* Rêveurs et mangeurs de papier *

* Rêveurs et mangeurs de papier *

Dernières chroniques


N.I.H.I.L de Alex Cousseau

 

 

 

 

 

 

 

Fantastique - Aventure

374 pages

Parution : le 22 août 2018

Editions ROUERGUE

Collection EPIK'

 

 

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

L'histoire commence là, au bord du gouffre. Aujourd'hui et il y a mille ans. Par un meurtre qui pourrait bien tout précipiter. Du nord au sud, tout le monde redoute la guerre à venir. Askold attend son exécution, Aanj apprend à se métamorphoser, Grethe chasse la foudre avec son père. Ils ne le savent pas encore, mais ils font partie d'un grand tout, un puzzle dont chacun est une pièce. Autant de destins liés dans le grand tourbillon du temps, l'oeil de NIHIL.

 

 

 

 

L'avis de *S* 28 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

 

Aanj vit isolée sur l’île Blaeu avec Andoke, le vieillard qui l’a élevé. C’est une jeune fille qui a des questions plein la tête et son univers s’agrandit peu à peu grâce aux semblants de réponses qu’Andoke veut bien lui confier. Askold, quant à lui, est enfermé dans un cachot de l’Ile Nue, avec Jeremias, pour avoir assassiné le fils du roi. Aanj et Askold nous content leur histoire. Asseyez-vous confortablement. Ouvrez grand vos oreilles...

 
Ce roman est fait de chapitres courts qui alternent entre l’histoire de nos deux héros. Chacun nous raconte ses aventures, à une époque différente, il semblerait. J’ai adoré mettre les pieds dans leur univers qui se veut aussi mystérieux qu’original, et j’ai eu bien du mal à en décrocher. C’est un monde qui ressemble au nôtre par bien des aspects et pourtant il est tout à fait différent. Ce monde est fait d’îles et de royaumes et en leur centre, le point zéro appelé le N.I.H.I.L.  
 
Il est ici question de voyage dans le temps, de voyage tout court, de destins croisés et de magie. On parcourt les îles de ce monde un peu étourdi et c’est une sensation que j’ai adoré. J’ai pris plaisir à découvrir les particularités des personnages que nous rencontrons tout au long du récit, comme celle d’Aanj, comme celle de Rosie, ou plutôt des Rosie. L’auteur a développé un imaginaire des plus passionnants qui nous réserve quelques surprises et la lecture n’en est que plus agréable.
 
Il y a ensuite le point de vue de Grethe, chasseuse de foudre, qui s’ajoute dans la seconde partie, ainsi que celui de Major Pistol, officier marinier, dans la troisième partie. On navigue entre ces différents points de vue fascinés et les pièces du puzzle trouvent peu à peu leur place. Comment Askold s’est-il retrouvé emprisonné? Qui est Aanj? Dans quelles circonstances leurs chemins vont-ils être amenés à se croiser? Je vous laisse le soin de le découvrir...
 
Verdict : Alex Cousseau est un auteur que je découvre peu à peu et je suis agréablement surprise par sa façon de conter ses histoires. Je me suis à nouveau laissée porter par la poésie de ses mots et par la magie qui s’en échappe. Ce roman nous plonge dans une aventure unique et enchanteresse que je ne voulais plus quitter. J’ai sauté tête la première dans le tourbillon du N.I.H.I.L et mon voyage a été riche en découvertes. Je ne peux que vous conseiller ce roman. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
« Le monde ne se résume pas à ce qui est visible aux yeux de tous. Le monde est double. Deux mondes vivent l’un dans l’autre, enchâssés comme le jour et la nuit. Inséparables. »
 
 
 
 
 
 
 
« Parmi les histoires que me raconte Andoke, il y a toutes celles des peuples cachés. Des elfes vivant dans les entrailles de la terre, ou entre les rochers. Des monstres ailés, oubliés pour les siècles à venir au fond de leurs tanières introuvables. Et parmi eux, les dragons. Des dragons endormis, dont on dit que le cœur a des vertus magiques. Celle ou celui qui en avale une bouchée peut prétendre voyager dans le temps sans temps. D’hier à demain. D’aujourd’hui à il y a un millier d’années. »
 
 
 
 
 
 
« Mes muscles me tiraillent. Mon sang bouillonne, comme la sève dans les arbres. Mon pouls s’emballe. Depuis plusieurs nuits, Magma se manifeste un peu plus. Elle me remplit. Elle gonfle. Mon corps est une outre trop petite pour nous deux. Une outre qui menace de déborder. »
 
 
 
 
 
 
 
« J’ai le cœur qui tourne.
Encore et encore et encore.
Mon cœur fait un tour complet sur lui-même.
Mes poumons suivent le mouvement. Ils me brûlent.
Une coulée de feu.
C’est comme si mon corps brûlait tout entier.
Que mon sang s’épaississait. En caillots, puis en braises.
Quand je ferme les yeux, je vois des forêts. Avec des arbres, des ombres et des lumières qui ne sont pas les nôtres. Je vois des paysages d’ailleurs. Des endroits où je ne suis jamais allée dans cette vie. »
 
 
 
 
 
 
 
 
« Andoke a dit : le temps est une rivière. On peut en sortir et marcher sur les berges, remonter vers l’aval ou l’amont.
Andoke a dit ça. Et l’homme dit autre chose.
L’homme sur le bateau parle du grand désordre du temps, il mélange hier et demain, il imagine le temps comme un jeu de cartes. Le passé, le présent et le futur entre nos mains.
Et je ne sais pas qui a raison.
Je ne sais pas si Andoke et l’homme sur le bateau disent la même chose, ou le contraire l’un de l’autre.
J’entends les mots de l’homme, je me souviens de ceux d’Andoke, et je me sens perdue. »
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Disponible en librairie.
 

