* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Un peu plus près des étoiles de Rachel Corenblit

 

 

 

 

A partir de 14 ans

Contemporain

256 pages

Parution : le 18 septembre 2019

Editions BAYARD

 

 

 

 

 

Un ado solitaire. 7 gueules cassées.
Une histoire d'amitié étourdissante, loin des apparences.

 

 

 

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Mon père m'avait prévenu : si tu rencontres les patients d'ici, tu ne fais pas de commentaires, tu réagis le plus poliment possible. Tu risques d'être surpris, mais surtout tu es diplomate, tu ne montres rien à ces pauvres gens. Ils ont déjà tellement souffert. Tu vas en croiser pas mal, ici, des abîmés, des malheureux et il y a même un secteur pour les enfants et les grands ados.

Hé, cache ta joie, Machin. C'est super romantique comme rencontre. Manque plus que les violons, non ?

 

 

 

L'avis de *Sissi* rêveuse et mangeuse de papier

 

Rémi a déménagé dix neuf fois. Il suit son père dans le cadre de son travail, d'appartement de fonction en appartement de fonction. Il s'installe dans des cliniques, des maisons de retraite, des centres psychiatriques dans toute la France, pour une durée plus ou moins longue. Rémi n'a pas son mot à dire. Cette fois-ci, il débarque dans un centre de repos pour les chirurgies réparatrices. Un centre où il rencontre des adolescents défigurés ...

 

Rémi est un adolescent très seul et spectateur du monde qui l'entoure. Déménager si souvent ne l'aide pas à se faire des amis et on comprend vite pourquoi il lui est si difficile de trouver sa place. Il est aussi ce garçon qui se refugie dans la musique, et plus particulièrement dans les cassettes que sa mère a enregistré quand elle avait son âge. La musique a d'ailleurs une place toute spéciale dans ce roman. Chaque chapitre porte le titre d'une chanson des années 80 et ces chansons résonnent en nous pendant toute la lecture. On se laisse alors bercer puis bouleverser.

 

Au début du roman, nous sommes confrontés aux pensées pas toujours très jolies de notre héros lorsqu'il est face à cette bande d'adolescents défigurés. Mais j'ai beaucoup aimé le message très humain qui se cache derrière et la façon dont ces pensées évoluent tout au long du récit. Si Rémi ressent du dégoût et de la pitié à la vue de ces jeunes patients aux visages méconnaissables, tout cela finit par se transformer en un attachement certain, qui permet finalement au héros de se dévoiler au lecteur.

 

On découvre des jeunes personnages écorchés et Rémi ne fait pas exception. Ses doutes et ses peurs ne sont pas injustifiées. Ces adolescents ont tous des blessures et je ne parle pas de celles qui sont physiques, visibles. La lecture est alors pleine d'émotions et l'auteure pose des mots très justes. C'est une histoire poignante qui nous est contée, une histoire d'amitié hors du commun, une histoire qui fait du bien.

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_3906442_201407085355361.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Je ne savais pas encore que j’allais rencontrer les plus belles personnes du monde, du siècle, de ma vie... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Elle s'est déplacée et m'a fait face. Ses yeux dans les miens, c'était comme si je plongeais dans une fournaise, un volcan en pleine éruption, catapultant des volutes enflammées et brûlantes autour de lui. Cette fille était un incendie, une furie flamboyante, de la lave incandescente à l'état pur... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... J'ai pris ses mains dans les miennes. Puis je l'ai serré dans mes bras. Pas fort. Ne pas l'étouffer, penser qu'il était fragile. Son corps contre le mien ne pesait pas grand-chose. Et son odeur était un mélange de désinfectant, de médicament, et de chewing-gum à la fraise. J'ai oublié qu'il était tordu. J'ai oublié qu'il était laid. J'ai oublié son visage et sa maladie. "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle a ôté sa casquette. Des plaques entières de cheveux lui manquaient. Son crâne était lui aussi marqué par les traces de brûlures. Elle me montrait son visage en pleine lumière. Sans rien me cacher, pour que je sois lucide, que je constate l'étendue des dégâts, la laideur, le malheur. Mais je n'ai rien vu. Que ses yeux. "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Je te vois Sara. Je te vois vraiment..." 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 

 



08/10/2019
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 145 autres membres