* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

La fille qui pouvait voler de Victoria Forester

 

 

 

 

A partir de 9 ans

Fantastique - Mésaventures

375 pages

Parution : le 19 mars 2020

Editions LUMEN

 

 

 


Fermez les yeux et envolez-vous main dans la main avec Piper McNimbus !

 

 

 

Synopsis :

 

Piper McNimbus sait voler. Comme ça, le plus naturellement du monde, les doigts dans le nez. Tonneaux, vrilles et loopings, elle sait tout faire. Terrifiés de voir la nouvelle se répandre, ses parents dissimulent ses talents aux yeux du monde... jusqu'au moment où elle se trahit devant la ville entière. Du jour au lendemain, elle se retrouve dans une école top-secrète de haute sécurité, réservée aux enfants dotés de capacités hors du commun.

Là, elle fait la rencontre de camarades aux pouvoirs incroyables : Conrad, un génie en puissance qui sait tout sur tout, Smitty, qui voit à travers n'importe quelle matière, Violette, capable de rapetisser à volonté... Mais même parmi ces gamins extraordinaires, Piper sort du lot... Et elle ne va pas tarder à devoir en payer le prix.

Manipulations et conspiration gouvernementale, évasion de haut vol et personnages terriblement attachants, une série jeunesse à la fois pleine de fraîcheur et de suspense, entre Prison Break et X-Men.

 

 

 

 

 

L'avis de *Alex* rêveur et mangeur de papier

 

C'est dans le comté de Lowland qu'est née une enfant particulière. Piper sait flotter, s'envoler dans le ciel, et elle adore ça. Si c'est tout naturel pour elle, c'est loin d'être convenable pour sa famille et il lui est donc interdit d'user de sa capacité. C'est sans compter toutes les questions et pensées de Piper qui tendent à déranger son entourage. Piper n'est pas normale et fait l'objet de bien des commérages. Jusqu'au jour où elle attire l'attention du monde entier, ce qui contraint Piper à rejoindre un Institut secret, qui veille à la sécurité des enfants extraordinaires ...



Si on s'attend à ce que la petite Piper soit enfin acceptée avec sa différence, ce n'est pas exactement ce qu'il se passe. L'accueil à l'Institut n'est pas aussi chaleureux qu'on l'espérait. Pourtant, à aucun moment notre petite héroïne ne perd son sourire et sa joie de vivre. D'abord parce qu'elle découvre un lieu fantastique qui semble bien confortable, mais aussi parce qu'elle se sent soutenue par la directrice.


De notre côté, les sentiments à l'égard de ce lieu sont bien différents. On ne ressent définitivement pas la même chose que Piper. Ce n'est pas un lieu où il fait bon vivre et on sent les ennuis arriver. En vérité, il est bien difficile de cerner ce lieu ainsi que les personnes qui le dirigent. Certains aspects sont fascinants, d'autres ne nous rassurent pas le moins du monde. Piper a t-elle bien fait de quitter la ferme et sa famille?


Piper est cette enfant qui n'a pas sa langue dans sa poche. C'est aussi cette grande optimiste que rien ni personne ne semble pouvoir faire flancher. Elle a de la ressource, s'intéresse aux autres et ne se laisse pas faire. J'ai aimé suivre son aventure, ou plutôt ses mésaventures, qui lui font réaliser combien sa différence la rend unique et fait toute sa force.

Verdict : Cette aventure est menée par une petite héroïne toute innocente, confrontée à la réalité du monde et à tous ces gens qui poussent leurs semblables à entrer dans le moule, à ne pas faire de vague. Il y a une petite référence aux Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire sur la quatrième de couverture et je trouve celle-ci plutôt juste. Piper ne peut pas trouver sa place, ni le bonheur, dans un monde peu bienveillant. J'ai tout de même vite compris où l'auteure voulait en venir avec ce roman jeunesse et ma lecture était moins surprenante que prévu. Je retiens toutefois le message final ultra positif sur la différence et la solidarité.

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

« L’anomalie se manifesta un jeudi après-midi des plus banals. Betty s’apprêtait à changer la couche de Piper sur sa table à langer, comme elle l’avait fait des centaines de fois auparavant. À peine avait-elle détourné les yeux que, rapide comme l’éclair, la petite roula par-dessus le rebord. N’importe quel autre bébé serait tombé par terre en braillant jusqu’à l’épuisement. Mais pas Piper. À la complète stupéfaction de sa mère, la fillette se mit tout simplement à flotter en l’air juste à côté du meuble. »«

 

 

 

 

 

 

 

 Elle avait le sentiment d’être dans son élément. Gagner en altitude lui permettait aussi de minimiser l’importance de ce qui était resté en bas. Tout ça était si petit, en fin de compte, alors que le ciel était si grand ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

« — Il y a des tas de choses extraordinaires ici, jeune fille, ajouta Laëtitia Inferna avec un sourire. C’est pour cette raison que tu t’y sentiras comme chez toi »

 

 

 

 

 

 

 

 

« On a tous des rêves pour lesquels se battre. »

 

 

 

 

 

 

 

« Ma mère m’a dit un jour qu’il y a rien qui nous vient sans effort dans la vie. D’après elle, tout a un prix. Mais ce dont elle ne m’a pas avertie et que j’ai appris ici, c’est que si on ne choisit pas quel chemin on veut prendre, quelqu’un d’autre tranchera pour nous tôt ou tard. »

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 

 



05/05/2020
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 138 autres membres