15/11/2018
0 Poster un commentaire

Crush Cannelle et café frappé de Stacia Deutsch

 

 

 

 

CRUSH, la nouvelle série à déguster frappée !

4 tomes disponibles en librairie.

 

 

 

 

A partir de 9 ans

252 pages

Parution : le 26 octobre 2018

Editions FLEURUS

 

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Sully, 11 ans, est persuadée que cette année encore, elle sera nommée seule organisatrice en chef de la création-distribution au collège des cartes Cupidon pour la St Valentin ! Mais voilà que JJ, son ennemi juré décide que cette année lui aussi s'occupera de ces cartes ! Entre eux, la guerre est déclarée, et très vite, Sully sent que JJ gagne des points ! Mais heureusement, Sulky, qui rêve d'avoir un chien depuis toujours, découvre dans un parc un chiot abandonné si mignon qu'elle en oublie bien vite ses déboires avec JJ ! Mais Cannelle est-elle vraiment un chien perdu?

 

Un roman d'amitié et d'amour, aussi savoureux qu'une boisson à la cannelle!

 

 

 

 

 

L'avis de *Sissi* 22 ans, rêveuse et mangeuse de papier :

 

Lors de son année de cinquième, Sully se porte volontaire pour le projet des cartes Cupidon de la Saint Valentin. L’objectif étant de récolter suffisamment d’argent pour offrir une fête des plus réussie aux élèves, elle espère avoir le même succès que l’année précédente. Mais cette fois, Sully est contrainte de travailler aux côtés de JJ, avec qui elle n’est plus amie depuis la CM1. Comme toujours, JJ en profite pour jouer avec les nerfs de Sully...

 

JJ et Sully sont en encore une fois en compétition. Les deux ados se provoquent et on sent qu’on va passer un bon moment tant la lecture est facile et entraînante. Rien ne se passe comme prévu pour Sully qui ne s'attendait pas à devoir composer avec JJ. Heureusement, il y a Cannelle et Bowser, deux chiens qui entrent en scène et qui viennent adoucir un peu le cœur de l’adolescente. D’ailleurs, j’avoue m’être laissée franchement attendrir par son amour pour les chiens.

 

Sully est une ado clairement rancunière et têtue. Mais finalement, elle n’en est que plus attachante. Elle a son petit caractère et aussi un coeur gros comme ça. C’est une ado passionnée qui s’implique beaucoup lorsqu’elle se plonge dans un projet qui lui tient à cœur. L’auteure a créé un personnage vraiment adorable et j'ai aimé qu'elle ne se laisse pas marcher sur les pieds pour autant. 

 

Bien sûr, on sent que Sully a encore beaucoup à apprendre et c’est un vrai plaisir de la voir évoluer au fil de la lecture. Sully découvre que tout ne se passe pas toujours comme on le souhaite et que finalement ce n’est pas un drame. Parce qu’on peut toujours en tirer du bon, surtout quand on a des supers amis. Mais plus que tout, cette adolescente au fort caractère réalise qu’il faut savoir écouter.

 

Verdict : C’est avec ce tome que je découvre la nouvelle série Crush et ça commence plutôt bien. Crush Cannelle et café frappé est une lecture pour ados divertissante et mignonne comme tout. Stacia Deutsch offre ici aux jeunes lecteurs une belle histoire d’amitié qui se laisse dévorer et dont ils peuvent tirer une jolie leçon. J’ai hâte de découvrir ce que contiennent les trois autres romans de la série !

 

 

 

 

 

 IMG_8384.JPG


13/11/2018
1 Poster un commentaire

Sorcières, fées, princesses de Joseph Vernot

 

 

 

 

 

 

A partir de 8 ans

120 pages

Parution : le 13 septembre 2018

Editions MARMAILLE et compagnie

 

 

 

 

 

 

 

Description :

 

Après un premier tome très remarqué sur les héros de l'histoire et de la mythologie, l'auteur et illustrateur Joseph Vernot propose un nouvel ouvrage centré cette fois sur les femmes remarquables de l'imaginaire collectif : sorcières, fées et princesses...
De Blanche-Neige à la sorcière d'Hansel et Gretel, de Tatiana la reine des Fées imaginée par Shakespeare à l'enchanteresse Circé, les lecteurs découvriront dans cet ouvrage les histoires de ces femmes, dans un livre très grand format avec des illustrations à l'aspect vintage, une couverture satinée et agrémentée de dorures.

 

 

 

 

L'avis de *Sissi* 22 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Vassilissa la très belle

Blanche neige

La belle au bois dormant

Hansel et gretel

Circé

Médée

Morgane 

Mélusine

Le songe d’une nuit d’été

La belle dame sans merci

Gracieuse et Percinet

Clochette

 

 

 

 

Ce sublime recueil illustré met en avant douze héroïnes de contes classiques et leurs aventures enchanteresses. Une bien belle manière de découvrir ou redécouvrir ces personnages féminins aussi rayonnants que persévérants. Les pages sont imprégnées de magie et de sorcellerie et on y plonge avec émerveillement. 

 

J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir les illustrations de Joseph Vernot et j’ai rapidement été conquise. L’illustrateur joue avec les contrastes, avec le rouge, le noir et l’or, pour un style à la fois sombre et très noble qui accompagne parfaitement le texte et les aventures de ces demoiselles. Beaucoup de soin a été apporté à chacune de ces pages et on prend le temps d’apprécier les cadres fleuris, les petits détails dorés ou encore les petites fées qui pointent le bout de leur nez.

 

Si je connaissais la plupart des histoires qui nous sont contées ici, il y a aussi quelques héroïnes que je connaissais mal, voire pas du tout. C’est super agréable de découvrir ces incroyables destins issus de contes classiques ou de la mythologie. On encourage les héroïnes les plus vulnérables, les plus malmenées et on suit volontiers celles plus indépendantes, toujours gracieuses, toujours courageuses.

