* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Nos horizons infinis de Tahereh Mafi

 

 

 

 

Romance - Young Adult - Racisme

306 pages

Parution : le 18 juin 2020

Editions MICHEL LAFON

 

 

 

 

UNE LUEUR D'ESPOIR DANS UN OCÉAN DE HAINE

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

2002. Un an après les attentats du 11 septembre qui ont ébranlé le monde entier, la vie de Shirin est un enfer. Pointée du doigt, insultée, menacée, cette lycéenne d'origine iranienne n'a pour seules échappatoires que la musique et la breakdance.
Jusqu'au jour où elle rencontre Océan James. L'intérêt que lui porte le jeune homme la déstabilise... D'autant que les deux adolescents viennent de deux mondes que tout oppose.

 

 

 

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Shirin est une adolescente américaine de seize ans. Mais après le drame du 11 septembre, le monde ne voit en elle que ses origines iraniennes et le foulard qu'elle porte autour de la tête. Elle ne compte plus les méchancetés et les humiliations. On comprend vite pourquoi un nouveau déménagement et un énième changement de lycée n'est vraiment pas une partie de plaisir. Shirin peine à trouver ses marques... 

 

L'auteure nous présente une jeune fille en colère, révoltée. Shirin est aussi une ado lassée et profondément ennuyée par le lycée. Elle a bien trop souvent été confrontée au regard intolérant des gens et c'est comme si elle avait baissé les bras. Elle garde ses distances avec le monde. J'ai vraiment pris le temps de comprendre toutes les émotions qui traversaient cette jeune héroïne parfois très froide. Comprendre pourquoi Shirin mettait tout le monde dans le même panier, persuadée qu'elle est entourée de personnes à l'esprit fermé, la tête pleine de vilains préjugés. 

 

On se dit que rien de tout cela ne devrait arriver. Shirin devrait juste pouvoir profiter du lycée, se faire des amis, peu importe ses origines. On se prend une petite claque, on tente de se mettre à sa place. A cause de ses trop nombreuses mauvaises expériences, on réalise qu'elle met beaucoup de barrières entre elle et les gens qui tentent de l'approcher. Et puis voilà qu'Océan entre dans sa bulle.

 

Océan est ce garçon gentil et direct qui voit Shirin, et qui fait totalement abstraction du regard des autres. Si Shirin a un avis très tranché sur la tolérance du monde qui l'entoure, Océan est là pour nuancer tout ça, redonner un peu d'espoir. Pourtant, rien n'est simple pour autant. Cela m'a fait beaucoup de peine de découvrir comment leur relation est perçue et les répercussions franchement stupides, alors qu'ils ne font ABSOLUMENT RIEN de mal. 

 

Verdict : Le monde peut être con et c'est pas tout nouveau. Ce roman est un petit appel à la tolérance et il a parfaitement sa place en littérature ado. Il est question de racisme et de diversité et c'est à travers un romance adolescente que l'auteure choisit d'en parler. Si j'aurais aimé m'attacher davantage aux deux héros, j'ai apprécié le message que porte le récit. On a tous beaucoup à apprendre les uns des autres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 "... je maudissais le temps qu'il fallait aux autres élèves pour se rendre compte que je n'étais ni terrifiante ni dangereuse ; je maudissais les efforts pitoyables et déprimants à consentir pour qu'enfin l'un ou l'une d'entre eux trouve le courage de s'asseoir à mes côtés en public... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Pour la toute première fois, je me demandais si je ne faisais pas complètement fausse route. Si, peut-être, je ne m'étais pas laissée aveuglée par ma propre colère à l'exclusion de tout autre sentiment. Si, peut-être, peut-être seulement, en refusant à ce point de me laisser enfermer dans un stéréotype, je ne m'étais pas mise à stéréotyper tous ceux qui m'entouraient...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Son courage me dépassait. Sa façon de dévoiler sa vulnérabilité me dépassait. Avec lui, pas de tricherie. Pas de phrases ambiguës, sinueuses. Il se livrait entièrement, ouvrait son cœur à tous les vents et pour ça, whaouh, respect !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... On parlait de moi, on parlait pour moi, on dissertait à mon propos sans jamais me demander mon avis. J'étais devenue un thème de discussion ; une statistique. Je n'étais plus libre d'être seulement une ado, seulement un être humain, seulement de la chair et du sang ; non, on me sommait d'être plus que ça. J'étais un scandale. Un sujet de conversation gênant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 



24/08/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 138 autres membres