* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

A face like glass de Frances Hardinge

 

 

 

Fantastique

Réédition en février 2018

512 pages

Editions MACMILLAN

 

 

 

 

L'avis de *Sabrina* rêveuse et mangeuse de papier

 

 

J'avais si hâte de vous présenter mon grand coup de cœur de ce début d'année. Si c'est un roman VO qui m'a demandé quelques efforts de compréhension, il en valait tellement la peine. Frances Hardinge nous y décrit un univers remarquable et plein de surprises. 

 

Bienvenue à Caverna, un monde souterrain dans lequel de grandes familles d'artisans fabriquent des produits spéciaux aux vertus magiques. Les fromages, les vins, les parfums, ont des pouvoirs immenses et précieux, qui font l'objet d'un commerce avec l'extérieur. Il se trouve que les habitants de Caverna ont eux aussi des caractéristiques peu ordinaires. Ils naissent sans expression du visage et les apprennent en grandissant, tout du moins si leur statut leur permet de s'offrir les services d'un professeur. 

 

On découvre ce monde aux côtés de la petite Neverfell, qui a été recueillie vers l'âge de cinq ans par un maître fromager, et qui depuis, porte un masque parce que son visage est ... différent. C'est seulement vers l'âge de douze ans que notre héroïne quitte pour la première fois son refuge. Si Neverfell pensait aider son maître, elle embarque plutôt pour une terrible aventure dans un monde qu'elle connaît mal et dont elle ne soupçonne pas les aspects les plus sombres. 

 

La lecture a été fantastique de bout en bout. C'est mystérieux, original, merveilleusement décrit et bien plus sombre qu'il n'y paraît. Caverna est un lieu renversant et chaque mésaventure, chaque mauvaise rencontre nous permet de mieux comprendre ce monde, d'aller toujours plus loin dans la découverte. J'ai aussi apprécié l'évolution de cette jeune héroïne si innocente, qui offre si facilement sa confiance. J'espère que ce roman sera un jour traduit en français ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Every step she took seemed to show her a new danger. Talking to strangers could kill her. Failing to remember table etiquette could kill her. Ignorance could kill her. »

 

 

 

 

 

« I can’t go back to that life with Grandible. It’s like a baby shoe. It doesn’t fit me any more. In fact, I don’t think it really fitted me for a very long time, and I was getting all scrunched up living inside it. »

 

 

 

 

 

 

« She had changed. The things she had seen had marked her, and now she was carrying them on her face. »

 

 

 

 

 

 

« Anybody who gets that old in Caverna loses something, and they don’t get it back. They can’t feel properly any more. They’re hollow inside, and all they got left is a hunger – a hunger to feel. They’re like . . . great big trap-lanterns, all blind gaping need, and thousands of teeth, with decades to come up with tricks and schemes. »

 

 

 

 

 

 



09/04/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 145 autres membres