 

J’ai absolument tout aimé dans cette lecture. La découverte de ce recueil de contes a été magique. Si le choix des contes classiques et des portraits présents dans ce grand livre m’a plu, j’ai aussi eu un gros gros coup de coeur pour la mise en page qui nous met des étoiles plein les yeux. Les dorures, les pages épaisses, le texte aéré, les nombreuses illustrations et les petits détails en font un objet précieux qu’on a envie de transmettre. C’est un ouvrage de très belle qualité que je prendrai plaisir à relire et à faire découvrir autour de moi, et pas seulement aux enfants.

 

 

 

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4250038_201411050212820.gif

 

 

 

 

 

 

 

 IMG_8212.JPG   IMG_8215.JPG

 

  IMG_8216.JPG   IMG_8213.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.

 


12/11/2018
2 Poster un commentaire

Light Years de Kass Morgan

42607734_716928465322832_3321669520863487212_n.jpg

 

 

 

 

 

La nouvelle série événement de Kass Morgan,

auteure de la saga best-seller Les 100.

 

 

 

 

Young Adult - Science Fiction

432 pages

Parution : le 11 octobre 2018

Editions ROBERT LAFFONT

COLLECTION R

 

 

 

 

Synopsis :

 

 

Vous rêvez de gloire, de batailles et d'honneurs militaires ? Commencez donc par connaître votre ennemi...

Bienvenue à l'Académie aérospatiale de Tétra, où viennent d'être admis pour la première fois des candidats issus des confins de la galaxie.
À des années-lumière de leurs planètes d'origine, Vesper, Arrann, Orèlia et Cormak portent chacun leur lot de terribles secrets, et s'engagent dans des amours interdites qui mettent en danger le fragile équilibre de l'Académie.
Et si la menace principale ne venait pas des redoutables Spectres, avec leur puissance de feu colossale, mais plutôt des cadets eux-mêmes ?

 

 

 

L'avis de *S* 28 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Vesper, Cormak, Orélia et Arrann sont sur le point d’entrer à l’Académie, où ils seront formés dans le but d’intégrer la Flotte en tant qu’officier. C’est une chance énorme qui, pour certains cadets, leur promet un avenir meilleur, loin de leur planète d’origine. Mais l’un d’entre eux pourrait bien être chargé d’une toute autre mission que celle d’étudier...

 
Pour ce nouveau roman, Kass Morgan a décidé de nous emmener très loin, pour nous plonger la tête dans les étoiles. L'Académie est une prestigieuse école militaire basée dans l'espace, dont l'objectif est de grossir les rangs des forces armées pour se protéger et affronter les Spectres, ennemi qui multiplie les attaques et vole des ressources. L'Académie, rattachée à la planète Tétra, accueille des étudiants brillants et a récemment ouvert ses portes aux natifs d'autres planètes, même si cette décision n'est pas au goût de tous. Le cadre et le contexte sont maintenant posés, plus accrocheurs que jamais, et on prend plaisir à découvrir petit à petit où l'on a mis les pieds.
 
Nos quatre héros viennent de différents horizons et c'est l'un des points forts du récit. Vesper, Orélia, Arrann et Cormak attirent notre attention pour différentes raisons. Malgré tout, on les sent tous un peu nerveux, tous un peu à fleur de peau. Soit parce qu’ils doivent à tout prix faire leurs preuves, soit parce qu’ils cachent quelque chose. Chacun est entré à l’Académie avec un objectif bien précis, des ambitions, ou l’espoir d’une vie meilleure. On suit le parcours de ces quatre cadets affectés au même escadron qui, malgré leurs différences, doivent former une équipe. J'ai aimé découvrir leur histoire respective mais aussi leur état d'esprit tout au long de l'aventure, dans des chapitres qui leur sont consacrés. J'ai aimé y découvrir pourquoi ils doutaient tant parfois et c'est ce qui nous permet de nous attacher à chacun d'entre eux.  
 
Ce premier tome est un peu différent de ce à quoi je m’attendais, plus introductif je dirais. Dans ce premier tome, on reste davantage concentré sur les Cadets que sur la menace qui pèse sur l’Académie. On parle compétition, stratégie, rivalités mais aussi des sentiments amoureux qui viennent parfois s’immiscer entre les élèves. La lecture est ultra fluide mais le danger reste au second plan une majeure partie de la lecture si bien qu'on ne prend plus vraiment au sérieux cette menace qui pèse sur l'Académie. La tension finit tout de même par s’installer en fin de lecture et elle a le mérite de nous faire engloutir les derniers chapitres. Ces derniers rebondissements annonce finalement une suite plus palpitante. Je suis curieuse de découvrir ce que l'auteure réserve à ces quatre personnages. À suivre...
 
 
 
 
 
 
 

Ma note : 15/20

 

 

 

 

 

 
 
 

 

"... Elle va prouver à sa mère qu'elle a eu tort de douter d'elle. Elle va lui montrer de quoi elle est capable. Elle va leur montrer. A tous ! ... "

 

 

 

 

 

 

 

" ... plus elle approche du but, et plus elle remet en cause le bien-fondé de sa mission... "

 

 

 

 

 

 

 

 

"... On vient de lui donner une seconde chance : il va enfin pouvoir faire quelque chose de sa vie. Et, cette fois, rien ni personne ne l'arrêtera..."

 

 

 

 

 

 

 

 

" ... Je sais que, pour les cadets, l'Académie est le centre du monde - leur seul univers, en fait. Elle n'est toutefois qu'un tout petit rouage au sein d'une machine beaucoup plus importante. "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible en librairie.


