* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

La première fois que j'ai été deux de Bertrand Jullien-Nogarède

 

 

 

 

 

 

 

A partir de 13 ans

Romance Contemporaine

392 pages

Parution : le 6 juin 2018

Editions FLAMMARION JEUNESSE

 

 

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

« Le scooter de Tom nous emporta loin du monde. Mes bras entouraient sa taille et je laissai ma tête reposer doucement sur son épaule. Je ne crois pas avoir été plus heureuse qu'à cet instant. Juste une fille comme les autres. Il avait suffi qu'un anglais à cravate surgisse de nulle part pour que mes pieds ne touchent plus le macadam. J'étais vraiment folle amoureuse. »

 

 

 

 

L'avis de *Sissi* 22 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

A dix-sept ans, Karen est une bonne élève et une ado un peu timide. Jusqu'à aujourd'hui, elle n'a pas connu de grandes histoires avec les garçons. Elle n'en trouve pas vraiment l'intérêt, contrairement à sa meilleure amie Evie adepte des relations éclair. Mais lorsque sa classe accueille un nouvel élève qui arrive de Grande Bretagne, Karen ne peut s'empêcher de s'intéresser à lui. Tom est un garçon différent de ceux qu'elle côtoie chaque jour au lycée et elle ne tarde pas à tomber sous le charme du jeune britannique...

 

C'est d'abord la musique qui réunit ces deux-là, et voilà que commence une jolie histoire que Karen n'attendait absolument pas. Une histoire qui semble vouée à l'échec puisque que le charmant Tom compte bien rentrer chez lui, à Londres. Karen ne sait pas comment va se terminer cette relation mais elle choisit de vivre l'instant présent pour goûter au bonheur. Les petits moments avec Tom la bouleverse totalement et elle laisse peu à peu tomber les barrières. 

 

Karen partage avec le lecteur ses toutes nouvelles émotions et les doutes qui vont avec. J'ai beaucoup aimé découvrir ses petites inquiétudes, ses espoirs et ses réflexions plus profondes. Toutes ces confidences font de Karen un personnage bien  construit et réaliste. On a aussi droit à des extraits de journal intime, à des échanges de mails, qui rythment son récit. On se sent plus proches que jamais de cet amour naissant, de ce tout jeune couple et c'est tout mignon.  

 

La première fois que j'ai été deux est une romance qui a un petit quelque chose en plus. Certains éléments du récit résonnent en nous et donnent beaucoup de charme à la lecture. Je pense notamment au rock anglais des années 70, à la culture britannique, à Londres tout simplement. Je pense aussi à la multitude de petites références, aux différents sujets abordés comme le passage à l'âge adulte ou encore le deuil. L'auteur nous offre alors des passages teintés de mélancolie, d'autres de tendresse mais aussi de nombreuses réflexions qui sonnent justes. La lecture est plus agréable que jamais.

 

Verdict : J'ai été agréablement surprise par cette romance pour ados et en particulier par les propos tenus par Karen. J'ai aimé découvrir sa vision du monde, de la vie, et surtout la façon dont elle perçoit les relations amoureuses. Même si parfois ses réflexions semblent d'abord assez ironiques, voire pessimistes, on sent une certaine lucidité, une certaine maturité dans son récit. Mais ce n'est pas pour autant qu'il manque de romantisme et j'ai aimé cet équilibre. J'ai trouvé cette romance très mignonne. Karen vit une belle histoire et ce premier amour nous met des étoiles plein les yeux.

 

 

 

 

 

 

"... Rien chez lui ne semblait avoir été laissé au hasard. Sa manière de marcher, de poser ses mains sur la table, de tenir son stylo, tout, jusqu'à son nœud de cravate, appartenait à un univers qu'il avait choisi. Ce garçon cultivait visiblement la différence, se fichant éperdument de ce que les autres pouvaient en penser et j'aimais ça... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Certains moments de notre existence garderont à jamais une intensité particulière, une vibration dans les ondes continueront à nous parcourir longtemps après... "

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Nous sommes tous piégés d'une manière ou d'une autre par notre enfance. La mienne est imbibée d'une odeur d'encre et de colle à papier - un parfum de bonheur et de solitude - , de reflux des marées et de grands vents sur les dunes... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Il fallait juste rester vissée à l'instant, ne rien exiger de plus que le présent. Ne rien espérer du lendemain. Vivre le moment qui vient comme le seul possible. Vivre, vivre, vivre et aimer. "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Nous sommes finalement tous logés à la même enseigne. Le monde ne nous attend pas et il se passera très bien de nous. Ce constat pourrait être vécu comme le constat d'une sombre réalité, mais je me dis que c'est plutôt une chance. On est tous morts de trouille, mais ça ne nous empêche pas d'agir. Nous ne sommes responsables que de ce que nous faisons et aussi de ce que nous choisissons de ne pas faire... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Karen la méfiante, la révoltée, la suspicieuse, voyait bien que le bonheur pouvait parfois durer une vie mais elle n'était pas certaine que le même sort lui était réservé... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Je ne connais pas grand chose à la chimie du cerveau, mais la Karen qui ouvrit la fenêtre et celle qui la referma n'était plus exactement la même. J'étais désormais de cette ville et je savais que mon retour en France n'allait rien changé à cette situation. Londres avait englouti mes angoisses au fond de la Tamise. Quelque chose de moi émanait de cette ville. J'étais de chaque rue, des parcs et des ponts. Je me trouvais à chaque carrefour, je priais dans chaque église, je suivais les quais, j'étais perchée dans chaque arbre de Londres... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie, sur AMAZON et FNAC.



30/07/2018
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres