ces épreuves difficiles que nous balance la vie. En l’occurrence, la perte d’un proche, très très proche. Je restais la majeure partie de mon temps à l’hôpital auprès de cette personne, puis je rentrais écrire « Monstre en Cavale ». Je n’avais pas le temps de sécher mes larmes, que je devais me plonger dans un univers drôle et loufoque. Je n’avais vraiment pas le cœur à rire, mais la magie de Baba Yaga a fait naître dans mon esprit des sorcières totalement déjantées qui m’ont aidée à affronter la réalité. Alors… quand je vous disais que ce n’est pas moi, mais les héros qui sont aux commandes de mes livres ;-) 

 

 

Merci beaucoup Audrey! Des réponses passionnantes et même très touchantes pour certaines. De quoi se sentir encore un peu plus proches d'une auteure qui nous intriguait tant.

Andy est plongé dans l'univers de *Monstre en cavale* et il s'y plaît déjà beaucoup :)



04/11/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 138 autres membres