11/11/2018
4 Poster un commentaire

Atlas des courants invisibles de Thomas Gerbaud

IMG_8132.JPG

 

 

 

 

 

 

Fantastique - Science Fiction

450 pages

Parution : le 31 août 2018

Autoédition

 

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

Chacun d’entre nous a, un jour ou l’autre, ressenti la part d’invisible qui nous gouverne. L’intuition. Le déjà-vu. L’empathie. Les pressentiments. Et s’ils n’étaient que d’infimes fenêtres de perception sur la véritable nature du monde ? Anton est né avec un talent extraordinaire : il lit dans les pensées. Mais un talent extraordinaire, quand on ne le contrôle pas, ça peut vite virer au cauchemar. Lorsque sa bien-aimée disparaît, Anton entreprend un voyage initiatique au cours duquel il va rencontrer d’autres individus doués de talents similaires au sien. Et découvrir la menace qui pèse sur chacun d'entre eux : dans l'ombre, un homme les traque, avec le dessein d’utiliser leurs pouvoirs pour ouvrir une porte auparavant fermée à l'Humanité.

 

 

 

 

 

 

L'avis de *Jim* 20 ans, rêveur et mangeur de papier

 

 

 

Anton est l’un des patients de la clinique psychiatrique Saint Émilien. C’est un patient plutôt discret même si il n’arrive pas encore à gérer ses crises. Une série d’événements le poussent cependant à découvrir qu’il n’est absolument pas fou. Anton a simplement un talent tout particulier qu’il ne maîtrise pas. Lorsque Tara, qui partage sa chambre, est enlevée, il met tout en œuvre pour la sauver...

 
Comment vous présenter ce roman sans trop vous en dévoiler?  Un vaccin, une lettre, le Projet Atlas, des candidats, l’Evénement... Que de mystères qui nous font naturellement tourner les pages. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre en me plongeant dans cette lecture mais plusieurs éléments m’ont rapidement interpellé. Pour me laisser des questions pleins la tête...
 
Il s’agit ici d’un roman fantastique mais dont le récit reste très ancré dans la réalité. Ce sont des décors que nous reconnaissons et l’auteur fait régulièrement référence à des événements historiques (guerres, attentats, catastrophes nucléaires...). Notre monde, tel qu’il est, fait partie intégrante de l’intrigue et j’ai aimé ce que l’auteur a construit tout autour.
 
Anton est un personnage central auquel on s’attache peu à peu. C’est un homme qui n’a pas conscience de son potentiel. Il a besoin d’être guidé pour comprendre qui il est. Il a besoin de réponses. Il fait aussi preuve d’une grande détermination quand il s’agit de sauver Tara, son amie, son amour. Finalement, on le suit sans trop réfléchir jusqu’à ce qu’on réalise qu’il est menacé et qu’il n’est pas le seul.
 
Des chapitres nous permettent ainsi de suivre des personnages extérieurs comme Justin, Jack, Ilia, ou d’autres moins bien intentionnés. On ne comprend pas immédiatement leur rôle dans cette aventure mais tout se met en place en temps voulu. Les chemins se croisent et on sent que ce n’est pas anodin. Nous avons aussi droit à des petits retours dans le passé. Ce sont là des scènes précieuses qui approfondissent à la fois les personnages et l’intrigue. Des scènes que j’aurai tout de même, avec le recul, aimé voir plus nombreuses.
 
Atlas des courants invisibles a été une agréable lecture faite de multiples rencontres et de mystères. Il s’agit d’abord d’une quête initiatique puis d’une invitation au voyage. Si l’ambiance de la lecture est particulièrement mystérieuse, celle-ci évolue vers quelque chose de beaucoup plus mystique, de plus spirituelle au cours de la lecture. On ne sait pas exactement vers quoi nos personnages se dirigent mais on les y accompagne curieux, envoûté, inquiet aussi à l’approche de l’Evénement duquel on décompte les jours...

 

 

 

 

 

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_3943878_201407222526675.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... - Ca ne s'arrêtera jamais, vous savez, dit-elle doucement. Ca fait partie de vous. Il faut simplement que vous appreniez à composer avec... "

 

 

 

 

 

 

"... Dès les premiers instants, Richard fut saisi par ce qu'il perçut. Il y avait une lumière particulière qui illuminait l'esprit de ce garçon et qu'il discernait malgré le voile d'angoisse qui la ternissait... "

 

 

 

 

 

 

"... - Ne laisse pas la peur t'empêcher de devenir ce que tu dois être... "

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Il existe un tissu invisible qui nous lie tous, dit-il à mi-voix. Les êtres vivants. Les plantes. La matière. Le passé. Le futur. L'univers. Aussi convaincante que puisse être l'illusion de notre existence propre, nous ne sommes qu'une maille de ce tissu, un nœud du réseau qui lie les êtres... "

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Ce qu'on fait toi et moi, reprit-il, c'est essayer de retranscrire la partition cachée derrière la symphonie qui définit un être... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Pourquoi ne laisses-tu pas simplement la musique de l'Univers te traverser? C'est pour ça que nous sommes ici, toi et moi..."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Roman autoédité, disponible sur AMAZON.


09/11/2018
0 Poster un commentaire

Dix jours avant la fin du monde de Manon Fargetton

 
 
 
 
 
 
 
A partir de 13 ans
Drame - Catastrophe
464 pages
Parution : le 18 octobre 2018
Editions GALLIMARD JEUNESSE
 
 
 
 
 
 
 
Synopsis :
 
Deux lignes d'explosions ravagent la Terre. Nul n'en connaît l'origine mais quand elles se rejoindront au large de notre côte atlantique, le monde sera détruit. Sur les routes encombrées de fugitifs qui tentent en vain d'échapper au cataclysme, six hommes et femmes sont réunis par le destin. Ensemble, ils ont dix jours à vivre avant la fin du monde... Un compte à rebours implacable, une aventure initiatique qu'on ne lâche plus.Et vous, que feriez-vous s'il ne restait que dix jours ?
 
 
 
 
 
L'avis de *S* 28 ans, rêveuse et mangeuse de papier
 
La planète est secouée par une série d’explosions soudaines et incontrôlables. Au fil des heures, au fil des jours, ces explosions progressent et détruisent tout sur leur passage. Elles frapperont la France dans une dizaine de jours. Le compte à rebours est désormais lancé. La fin du monde approche....
 
Comme des millions de gens, Gwen, Sara, Brahim, Valentin, Lili-Ann et Béatrice viennent d’apprendre la terrible nouvelle. Ils sont sur le point de tout perdre. On commence alors  par faire la connaissance de ces six personnages inquiets et impuissants face aux événements. Six personnages qui, pour certains, vont être amener à faire un bout de route ensemble, pour finalement tous se retrouver sur la côte. Il ne leur reste plus que dix jours à vivre. Pas un jour de plus. Chacun d’entre eux appréhende cette fin différemment et on ne manque pas de se mettre à leur place. 
 
Ce récit est porté par de beaux personnages et j'ai pris beaucoup de plaisir à les suivre. Ils semblent d'abord ordinaires, puis ils se précisent peu à peu au fil de la lecture pour finalement laisser une trace. L'un est passionné, l'autre a un cœur gros comme ça, certains sont plus écorchés et nous échappent. Ils sont tous très différents, tant par leur expérience de la vie que dans leur personnalité et c'est l'une des forces de ce roman.
 
Ces six personnages ne pourront pas éviter la catastrophe qui est sur le point de s’abattre sur leur monde mais pourtant on se surprend à espérer encore un peu. Parce qu’avant de parler de fatalité, l'auteure nous démontre à plusieurs reprises qu'il y a encore un peu de douceur, encore un peu d'amour et de solidarité dans ce monde. Et c'est bon de voir ces six personnages s'y accrocher aussi fort.
 
Ce roman est moins sombre que je l'imaginais et c'est très bien comme ça. La panique est palpable, la peur est bel et bien présente, la fin imminente... mais il y a quelque chose d'autre dans ce roman. Quelque chose de plus lumineux, que je n'attendais pas. L'un des personnages est écrivain et cela prend une grande place dans le récit. On a droit à un livre dans un livre, avec des passages dispersés ici et là, qui trouvent peu à peu leur sens au fil de le lecture. La littérature a un pouvoir insoupçonné...  
 
Verdict : Dix jours avant la fin du monde est l’un des romans catastrophe les plus réalistes que j’ai pu lire. J’ai trouvé que l’auteure avait une approche différente pour parler de la fin du monde. Une approche peut-être plus sensible, qui m'a énormément plu. Alors que la situation est particulièrement inquiétante, alors que ce monde s'effondre, on prend le temps de réfléchir à ce que nous ferions à la place de ces six personnages.
 
 
 
 
 
 
 https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527625_201502094824946.pnghttps://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527625_201502094824946.pnghttps://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527625_201502094824946.pnghttps://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527625_201502094824946.pnghttps://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4527626_201502094824725.png

 
 
 
 
 
 
« Quelque part dans le monde, il y a des gens qui dorment, songe-t-elle avec envie.
Des gens qui ne savent pas encore. »
 
 
 
 
 
 
« Vous voyez, aujourd’hui, c’est un peu comme si on était tous vieux et malades. Ce putain de monde est vieux et malade. »
 
 
 
 
 
 
« Fais de chaque seconde à venir un joyau fragile comme une fleur sauvage. »
 
 
 
 
 
 
« S’il reste quelque chose à partager dans les jours qui viennent, c’est bien la douceur, l’ivresse folle de la douceur comme un rempart à la terreur. »
 
 
 
 
 
 
« – Je ne veux pas mourir sans que quelqu’un voie et entende qui je suis vraiment.
Ces mots s’envolent dans le vent, comme un défi.
Comme une promesse. »
 
 
 
 
 
 
 
« – La littérature peut changer le monde »
 
 
 
 
 
 
 
 
Disponible en librairie.

05/11/2018
4 Poster un commentaire

Orphelins 88 de Sarah Cohen-Scali

 

 

 

 

Roman Historique

432 pages

Parution : le 20 septembre 2018

Editions ROBERT LAFFONT

COLLECTION R

 

 

 

 

Synopsis :

 

Munich, juillet 1945.
Un garçon erre parmi les décombres...

Qui est-il ? Quel âge a-t-il ? D'où vient-il ?

 

Il n'en sait rien. Il a oublié jusqu'à son nom. Les Alliés le baptisent " Josh " et l'envoient dans un orphelinat où Ida, directrice dévouée, et Wally, jeune soldat noir américain en butte au racisme de ses supérieurs, vont l'aider à lever le voile de son amnésie.
Dans une Europe libérée mais toujours à feu et à sang, Josh et les nombreux autres orphelins de la guerre devront panser leurs blessures tout en empruntant le douloureux chemin des migrants.
Si ces adolescents sont des survivants, ils sont avant tout vivants, animés d'un espoir farouche et d'une intense rage de vivre.


Un roman saisissant qui éclaire un pan méconnu de l'après- Seconde Guerre mondiale et les drames liés au programme eugéniste des nazis, le Lebensborn.

 

 

 

 

L'avis de *S* 28 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Josh est un enfant d’environ douze ans qui a survécu à la guerre. Il ne sait pas qui il est. Il se rappelle bien l’Orphelinat mais la guerre lui a arraché le reste de ses souvenirs. Il ne sait même pas d’où vient le tatouage sur son bras gauche. Josh est-il allemand? polonais? juif? Recueilli dans un centre pour orphelins à Indersdorf, le garçon tente de se reconstruire...

 
Ce roman nous parle de l’après-guerre mais surtout des orphelins de la guerre qui ont été confrontés à la cruauté humaine, à l’horreur. L’auteure a choisi ici de s’attarder sur les conséquences de ces sombres événements. On parle des mesures qui ont été mises en place pour ces orphelins. On parle de leur état de santé, de leurs traumatismes. On parle de leur histoire et de ce qui les attend désormais. C’est l’heure de la reconstruction et on tourne les pages le cœur serré, totalement immergé en 1945. C’en est bouleversant. 
 
Josh reste au cœur de ce récit. C’est un garçon un peu perdu qui n’arrive pas à trouver sa place. Il partage ses peurs, ses doutes, sa rage aussi. On sent cette envie de savoir qui il est et on s’implique tout autant que lui dans cette quête. Celle-ci est difficile, éprouvante mais on s’accroche. Qu’a t-on fait de ce garçon? 
 
Grâce à des petits déclencheurs, les souvenirs de Josh se manifestent peu à peu. On prend alors conscience de ce qu’il a vécu, de ce que ces enfants ont vécu, et c’est terrible. Heureusement, notre lecture s’illumine par moments et nous redonne espoir. En particulier lorsque nous sommes en présence de personnages qui guident notre héros. Des personnages bienveillants auxquels on ne manque pas de s’attacher, comme Ida, infirmière généreuse et dévouée ou encore Willy, soldat américain.
 
Verdict : On parle peu de l’après-guerre et je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre en commençant cette lecture. Le contexte est plus sombre qu’on pourrait l’imaginer. Sarah Cohen-Scali nous parle de ces enfants qui ont tout perdus pendant la guerre. Elle nous présente Josh, un jeune héros touchant qui a besoin de se réapproprier son histoire. Le récit est fort, percutant, sensible et instructif. Tout le monde devrait prendre le temps de lire ces pages, juste pour prendre conscience de ce qui est arrivé. 

 

 

 

 

 

 

 

"... L'autre jour, une infirmière m'a prêté un livre. Un livre entier. Pas seulement quelques pages arrachées et conservées en secret. Je déteste les camions et j'aime les livres. Allez savoir pourquoi... C'est comme ça. Les camions me font peur, les livres m'apaisent, me font rêver. J'ai faim de mots presque autant que de nourriture... "

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Le ciel a un sacré avantage sur la terre. Malgré les combats, les avions qui se sont affrontés durant six années, les explosions de feu qui l'ont embrasé, il ne garde aucune trace de ces anges exterminateurs qui l'ont envahi et demeure le même, indestructible. Un coup d'éponge et plus rien, comme sur un tableau noir... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... Sur deux cents enfants, les trois quarts sont juifs, et ce sont autant d'histoires différentes - ou similaire dans leurs horreurs... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" - Qu'est ce que ce salaud de SS a pu lui faire vivre pour qu'il soit dans cet état?

- L'enfer, répond Halina d'une voix calme. Ils nous ont tous fait vivre l'enfer... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"... On dirait que la paix, c'est le temps du recyclage. Recyclage des matières premières. Des enfants, aussi? L'adoption, l'immigration, c'est un peu ça, non?"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Disponible en librairie.


02/11/2018
6 Poster un commentaire

Grisha de Leigh Bardugo (tome 3

 

 

 

 

 

 

(Tome 3/3)

Fantasy

429 pages

Parution : le 24 octobre 2018

Editions MILAN

 

 

 

 

 

 

 

Synopsis :

 

MANIPULATION. PARJURE. TRAQUE.

Un royaume au bord du chaos.
Un tyran sur un trône d'ombre.
Une sainte sans pouvoirs.
Sans alliés. Sans armée.
Le combat final de la lumière contre les ténèbres.

AMOUR. LOYAUTÉ. DÉLIVRANCE.

Le salut de Ravka mérite-t-il tous les sacrifices ?
Seule l'Invocatrice de lumière en décidera.

 

 

 

 

L'avis de *S* 28 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Deux mois ont passé depuis l’affrontement entre Alina et le Darkling. Privée de ses pouvoirs, Alina est contrainte de se terrer dans la Cathédrale Blanche. Ce qui devait être un refuge ressemble davantage à une prison. Alina continue pourtant de lutter, portée par ses Grishas, ses soldats, ses fidèles. Il est temps de poursuivre sa quête du troisième amplificateur et mettre la main sur l’Oiseau de feu...

 
J'étais impatiente de retrouver notre Invocatrice, notre Reine de Lumière. Surtout après la scène finale du second tome qui fût assez spectaculaire. D'ailleurs, cette troisième couverture illustre une nouvelle fois à la perfection le personnage central de la trilogie. Elle est éblouissante, puissante. Pourtant, Alina m'a paru bien vulnérable dans les premiers chapitres. On a juste envie que Sankta Alina se relève, qu'elle montre à tous ce dont elle est capable. Heureusement, on la sent suffisamment bien entourée pour changer la donne et on patiente à demi rassuré... 
 
Depuis le début on suit une héroïne pleine d'imperfections et c'est très bien comme ça. Il y a Alina qui est avide de pouvoir, qui pourrait très bien plonger dans la cruauté. Et puis il y a Alina qui tente de faire les bons choix et de se contrôler. On sent que c'est extrêmement difficile pour notre héroïne. Elle doute beaucoup de la personne qu'elle est mais aussi de la personne qu'elle pourrait devenir. On la sent vulnérable et à la fois si puissante. C'est fou, et franchement bien joué de la part de l'auteure. J'ai adoré cette dualité, et ce, chez plusieurs personnages. 
 
J'ai beaucoup aimé les personnages qui nous sont présentés dans cette trilogie, comme cela avait été le cas dans la duologie SIX OF CROWS. Le Darkling (aussi sombre soit-il), Nikolaï (qui m'aura bien fait rire mais pas seulement), Baghra (qui nous aura beaucoup appris), Genya, David, Zoya, Harshaw et tous les autres. On s'attache à chaque personnage même quand on voudrait les détester. Et puis il y a Mal. C'est un personnage que j'adore depuis le tout début et je ne regrette absolument pas de m'être autant attachée à lui. Il croit en Alina comme personne, et pourtant on sait combien Alina est soutenue dans sa quête. Mais Mal est là. Il est toujours là. Et on lui dit merci. 
 
 
Ravka peut-il encore être sauvé? C'est la question qui résonne tout au long de la lecture. On veut y croire, et on se dit que tout cela semble impossible. On pense à ce groupe affaiblit, mais toujours debout. On pense aux deux orphelins de Keramzim qu'étaient Alina et Mal au début du premier tome. On pense au pouvoir grandissant d'Alina.  On pense à la cupidité du Darkling. Ce tome est plein de noirceur, mais on y trouve autant d'amour et d'espoir. Et c'est probablement pour cette raison que je n'arrivais absolument pas à imaginer une fin à cette histoire. Je sentais que ça allait être intense. Et terrible avec ça. Mais je me suis laissée porter par les évènements, et ... bon sang, j'ai adoré ce que l'auteure nous propose.
 
Verdict : Ce final a été à la hauteur de mes attentes. A la fois sombre et lumineux. Toujours rythmé et plein d'émotions. Je n'ai pas réussi à faire durer ma lecture tant celle-ci a été prenante du début à la fin. Alina se bat jusqu'au bout pour sauver Ravka, malgré des pouvoirs déstabilisants, malgré des choix difficiles. On se laisse porter par l’aventure et par un récit qui s’assombrit de plus en plus, jusqu’aux dernières révélations, jusqu’à la dernière bataille. Maintenant, je suis un peu triste de quitter tous ces personnages mais complètement ravie par la découverte de cet univers magique qu'est le GRISHAVERSE.
 
 
 
 
 
 
https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_4124049_201409233958665.png
 
 
 
 
 
 
 
« E’ya sta rezku. Je suis une lame. »
 
 
 
 
 
 
 
« – Mets ton appétit de côté, Alina. Fais ce que Morozova et mon fils n’ont pas su faire et renonce. »
 
 
 
 
 
 
 
« Peut-être que l’amour n’était qu’une superstition, une prière récitée pour tenir à l’écart l’inévitable solitude. Je penchai la tête en arrière. Les étoiles semblaient toutes proches les unes des autres, alors qu’elles étaient séparées de millions de kilomètres. Peut-être, après tout, que l’amour se résumait à convoiter une lumière bien trop brillante et hors de portée. »
 
 
 
 
 
 
 
« – Je t’arracherai tout ce que tu connais, tout ce que tu aimes, jusqu’à devenir ton seul refuge. »
 
 
 
 
 
 
 
 
« Je hurlai quand le pouvoir s’empara de moi. Je brûlai, consumée de l’intérieur. J’étais une étoile vivante. J’étais la combustion. J’étais un nouveau soleil né pour détruire l’air et dévorer la terre. »
 
 
 
 
 
 
 
Disponible en librairie.

31/10/2018
2 Poster un commentaire

Crazy London de Sarra Manning

 

 

 

 

A partir de 15 ans

320 pages

Parution : 4 juillet 2018

Editions CASTELMORE

 

 

 

 

Synopsis :

 

Dans la vie, Sunny est plutôt du genre à se laisser mener par le bout du nez… Mais quand elle découvre une photo de son petit ami Mark en train d’embrasser une autre fille, elle voit rouge  ! Elle décide alors de se lancer à sa poursuite dans tout Londres pour apprendre la vérité de sa bouche. Aidée par sa meilleure amie et deux mystérieux garçons, la voilà embarquée dans une nuit complètement folle de fêtes improvisées, de concerts surprises et de rencontres improbables  !

 

 

L'avis de *Sissi* 22 ans, rêveuse et mangeuse de papier

 

 

Pendant l’absence de sa famille, Sunny en a profité pour s’amuser avec ses amis, sortir avec sa meilleure amie Emmeline. Peut-être même que, ce soir-là, elle passera à l’étape suivante avec son petit ami. Mais ses plans tombent complètement à l'eau lorsqu'elle reçoit une photo de Mark qui embrasse une autre fille. Sunny décide alors de partir à la recherche de son petit ami dans les quartiers de Londres, pour avoir une explication. Sunny est même prête à lui pardonner mais la nuit sera pleine de péripéties...

 

En quelques pages, on découvre une ado qui n'a rien d'une aventurière et qui a un peu de mal à s'affirmer devant les autres. Pourtant, Sunny a plus de caractère qu'elle ne le pensait et cette nuit-là va lui donner des ailes. Au fil de ses aventures nocturnes, elle devient un personnage drôle et pétillant, qui ne veut plus se laisser marcher sur les pieds. Et on l'encourage à fond. Elle fait d'ailleurs des rencontres qui la poussent dans ce sens et c'est super agréable. On la sent bien entourée et c'est le moment où jamais pour elle de prendre conscience qu'elle a le droit d'être elle-même. Elle n'est pas parfaite, et alors?
 
Sunny trompée, deux cousins français et un balai tout neuf. Ce roman pour ados aurait très bien pu porter ce titre. Ce pack de départ prête vraiment à sourire mais qu'est-ce qu'on s'y attache. J'ai adoré le déroulement de cette histoire, les personnages adorables qu'on y croise et j'ai encore plus apprécié la direction que prenait la lecture. En commençant ce roman, on pourrait s'attendre à une comédie romantique mais ce n'est pas du tout le cas et c'est tant mieux. On s'intéresse plutôt à l'indépendance de notre héroïne et c'est vraiment amusant à suivre. En une nuit, Sunny se transforme pour de bon !
 
Verdict : Crazy London est une lecture pour ados légère et moderne. On se laisse entraîner pour une nuit un peu folle aux côtés d'une jeune héroïne qui se redécouvre totalement, suite à une déception amoureuse. La lecture est rythmée et nous transporte quelques heures dans les quartiers londoniens. On va d'un point à un autre et il est impossible de s'y ennuyer tant chaque étape a un impact positif sur notre héroïne. J'ai  vraiment passé un agréable moment !
 
 
 
 
 
 
 https://static.blog4ever.com/2014/04/771434/artfichier_771434_3906442_201407085355361.jpg
 
 
 
 
 
 
« Entre mon père, qui me répète que les gens ne voient d’abord que la couleur de ma peau, et Maman qui me dit que ce qui compte, ce n’est pas ce que je suis mais ce que fais, pas étonnant que je sois un peu tourneboulée. »
 
 
 
 
 
« Je suis désolée de vous avoir entraînés dans cette course absurde. Je suis vraiment pénible à ce point ?
Jean-Luc et Vic n’ont même pas besoin d’y réfléchir.
— Ouais, disent-il à l’unisson.
Puis ils se lèvent dans un même mouvement, parce que le métro surgit du tunnel en vrombissant.
— Super pénible, Sunny. Mais tu es aussi marrante, proportionnellement, et tu danses pas mal le charleston. Sinon, on t’aurait laissée à Camden, dit Vic. »
 
 
 
 
 
« J’ai toujours laissé les gens me marcher dessus, m’écrabouiller en mille morceaux. Même quand j’ai l’impression de hurler dans leurs oreilles, c’est comme s’ils n’entendaient rien. »
« Se foutre de ce que les gens vont penser de moi est une sensation géniale. J’aurais dû comprendre ça il y a plusieurs années. »
 
 
 
 
 
 
 
 
Disponible en librairie.
 

26/10/2018
6 Poster un commentaire

Méto de Yves Grevet (intégrale)

IMG_8209.JPG
 

 

 

 

 

Intégrale (3 tomes)

Anticipation - Aventure

904 pages

Parution : le 4 octobre 2018

Editions SYROS

 

 

 

 

 

 

 

 

Description :

 

La trilogie culte de Yves Grevet, traduite en 8 langues et récompensée par 14 prix littéraires, fête ses dix ans avec une édition intégrale avec jaquette-poster !

Soixante-quatre enfants vivent coupés du monde, dans une grande maison. Chacun d'eux sait qu'il devra en partir lorsqu'il aura trop grandi. Mais qu'y a-t-il après la Maison ?

 

 

 

 

 

 

L'avis de *Alex* 19 ans, rêveur et mangeur de papier

 

 
Méto vit depuis plusieurs années dans la Maison, aux côtés de dizaines de jeunes garçons encadrés par des maîtres. Lorsque qu’un nouveau fait son arrivée, Méto est chargé de son initiation...
 
J’ai commencé cette lecture sans trop savoir où je mettais les pieds. Je savais simplement qu’elle avait reçu de nombreux prix et j’étais très impatient de m’y plonger à mon tour. On découvre un lieu isolé tout à fait curieux. Une île et une maison remplie de garçons. Les questions commencent alors à se multiplier et c’est Meto qui nous éclaire peu à peu en initiant le petit nouveau. 
 
La Maison est un établissement particulièrement strict qui attire notre attention, qui nous met un peu mal à l’aise, qui nous inquiète. Les garçons apprennent à être discrets, obéissants, performants, à ne pas grandir trop vite aussi. On assiste à leur quotidien, à leurs cours, à leurs jeux, à leurs sanctions. On prend connaissances des règles souvent insolites. On tente alors de comprendre ce qu’il se cache derrière ce lieu, derrière les arrivées et les départs des garçons. D’où viennent-ils? Où vont-ils ensuite? On ne fait que s’interroger toujours plus et c’est un aspect de la lecture qui m’a beaucoup plu.
 
La lecture est si mystérieuse que les pages filent à toute vitesse et je ne pensais pas lire les trois tomes si rapidement. Les réponses arrivent au fil de l’aventure de Méto et de ses compagnons. Un vent de révolte souffle peu à peu dans les couloirs de la Maison et on encourage ce mouvement. On les encourage à voir au delà de leur petit monde. J’ai été franchement bluffé par le courage de ces adolescents et j’ai particulièrement apprécié suivre Meto, ce garçon juste et loyal. Il veut changer les choses et il n’abandonne jamais ses amis. J’ai aimé le voir évoluer, mûrir, se battre pour la liberté des siens dans ce monde au fonctionnement absurde et rude...
 
Cette trilogie jeunesse m’aura tenu en haleine pendant quelques jours. L’auteur nous plonge dans un contexte assez étrange, voire sombre et on ne peut que s’interroger sur le mode de vie de nos jeunes héros. L’ambiance est assez froide mais on se laisse porter par le courage de ces garçons. Je suis vraiment heureux d’avoir cette édition anniversaire dans ma bibliothèque et je ne peux que vous inviter à découvrir ces trois tomes si ce n’est pas déjà fait. 
 
 
 
 
 IMG_8210.JPG    IMG_8211.JPG
 
 
 
 
 
 
 
 
« Je n’arrive pas à me souvenir d’avant. Je me souviens juste du froid, du noir et de ces terribles odeurs dont la seule évocation, des années plus tard, peut me faire vomir. Ce que je sais, c’est qu’ici c’est mieux. »
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Disponible en librairie.

 


20/10/2018
0 Poster un commentaire